UNSS futsalChampionnats de France

Les leçons de Robin Barbosa (Déodat Séverac, US Colomiers)…

10/03/2017 à 16:33

Un an après avoir participé au championnat de France UNSS de foot à 11 à Pontivy, Robin Barbosa a remis ça cette année avec le lycée Déodat de Séverac en futsal, à Madine, près de Nancy. Dixième en 2016, 9ème en 2017, le milieu de terrain des U17 Nationaux de Colomiers revient sur ces trois jours enrichissants d'une compétition intense... et finalement frustrante. (par J.L.B.)

Robin, quel sentiment domine chez toi après ces championnats de France que vous avez terminé sur trois victoires ? On est content d’avoir réagi après nos deux défaites de la première journée mais frustrés parce que nous avons perdu face au finaliste (Reims) un match que nous avions les moyens de gagner. Ce scénario ressemble à celui de l’an dernier, quand nous avions également perdu d’entrée contre Niort (1-2), avant de voir cette équipe que nous avions dominée, arriver elle aussi jusqu’en finale. On a des regrets de ne pas avoir pu entrer plus rapidement mentalement dans la compétition.

D’un championnat de France de foot à 11 à un championnat de France de futsal, as-tu vécu l’événement de la même manière ? Oui, c’est une expérience équivalente, avec un environnement semblable et pas mal de pression sur les épaules, car il s’agit quand même des meilleures équipes de France UNSS, et nous voulions faire mieux que l’an passé. On y est parvenu… mais on avait les moyens de faire encore mieux. C’est dommage.

L’an prochain ? Oui, pourquoi pas. Je serai encore là, en terminale (rires) !

Comment as-tu trouvé le niveau de jeu ? Il a été assez élevé, surtout par rapport à celui que nous côtoyons d’habitude en Midi Pyrénées. Le fossé est important et il explique en partie nos difficultés à entrer dans la compétition, à se mettre rapidement au niveau. Mentalement, nous n’étions pas prêts à affronter aussi vite une équipe aussi forte.

« Ce n’est qu’à partir du moment où on a privilégié l’aspect défensif qu’on a pu gagner des matchs. »

Outre l’aspect technique, quelle est la principale difficulté de passer du foot à onze au futsal ? Elle se situe au niveau tactique. Car il ne faut pas croire qu’il suffit d’avoir de bons techniciens pour avoir une bonne équipe.  Il faut aussi avoir une vraie stratégie collective, se déplacer et tous défendre en même temps. Il suffit qu’un joueur ne fasse pas l’effort pour tout déséquilibrer. Face à Reims, qui nous a attendu dans son camp pour mieux nous contrer avec de longs ballons, on a trop voulu jouer. Ce n’est qu’à partir du moment où on a privilégié l’aspect défensif qu’on a pu gagner des matchs.

Aviez-vous pu vous préparer suffisamment à cette échéance importante ? Oui, les derniers quinze jours, nous faisions des entraînements spécifiques, en plus des séances habituelles quotidiennes.

Robin sous les couleurs de l’US Colomiers.

Pour participer à ces championnats de France, tu as du faire l’impasse sur les cours. Sans regret ? Non pas vraiment (rires) !

Tu as aussi du déclarer forfait pour le déplacement de ton équipe en Corse, Colomiers, en championnat National U17. Sans regret ? Non, car ça valait le coup. J’espère qu’ils vont gagner mais je ne regrette pas mon choix. On n’a pas la chance de vivre tous les ans un championnat de France. On s’est préparé toute l’année pour ça, j’aurais mal vécu de ne pas aller au bout de cette aventure.

Robin Barbosa – 17 ans – Joueur à Plaisance, Colomiers (depuis 2014) – Elève en 1ère STIDD.

Pour consulter tous les résultats des championnats de France futsal