EcoInterview

Marc Dessenis (Soccer Park/Le Five) : « c’est l’expérience vécue qui fait revenir nos joueurs »

16/01/2018 à 17:31

Parce qu’ils font aussi le football, retrouvez toutes les semaines le portrait d’un acteur économique du sport. Ce mardi, nous sommes partis à la rencontre de Marc Dessenis, directeur marketing et commercial du Groupe Le Five, issu du mariage en 2016 de 2 réseaux précurseurs du Foot 5 en France : Le Five et Soccer Park. Avec un maillage territorial fort (40 centres actuellement) et une intégration optimale des équipes, le Groupe Le Five entend bien développer sa stratégie autour de 2 axes forts : l’expérience client et l’innovation.

Quelle est votre proposition de valeur ?

Le pouvoir du foot 5 aujourd’hui c’est de donner accès au football pour des cibles allant de 3/4 ans (les baby-foot académies) jusqu’aux seniors après leur passage en club. Nous sommes sur du football ludique, convivial et accessible. Ludique car nous limitons les contacts ; accessible du fait du format des terrains et convivial car nous faisons de nos centres de véritables lieux de vie. Nous offrons plus qu’une simple partie de football, une vraie expérience entre collègues et coéquipiers. Le concept de Sports Bar avec un positionnement très qualitatif en est le parfait exemple ; nous retrouvons cette qualité sur les terrains où nous maximisons le confort de jeu (terrains synthétiques dernière génération, digiscores, etc.) Nous proposons également un dispositif high-tech avec les caméras installées sur les terrains ; à la fin du match, les joueurs peuvent retrouver sur le site web les différents classements (général, buteurs, fair-play) et leur feuille de match avec un découpage vidéo but par but. Ce service est à disposition de nos clients, qu’ils soient là pour du loisir ou dans le cadre de compétitions organisées dans nos centres.

Quel est votre prochain projet de développement ?

On est dans un rythme de développement très élevé ; nous sommes sur une ouverture de 5 à 6 centres par an proposant du Foot 5 mais aussi du padel tennis, activité dans laquelle nous nous sommes diversifié depuis 2014. On vient d’ouvrir à Dunkerque (avec du Foot 5, du padel et un escape game). Nous nous installons également en février prochain près de Mulhouse au sein du village Décathlon Wittenheim, dans un complexe où le sport est roi. Enfin, nous ouvrons un Five à Saint Louis pour installer la pratique sur l’île de La Réunion ; ce sera le début de notre aventure outre-mer !

Qui est votre principal concurrent ?

Notre marché est composé de 2 chaînes principales : Urban Soccer et le Groupe Le Five. Il y a également beaucoup d’indépendants. Notre objectif est commun : le développement de la pratique et la multiplication des occasions pour pratiquer ce sport.

nous sommes sur une ouverture de 5 à 6 centres par anMarc Dessenis, directeur marketing et commercial Groupe Le Five

Une innovation marquante de ces 3 dernières années ?

Il y a un élément qui nous a marqué au sein du Groupe, c’est le fait de mettre à disposition du grand public des statistiques de performance (puissance de frappe / vitesse de sprint / km parcourus) très précises. L’univers des objets connectés et leur démocratisation, c’est un phénomène extrêmement porteur. On le voit dans le running, je suis accro à ma montre connectée qui tracke mes données de performance ce qui me permet de me fixer des objectifs et pratiquer en fonction. Nous avons expérimenté ces capteurs d’activité ; c’est une formidable passerelle pour améliorer l’expérience de nos joueurs, avant et après les matches. La façon dont les gens partagent l’information est intéressant ; cela renforce le côté social du sport.

Quel est le modèle économique de demain ?

Ce qui est important c’est de travailler sur la rétention client. Nous devons faire en sorte que l’expérience soit incontournable, imbriquée dans le quotidien des joueurs pour qu’ils n’aient pas d’autre envie que de continuer à retrouver cette même expérience chez nous. C’est l’expérience vécue qui fait revenir nos joueurs. Et pour offrir le meilleur à nos joueurs et encapsuler toute la valeur dans notre offre, il faut y intégrer les meilleures prestations via des partenaires triés sur le volet : le modèle économique gagnant est un modèle « ouvert ».

Quel est le club sportif le mieux structuré ?

SI on appréhende toutes les sections professionnelles du FC Barcelone (Football, Futsal, Basket, Handball et Rink Hockey) et la réussite avec laquelle les dirigeants successifs ont su organiser et faire fructifier leur propriété sportive, force est de constater que le façonnage de la structure a joué un rôle prépondérant, en plus des résultats sportifs. C’est d’autant plus remarquable que cette structure s’accompagne d’un caractère identitaire très fort.

Quelle est votre plus belle réussite ?

Ma plus belle réussite c’est ma famille, qui m’accompagne et me soutient dans cette aventure. Notamment le petit dernier qui a commencé le foot dans un de nos centres et tape la balle tous les mercredis !

Si vous étiez une personnalité ?

Je serais humoriste – Gad Elmaleh par exemple. Je trouve que de mettre de l’humour dans le quotidien te fait ouvrir des opportunités. Il faut avant tout prendre du plaisir dans ce que l’on fait.

Si vous étiez une expression ?

« Allez, c’est parti ». Toujours de la motivation, de l’optimisme et de l’allant ; c’est ce que j’essaye de communiquer à mon équipe, notamment dans des situations qui nécessitent du courage.

Où serez-vous dans 7 ans ?

Je pense que je serai probablement en plein Jeux Olympiques… et si on se mettait à rêver d’une démo de Foot 5 ou padel Tennis ?