PHA16e j.

Hanafi : « L’arbitre n’a rien à se reprocher »

20/02/2017 à 11:39

Vauvert n'a pas terminé son match de la 16e journée de PHA, contre Générac, hier. En effet, la rencontre a été interrompue à la 85e minute, suite à quatre cartons rouges. Mais l'entraîneur vauverdois refusait d'incriminer l'arbitre.

Pouvez-vous nous décrire le match et ces quatre cartons rouges récoltés ?

Générac marque. On égalise. Puis, juste avant la mi-temps, un de mes joueurs prend deux jaunes pour contestation, puis un tacle appuyé. On dominait. Générac jouait bien le coup. On n’était pas bien, mais il faut savoir faire le dos rond. On prend un deuxième rouge sur un tacle. Ca a un peu énervé mes joueurs. Il y a eu des mots. On prend un troisième carton rouge. Mon joueur certifie qu’il a jeté le ballon à côté de l’arbitre, pas dessus. Peut-être qu’il y a eu des mots. Moi, je suis neutre, car je suis trop loin, donc je ne prends pas partie. Puis, on prend une dernière expulsion pour deux contestations.

Le match était-il chaud ?

Il n’y avait rien de chaud. Il n’y a pas eu d’altercation ou de bagarre. On n’est pas des voyous.

En voulez-vous à l’arbitre ?

Peut-être qu’il n’a pas été bon, mais, nous, on n’a pas été bon. L’arbitre, je le connais. Dans la vie, c’est quelqu’un de correct. On peut se tromper. J’en veux plus à mes joueurs qu’à lui. Il reste douze-treize matches. On aurait dû laisser faire. On prend deux rouges sévères, mais je ne contesterai jamais un arbitre. Je leur fais confiance. Moi, j’ai des joueurs de 21 ans qui peuvent ne pas se contrôler.

Quelle va être la suite, alors que vous perdez quatre joueurs d’un coup ?

J’ai un effectif large heureusement. Ce sont des contestations, donc on ne devrait pas prendre trop de matches. Je crois toujours à la troisième-quatrième place. Ce sera une excellente saison. J’espère que ça nous servira de leçon. Ce que je vais dire aux joueurs, c’est que, s’il y a un problème, je vais parler à l’arbitre. Ou seul le capitaine va lui parler. Mais je n’incrimine personne. Tout le monde se trompe. L’arbitre n’a rien à se reprocher.