InterviewN2

Pierre Nouvel (FC Andrézieux-Bouthéon) : « Nous allons être très durs à prendre cette saison »

24/10/2020 à 12:00

Arrivé cet été du Stade de Reims, il est l'un des grands artisans du bon démarrage du FC Andrézieux-Bouthéon en N2 (C) et en Coupe de France. Enthousiaste à l'idée d'intégrer pour la première fois une équipe première, pleine d'ambition tout comme lui, le drômois Pierre Nouvel (23 ans) revient sur son acclimatation au sein de la formation ligérienne mais aussi sur ses départs du Stade de Reims et de l'Olympique Lyonnais, son club formateur qu'il retrouve en championnat cet après-midi.

Vous avez signé au FC Andrézieux-Bouthéon après deux saisons au Stade de Reims et une formation achevée à l’Olympique Lyonnais. Avant d’aborder votre parcours récent. Pourquoi avez-vous quitté l’OL ?

Je suis parti de Lyon car le projet sportif qui m’était proposé n’était pas très alléchant. Le club m’a proposé un an de contrat pro mais j’ai refusé car la rôle qui m’étais proposé était d’encadrer la réserve. Je suis donc parti au Stade de Reims, où les perspectives d’évolution étaient beaucoup plus intéressantes.

« Toutes les conditions étaient réunies pour que je signe ici »

Que retenez-vous de votre passage au Stade de Reims ?

J’ai appris beaucoup de choses lors de mes deux années à Reims. La saison dernière, j’avais effectué la préparation avec les pros, ça s’était super bien passée, mais j’ai eu la malchance de me blesser alors que le championnat allait recommencer. Avec trois pépins musculaires successifs à la cuisse et aux adducteurs qui m’éloignaient des terrains 4 ou 5 semaines à chaque fois. A mon retour, il a fallu repasser par la case réserve, puis le confinement est arrivé, ce qui n’a pas facilité ma progression.

Quelles ont été les raisons de votre départ du club ?

A l’issue de cette saison, Reims m’a fait comprendre que, pour l’instant, ma place était avec la réserve. Même si j’avais des perspectives d’évolution, je sentais que mon aventure avec le club touchait à sa fin. Pour progresser davantage, il fallait que j’intègre une équipe première. Reims m’a libéré alors qu’il me restait une année de contrat et je me suis mis à la recherche d’un club. J’ai été en pourparlers avec plusieurs formations de N1 mais les négociations n’ont pas abouti et je me retrouvé à Andrézieux, un club qui me voulait vraiment, où je connaissais déjà le coach et avec lequel je pense m’épanouir. Le projet sportif est séduisant, j’intègre une bonne équipe qui a l’intention de jouer quelque chose dans un championnat de N2 compliqué. Toutes les conditions étaient réunies pour que je signe ici.

Comment se passe ce début de saison sous vos nouvelles couleurs ?

Nous avons très mal commencé, le visage de l’équipe était complètement différent par rapport à la saison dernière (12 départs, 8 arrivées). Nous avons mis plus temps que prévu pour trouver nos marques et assimiler le système de jeu. Mais aujourd’hui, nous sommes invaincus depuis six matches avant d’affronter la réserve de l’Olympique Lyonnais. Nous sommes enfin lancés et je pense que nous allons être très durs à prendre cette saison. J’ai aussi eu l’occasion de découvrir la Coupe de France, compétition que je n’avais jamais joué avant vu que j’évoluais avec des équipes réserves. C’est une atmosphère différente, avec des matches sympas à jouer. A Saint-Donat par exemple c’était compliqué, avec le terrain et l’ambiance, mais nous avons répondus présent. C’est l’un des avantages de jouer dans une équipe première.

« Je prends mon pied à participer davantage à l’animation offensive »

Vous découvrez également un nouveau système, avec une défense à trois et des latéraux plus offensifs, ce repositionnement vous convient-il ?

J’évolue aujourd’hui comme piston gauche et cela portes ses fruits. En six matches, j’ai réalisé cinq passes décisives et marqué un but. Mes statistiques sont bonnes, il faut poursuivre dans ce sens. Ce poste est une découverte, j’avais l’habitude d’évoluer dans une défense à quatre jusqu’à maintenant, mais la liberté qui m’est offerte me plaît beaucoup. Il y a une importante débauche d’énergie mais je prends mon pied à participer davantage à l’animation offensive, et resserrer au milieu de terrain quand le jeu bascule de l’autre côté.

Vous retrouvez la réserve de l’Olympique Lyonnais cet après-midi, comment appréhendez-vous ce match ?

Je connais le club. C’est une équipe jeune, qui joue bien au ballon. Nous allons essayer d’aller chercher un résultat avant d’affronter Fréjus, qui fait partie du trio de tête. Si nous nous en sortons avec deux victoires, nous nous installerons dans les premières places.

« Andrézieux est le club parfait pour rebondir »

La montée en N1 vous semble-t-elle envisageable ?

Nous jouons tous les matches pour les gagner. Après, le championnat de N2 est l’un des plus relevé car seule la première place est synonyme d’accession. Et dans la poule C, nous sommes 8 ou 9 à y prétendre. Donc nous verrons bien à 6 ou 7 matches de la fin où nous nous trouvons.

Quels objectifs personnels et collectifs vous-êtes-vous fixés cette saison ?

Je suis un compétiteur, j’ai toujours envie de viser plus haut. Andrézieux est le club parfait pour rebondir, avec une structure et des ambitions. Dans un avenir proche, je veux passer professionnel et je sais que pour y parvenir je dois être performant individuellement tout en me mettant au service de l’équipe. Si je travaille bien, mes prestations susciteront de l’intérêt.

Propos recueillis par Simon Marachian