N2, groupe B30ème et dernière journée

Patrice Maurel (Colomiers) : « Nous avons réussi… notre mauvaise saison ! »

24/05/2019 à 10:00

Leur excellent début de championnat, jusqu'en décembre (1 défaite en 13 matchs, première place du groupe) a pu faire croire que Colomiers avait les moyens de rivaliser dans la durée avec des écuries autrement plus fournies en effectif expérimenté. La réalité a rattrapé les joueurs d'un coach qui a su, à partir de janvier, conduire une équipe rajeunie vers un maintien dont il faut savoir se satisfaire. Et d'abord parce qu'il permet au club toulousain de poursuivre une politique sportive centrée sur la formation et le travail de ses éducateurs plus que sur le recrutement.

Le bilan de la saison – « Nos jeunes ont vécu des scénarios exceptionnels »

« Depuis cinq ans que j’ai pris cette équipe en mains on reste sur la même logique de fonctionnement, avec des joueurs du cru, beaucoup issus de nos équipes de jeunes, certains revenant au club après avoir tenté leur chance ailleurs. Dans un championnat de plus en plus exigeant, qui se professionnalise de plus en plus, avec des équipes qui ont nettement plus de moyens – à titre d’exemple le Stade Bordelais que nous avons joué le week-end dernier affiche cinq contrats fédéraux quand nous n’en avons aucun – on se maintient à des places d’honneur : 2ème, 3ème, 5ème… et au mieux 7ème cette saison. Notre début de saison excellent aurait pu nous laisser croire qu’on allait faire mieux mais trop de nos cadres ont mal géré cette bonne entame. Entre les suspendus, les blessés de longue durée, on n’a pas pu compter dans la durée sur Ventrice, Goryl, Léoni ou Kolczynski et on s’est retrouvé, en pleine phase de transition, avec des joueurs qui n’avaient pas davantage qu’une dizaine de matchs de N2 derrière eux. Or, ces jeunes ont beaucoup joué, et parfois dans des conditions difficiles et des scénarios un peu exceptionnels qui nous ont amené à perdre souvent sur des coups du sort, des penaltys en fin de match ou des erreurs d’arbitrage avérées. L’apprentissage a été difficile, mais il  été d’une efficacité redoutable car les jeunes ont pu voir que la moindre erreur se paye cash. C’est pour cela que l’objectif a rapidement été d’apprendre aux jeunes joueurs à aller au delà de leur penchant naturel pour le relâchement, quand ils ont parfois tendance à manquer leur match quand ils manquent leur premier contrôle ou leur première action. Dans la même logique, depuis janvier, je l

eur ai demandé de réussir… une mauvaise saison, c’est à dire de tout mettre en oeuvre pour se maintenir, malgré tout, malgré les aléas contraires, car il ne s’est agi que de ça. Et j’ai franchement été impressionné par l’intensité de tous les instants que mettaient les mecs à tous les entraînements. Cela va dans le sens des valeurs que nous voulons imprimer à ce groupe, et qui tiennent en une phrase : le travail paye toujours ! »

Les ambitions du club « Cette saison, la réalité du terrain a suscité trop de frustrations chez nos cadres »

« Je sais ce qui manque au club pour franchir un palier, forcément davantage de moyens mais cela ne nous écarte pas de notre fonctionnement, de ce défi de garder le cap, d’une exigence à avoir. Or, cette saison, la réalité du terrain a suscité trop de frustrations chez nos cadres. A chaque défaite, on perdait deux ou trois joueurs… Ce n’est donc pas qu’une question de moyens financiers. Je crois beaucoup au travail, on s’entraine cinq fois par semaine, à l’humilité, même si l’US Colomiers est un club « bankable » où beaucoup de joueurs veulent signer. 

Pour la saison prochaine, il va falloir amener du sang neuf, de nouvelles idées aussi, mais sans perdre de vue les potentiels intéressants qui ont déjà pu s’exprimer en N2 mais aussi en R1 avec l’équipe réserve ou en U19. »

Son positionnement personnel « Beaucoup parlent à ma place et me prêtent des ambitions »

« J’ai vécu ma dixième année au club, ma cinquième avec l’équipe première, je suis porteur du projet, d’une certaine façon de fonctionner. Beaucoup parlent à ma place et me prêtent des ambitions mais je suis bien où je suis avec des dirigeants et un staff avec qui on fonctionne à merveilles, pour faire avancer le club avec nos moyens. L’objectif est de faire mieux à tous les niveaux, mais la machine avance tout le temps et c’est le plus important. Lorsque vous m’aviez interrogé il y a cinq ans, je vous avais dit qu’on allait repositionner le club sur des bases nouvelles, avec davantage de confiance faite aux jeunes, au travail des éducateurs, moins de recrutement de joueurs extérieurs… Vous demandiez à voir et à juger dans la durée. Cela fait maintenant cinq ans qu’on est sur les mêmes rails. J’ai affiché cet article que je lis souvent et vous pouvez constater qu’on reste fidèle à nos engagements et qu’on le restera tant que je serais porteur de ce projet. »

propos recueillis par F.D. 


Photo : la photo officielle de l’USC 2018-2019 (crédit : site officiel du club)