EnquêteCollèges et lycées

Sections sportives : pourquoi il faut les défendre !

24/04/2019 à 17:25

Créées dans les années 70, les premières sections foot, qu'on appelait sport-études, sont aujourd'hui devenues, pour tous ceux qui ne sont pas pris dans les centres de formation ou les pôles espoirs, les seules alternatives crédibles pour poursuivre un double projet, footballistique et scolaire, et ne pas abandonner l'ambition de jouer au meilleur niveau possible... sans négliger ses études. Ce qui, en France, s'apparente souvent à un vrai exploit. Etat des lieux.

Cette année, en France, 677 collèges abritaient des sections foot premier cycle (6ème-3ème), pour 188 sections second cycle (2nde-terminale) dans les lycées. Héritages des premiers sport-études qui avaient accompagné la montée en puissance du sport à l’école il y a une cinquantaine d’années, comme une prise de conscience tardive, mais salutaire, des effets bénéfiques du sport sur l’éducation de nos enfants, attirés ou pas par la compétition, les sections sportives scolaires perpétuent cette notion de double projet qui  a encore bien du mal à exister dans notre pays. Quand la culture anglo-saxone a depuis longtemps intégré la nécessité de nourrir avec la même exigence corps et esprit, la France semble s’étonner, s’émerveiller presque, chaque fois que sont mis en valeur des profils d’individus capables de poursuivre à la fois sport et études de haut niveau. Quand le sport est un plus, un vrai atout, dans les parcours scolaire et universitaire d’un étudiant américain, il devient vite un handicap pour son homologue français, obligé de choisir, soit l’un, soit l’autre. Heureusement, avant d’obtenir son bac, il aura eu la possibilité de pousser l’incongruité (!) du double projet au moins au sein du collège, au mieux jusqu’au lycée grâce aux sections sportives qui « s’inscrivent dans la valorisation du sport à l’école et des parcours du sportif Paris 2024, nous dit Stéphane Audard (frère aîné de l’ancien gardien emblématique du FC Lorient), lui même ancien élève de ces sections qui a ensuite été à l’origine, sur Toulouse, de la création d’une section premier cycle sur un collège de quartier, puis second cycle sur le lycée Déodat de Séverac, avec qui il rentre des championnats du monde en Serbie (voir interview ci-joint). Il existe prés de 1000 sections sportives sur le territoire français avec un plan de développement cohérent sous l’impulsion de la FFF et de José Alcocer, DTN chargé du football scolaire. »

4 séances par semaine, entraînements avant 18h, DES et spécifique gardien obligatoires…

Lire l’article complet sur Actufoot.com

Sections sportives : pourquoi il faut les défendre !