Edito

Le syndrome de réussite par procuration

21/03/2018 à 10:29

Par Grégory MICHEL, Professeur de Psychopathologie et Psychologie Clinique (Université Bordeaux Segalen) et Julie SALLA, Doctorante en Psychopathologie et Psychologie Clinique (Université Bordeaux Segalen)

Au-delà des effets positifs qu’elle peut engendrer, la pratique sportive intensive peut générer des débordements qui s’avèrent préjudiciables à la santé et au développement de l’enfant comme de l’adolescent. Ainsi, la réussite précoce d’un jeune sportif peut devenir un enjeu pour son entourage proche et plus éloigné. Ce phénomène qualifié de « Syndrome de réussite par procuration »  peut entraîner des dysfonctionnements graves de la parentalité.

De quoi s’agit-il ?

Ce syndrome correspond à une volonté extrême d’obtenir l’excellence,  dépassant très largement l’ambition normale des parents pour leur enfant. C’est dans le caractère excessif de cette ambition démesurée que se loge la potentialité destructrice du syndrome de réussite par procuration. Celui –ci peut se retrouver dans plusieurs domaines : sport, musique, école… Dans ce syndrome, les parents sur-stimulent, sur-investissent, le talent et la réussite de leurs enfants au point de conditionner l’amour parental aux expériences de succès. Les entraîneurs peuvent aussi favoriser ces comportements soit directement, soit par l’intermédiaire d’une collaboration passive avec les parents. Ce processus conduit inexorablement à la perte de vue des besoins de l’enfant et pourra s’accompagner de maltraitance et d’abus dans sa forme la plus pathogène.

Lire la suite sur le site de l’AEF

Le syndrome de réussite par procuration