Sujet à débat

Des disparités de niveau en Occitanie …

05/07/2018 à 17:00

L'ex-région Languedoc-Roussillon est-elle plus performante sportivement parlant que Midi-Pyrénées. C'est en tout cas l'idée que défend Didier Salles, directeur sportif du FC Blagnac, lui qui travaille au plus prêt du sport de la région Occitanie.

Pour vous il y a donc un écart entre les deux ex-régions ?

Je travaille au service des sports de la région Occitanie, et on le voit avec la nouvelle région d’Occitanie. Je suis bien placé pour le voir dans toutes les disciplines. Il y a un niveau très fort dans l’ex Languedoc-Roussillon. Il y a qu’à voir sur les résultats de foot en Occitanie cette saison, c’est chez eux que c’est le plus fort.

 

Qu’est-ce qui vous permet d’avancer cette théorie ?

Si vous regardez les résultats globalement, pas seulement en football, vous verrez que les résultats sportifs sont meilleurs notamment peut-être parce qu’ils ont davantage de moyens que nous.

Le niveau me semble supérieur. Je vais vous prendre un exemple, Canet-en-Roussillon est allé en quart de finale de la Coupe de France. Ils avaient une très grosse équipe cette année.

Même au niveau des pros, d’un côté on a le TFC, de l’autre il y a Montpellier et Nîmes en L1, et l’AS Béziers en L2.

 

La loupe d’Actufoot

Si l’on se penche uniquement sur le football, on peut en effet voir des résultats plus marquants du côté Languedoc-Roussillon que Midi-Pyrénées. En Ligue 1, Montpellier s’est hissé à la 10ème place cette saison lorsque les Toulousains ont du se défaire d’Ajaccio pour sauver leur place parmi l’élite. Les meilleures résultats de l’équipe de la famille Nicollin sont effectifs depuis déjà plusieurs saison. En 2012, les héraultais s’étaient même offert le championnat français, quand le TFC doit remonter à 2007-08 pour retrouver trace d’une présence sur le podium de Ligue 1.

A l’échelon inférieur, en L2, seul le Nîmes Olympique représente la région Occitanie, et plus précisément l’ex-Languedoc-Roussillon. Les Crocos ont même obtenu leur place pour la L1 2018-19. Lorsqu’on descend cette fois en National, Rodez et Béziers se sont offert une lutte pour la montée en L2. Mais une nouvelle fois, la supériorité aura été pour le club de l’est occitan.

Si en N2, Colomiers a réalisé une meilleure saison que Sète, il n’en est rien de Tarbes et Pauilhan qui descendent tous deux. En N3, le haut du classement 2017-18 est davantage promis aux formations de l’est qu’aux midi-pyrénéens, excepté la réserve du TFC et Blagnac.

En Coupe d’Occitanie, est d’autant plus flagrant. Au moment d’unir les deux parcours, en demi-finale, Portet et et la réserve de Rodez n’ont pas su se hisser en finale laissant la place à une première édition symboliquement 100% Languedoc-Roussillon, Frontignan-Rousson.

Si l’on oublie un peu le football masculin, chez les féminines l’analyse est similaire. Les Montpelliéraines font la fierté du foot français étant l’une des 3 meilleures formations du pays avec l’OL et le PSG. Ici, le TFC se cantonne pour le moment à la Division 2, en attendant peut-être de s’élever. La Coupe d’Occitanie féminine est ici similaire à la masculine, s’offrant pour sa première édition à Alès, au détriment de Rodez, club du Languedoc-Roussillon.