CFA2FFF

Febrer : « Personne ne nous attendait là »

15/05/2017 à 15:44

Opposé à Louhans-Cuiseaux, l'Avenir Foot Lozère a su faire le nécessaire et s'est imposé un à zéro. Une courte mais précieuse victoire, qui permet à Yohann Febrer et ses hommes de foncer vers la montée...

Yohann, on imagine que vous devez être très heureux après la victoire (1-0) dans le choc face à Louhans-Cuiseaux…
Bien-sûr, nous sommes satisfaits puisque nous sommes toujours dans le coup. On est dans une formidable dynamique depuis quelques semaines, on s’est donné le droit de disputer une super finale.

Le soutien de votre public a dû être important dans ce gros choc…
Oui, c’est vrai qu’il y a eu encore un gros engouement, avec près de 1500 supporters au stade. On a toute la ville derrière nous, c’est super pour les joueurs de se sentir soutenus. Mais rien n’est fait, il faut rester mesuré et concentré avant ce match face à Chamalières. Ce sera difficile face à une équipe qui doit faire un résultat pour se sauver. On devra l’emporter, et ensuite, on fera les calculs.

Si vous deviez échouer dans cette course à la montée, ce serait une énorme déception ?
On ne veut même pas y penser, on a toujours regardé la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide. Nous avons un match à préparer où il faudra mettre un but de plus que l’adversaire, tout simplement. Personne ne nous attendait là, l’AFL n’était pas vraiment pris au sérieux en début de saison. Les gens ne savaient même pas où était basé le club ! Et même si on a souvent été en milieu de tableau, nous y avons toujours cru. On savait qu’une série pouvait nous permettre d’intégrer le Top 5. Comme les écarts étaient minimes, on avait autant de chances de terminer deuxième que septième. D’ailleurs, avant Louhans-Cuiseaux, on pouvait très bien terminer la saison en huitième position avec deux défaites.

Le prochain match face à Chamalières sera décisif…
Oui, mais même en cas de succès, nous ne serons pas totalement soulagés. Il faudra attendre les calculs et l’officialisation de la FFF. Ce qui est certain, c’est que je suis fier des joueurs. Nous sommes promus, mais les gars sont allés au bout d’eux-mêmes. Il ont fait d’énormes efforts. C’est à l’image de la Lozère, où l’humilité, la solidarité et le travail sont des valeurs importantes.