Sport Digital

Frédéric Chorin : « Activiti lutte contre la sédentarité »

02/05/2020 à 18:00

Frédéric Chorin, Docteur en science du mouvement humain, travaille pour le CHU de Nice qui fait partie de l'Université Côte d'Azur. Il nous présente les atouts d’Activiti, la nouvelle application proposée par notre partenaire MyCoach.

Pouvez-vous nous présenter l’application Activiti développée par MyCoach ?
Ce qu’elle est maintenant, c’est une mise à disposition de contenus pour permettre aux gens de pratiquer une activité physique peu importe le profil de l’individu. Le but : le faire avec un minimum de matériel spécifique. L’application est composée de fiches et de vidéos, réalisées par des médecins, spécialistes en santé et en activité physique ou des sportifs et préparateurs physiques. Elle est amenée à évoluer avec des programmes individualisés qui proposeront des activités en fonction du profil (enfants, pas sportifs, sportifs confirmés, personnes âgées…)

Comment est arrivée l’idée de lancer cette application ?
On s’est rencontré avec MyCoach, j’ai découvert MyCoach Pro et me suis rendu compte que je faisais un peu la même chose à un niveau moins professionnel. C’est alors que s’est créé un partenariat entre MyCoach et l’Université Côte d’Azur. On avait prévu de lancer l’application en septembre mais avec l’arrivée du Coronavirus, le Ministère des Sports nous a sollicités pour qu’on la sorte beaucoup plus tôt. C’est pour cela qu’on l’enrichit de contenus tous les jours. En ce moment, on travaille sur des fiches conseils car on a déjà mis beaucoup de contenus. On s’axe davantage sur la partie santé. L’objectif de l’application est de lutter contre la sédentarité, en proposant des activités à tout le monde.

Comment Activiti se démarque-t-elle des autres applications de fitness ?
Tout d’abord, elle ne s’adresse pas à qu’un seul public. En effet, Activiti propose des exercices très simples pour tous, que l’on soit enfant, une femme enceinte, une personne âgée… Les autres applications sont généralement conçues pour un public assez sportif. De plus, il y a une diversité de l’expertise : association MyCoach (joueurs de différentes disciplines, préparateurs physiques) et l’expertise universitaire avec le CHU et un laboratoire de recherche. Autre avantage, l’application est gratuite et sans inscription. A terme, il y aura des programmes d’activités physiques personnalisés pour les personnes diabétiques, atteintes d’un cancer, obèses…

Que conseilleriez-vous à des personnes en confinement souhaitant reprendre une activité physique ?
En tout premier lieu, il faut éviter la sédentarité, c’est à dire le temps qu’on ne passe à rien faire, rester assis ou couché. Néanmoins, il faut faire de l’activité physique mais y aller de manière progressive. Souvent, on en fait trop, avec des activités trop difficiles, pas adaptées à notre profil. Il faut privilégier la qualité à la quantité, en réalisant bien le mouvement plutôt qu’en multipliant les reprises. Et la notion essentielle est de prendre du plaisir. Faire de l’activité physique ce n’est pas toujours du plaisir. Pour cela, on peut la faire avec les enfants, ils aiment bien copier ce que l’on fait, avec le conjoint, etc. Les exercices peuvent également se faire avec de la musique pour garder cette notion de plaisir. Si l’activité physique est contrainte et forcée, à un moment donné, ça va s’arrêter. Le but ce n’est pas que ça dure une semaine.