Féminines

L’étoile montante de Portet !

03/05/2018 à 17:46

Auteur d'un parcours exceptionnel cette saison, les féminines de l'ASPCR vont bientôt jouer les barrages pour accéder à la D2. Emma Davezac, leur coach, se livre sur cette réussite et les ambitions du club pour cette équipe.

Cette saison, vous êtes championnes de DH, vous êtes encore en course en Coupe d’OccitanieQu’est-ce qui vous permet d’avoir de si bons résultats cette année ?

Déjà, c’est la continuité par rapport à l’année dernière. On n’a pas énormément recruté, on a consolidé. On a fait à peine 3 recrues et je pense qu’on est en train de créer des automatismes. Les joueuses arrivées la saison dernières n’étaient pas forcément impliquées de la même façon. Les objectifs étaient plus floues que cette saison et je pense que maintenant elles sont prêtes à s’impliquer davantage pour pouvoir avoir le billet pour la D2. Certaines ont l’expérience de cette D2, et au début, elles sont arrivées de façon un peu détachée en se disant que la DH n’était pas un bon niveau. Mais quand l’année dernière, elles ont vu que le billet pour les inter-régions n’était pas acquis, ça a fait du bien pour tout le monde. Ça a un peu remit un coup de fouet. Du coup elles sont parties avec d’autres intentions et l’assiduité n’a rien à voir. Cette année, on est parti sur 3 entraînements par semaine, et on a 75% de l’effectif qui est là constamment.
Moi de mon côté, je me suis renforcé au niveau du staff. Maintenant j’ai un adjoint qui s’occupe plus de la partie tactique. Moi je suis sur le coaching au quotidien. On est un peu comme une deuxième famille.
Après il y a également les primes, il faut être réaliste. On a mis les primes l’année dernière sauf qu’il n’y avait pas trop de paramètre d’assiduité, alors que cette années elle le sont. Elles sont également soumises au comportement. Si elles ont un mauvais comportement, elles n’auront pas leurs primes. Tous ces paramètres font que l’on a un groupe qui vit bien avec de bonnes intentions.

 

Si vous validez la montée en D2, de quoi vous aurez besoin pour y rester ?

Il va nous falloir recruter. Mais pour cela, il faut que l’on aille se créer des équipes jeunes. On doit également se créer des partenaires financiers qui nous aideraient en cas de recrutement de joueuses extérieures. On passera sur 4 entraînements par semaine donc il faudra sûrement les encourager via des primes plus conséquentes. Elles feront davantage d’effort et de sacrifice donc il leur faudra une compensation. Pour leur montrer que l’on porte de l’intérêt à l’équipe et aux féminines dans le club. Après, je pense que ça passe également par des U19 nationaux. Ça nous amènerait du renouvellement. On peut également se dire que des joueuses qui ne seront pas retenues dans l’objectif D1 du TFC pourront trouver leur place chez nous.

Pour vous l’objectif D1 ce n’est pas d’actualité ?

Non ce n’est pas du tout notre ambition aujourd’hui, c’est un autre monde. Dans 6-7 ans pourquoi pas. J’était à Muret quand on l’a fait ! Ça peut se faire, mais pour ça il faut avoir les épaules bien en place. Du point de vue des infrastructures sportives et terrains, on aurait ce qu’il faut. Mais pour l’instant du côté financier, on n’a pas encore ce qu’il faut. Quand on voit Albi qui a du mal à se maintenir avec un budget de 200 000€, nous c’est compliqué avec un budget de 120 000 € de pouvoir avoir actuellement cette ambition. Après tout est possible. On a des sponsors, de plus en plus. Ils ont bien plus d’intérêt pour le football féminin qu’avant. Il y a quand même une mane de développement, et je pense qu’il y a quelque chose à faire. On a également la chance d’avoir un comité directeur et une ville qui sont pas mal derrière le foot féminin. On est bien considérés quoi !

 

Et aujourd’hui vous auriez ce qu’il faut pour rester en D2 ?

Avec l’effectif actuel ? On bataillerait, mais je pense que c’est faisable. J’aurais le bémol sur une seconde gardienne quand même. Là c’est compliqué, je n’en ai qu’une et quand elle s’est blessée on a eu un passage à vide.

 

Vous de votre côté, seriez-vous prête à accentuer votre niveau de formation pour faire progresser l’équipe ?

Bien sûr complètement. Je me replongerais dans ma formation. J’aimerais bien parfaire mes compétences un petit peu plus. L’année prochaine je compte m’y remettre

 

Actuellement du coup vous avez quoi comme formation à disposition ?

J’ai le BNF, mon adjoint a le BEF et la saison prochaine on aura un nouvel adhérent au staff qui a le BEF. On ambitionne également de signer un préparateur physique. Dans un premier temps, ce dernier ne serait que pour les féminines, mais après il nous en faudrait un pour le club.

 

Comment vont se passer vos inter-régions pour l’accès en D2 ?

Il va y avoir un tirage au sort dans un chapeau géographique. On jouera un premier tour en match aller-retour contre l’un des deux 10ème de D2, comme il y a 2 poules ou le premier de la DH de Languedoc-Roussillon. Ensuite si on passe le premier tour, on en aura un deuxième dans les mêmes circonstances. Le tirage au sort aura lieu aux alentours du 15 mai. A savoir que le premier tour commencera le 27 mai et après ça sera les 4 week-ends qui suivent.

 

Vous êtes encore en course en Coupe d’Occitanie du coup. Quelles sont vos ambitions dans cette compétition ?

L’intérêt, c’est d’aller le plus loin possible pour garder le rythme, rencontrer à nouveau le TFC pour se tester à nouveau.