EntretienU19, D1

Thomas Lafargue (Saint Orens) : « Faisons de notre très belle saison une saison extraordinaire »

27/02/2019 à 12:00

A l'instar d'une équipe première leader de son groupe de R2, les U19 de Saint Orens caracolent en tête de leur poule de D2, invaincus, ils aspirent le rester jusqu'au bout. Dans le sillage d'un jeune coach dynamique et structuré, les Rouge et Noir présentent un bilan impressionnant de douze matchs sans défaite. Seule l'équipe de Tournefeuille,en Gambardella, est parvenue à la terrasser.

Thomas, quelles étaient les ambitions de ton équipe en début de saison ?

En connaissant le futur de cette catégorie U19, l’unique objectif fixé au groupe en début de saison était de prendre du plaisir, en travaillant pendant les séances, en produisant du jeu à chaque match et en étant une bande de copains pour nous mener à être compétitif chaque week-end et gagner un maximum de rencontres possible. Et surtout pas l’inverse, à savoir que ce n’est pas le résultat qui doit nous amener du contenu…

Comment jugez-vous cette première partie de saison ?

Hormis une défaite au deuxième tour de Gambardella (face à une belle équipe de Tournefeuille), je n’ai quasi rien à reprocher au groupe : reprise tôt en août avec du monde, stage d’avant saison dans un cadre idyllique et une ambiance plaisante à voir, des matchs amicaux contre de belles équipes (Onet, Bayonne, Castanet, Castelnaudary) qui nous ont fait travailler et un taux de présence aux entrainements élevé. Tout ceci nous amène là où nous sommes aujourd’hui à 5 matchs de la fin en championnat et en 1/4 de finale de coupe. C’est du travail et pas le fruit du hasard même si on peut toujours mieux faire.

« Il faut apprendre à être rigoureux 95 minutes et ne rien laisser aux adversaires. »

Est-ce une surprise de vous voir encore invaincus à mi championnat ?

Oui et non. Sans être prétentieux j’ai toujours pensé que le groupe à ma disposition se devait de jouer cette première place. De là à être encore invaincus… Comme j’ai dit aux joueurs, dans n’importe quel sport, quelque que soit le niveau, finir une saison invaincus en championnat est extraordinaire. Souvent on passe toujours à la trappe sur un match. Alors faisons de notre très belle saison une saison extraordinaire. Il reste cinq matchs pour y arriver, et pas les plus simples !

Quelles sont les principales qualités, les points plus faibles de votre équipe ?

J’ai déjà un groupe très soudé et le stage d’avant-saison n’y est pas pour rien. Sur le plan football, j’ai adapté mon effectif et les quelques recrues au projet de jeu que je souhaitais mettre en place : des sorties de balle au sol grâce à des défenseurs capables de le faire, du jeu entre les lignes avec des joueurs sachant lire le jeu et pouvant combiner en petits périmètres ou des fixations sur un couloir et des renversements et des attaquants complémentaires dans leur style, point d’appui et profondeur. Tout ceci, avec du travail, nous mène à produire du contenu, même si c’est plus facile sur certains terrains que d’autres.
Des défauts il y en a. Il a fallu énormément travailler tactiquement sur le plan défensif durant la préparation car c’était fragile. Oui je veux marquer un but de plus que l’adverse mais c’est déjà plus facile quand on n’en prend pas et il a fallu le faire comprendre. On ne peut pas laisser les défenseurs tout seul. Du coup nous avons travaillé l’animation défensive avec rigueur et bien entendu les transitions défensives où désormais les joueurs savent ce qu’on doit faire à la perte de balle, en fonction de l’endroit où on la perd. Nous avons aussi travaillé les coups de pied arrêtés offensifs et le résultat est prometteur car nous marquons pas mal de but sur ces situations. Il manque aussi cette part de rigueur sur certains matchs qui fait que nous encaissons des buts bêtes. Il faut apprendre à être rigoureux 95 minutes et ne rien laisser aux adversaires.

« Une équipe fanion qui joue la montée en R1, ça motive encore plus »

Quelle est la nature de votre effectif, le profil des joueurs ?

Je possède un effectif de 22 joueurs, tous les postes sont doublés. Je n’ai pas l’équipe la plus athlétique du championnat, mais nous faisons avec nos armes, de la technique, de la vitesse dans les courses et transmissions et de l’intelligence de jeu. Nous avons aussi une très bonne réaction à la perte de balle depuis le début de saison où nous empêchons l’adversaire de relancer propre et/ou de s’organiser grâce à nos profils de joueurs très mobiles.

Quelle est la politique du club par rapport aux U19 ?

La politique du club pour nos U19 est de les intégrer le maximum possible aux seniors. Trois U19 s’entrainent la semaine avec le groupe réserve et chaque week-end ou presque, certains joueurs jouent avec l’équipe réserve et l’équipe trois. Le but sera de les intégrer à ces deux groupes l’année prochaine afin d’ajouter de la qualité aux groupes et de la jeunesse. Le graal serait l’équipe première mais au vu de la quantité de l’effectif et de sa qualité cela paraît compliqué, mais on bosse pour les amener au maximum de leur capacité. Et si les portes s’ouvrent…

Quel est votre parcours d’éducateur et vos ambitions personnelles pour la suite ?

J’ai commencé ici à St Orens en 2014/2015 avec les U15B puis en 2015/2016 avec U15B et U17B, avant la saison 2016/2017 avec U17A et U19A et enfin depuis 2017 avec les U19. Ces cinq années m’ont fait progresser, franchir des caps année par année, affiner la préparation de mes séances, de voir ce qui se fait sur les groupes seniors et de savoir de façon précise les profils de joueurs que j’aime avoir dans mes effectifs et avoir ce projet de jeu actuel. Pour la suite, je n’ai pas pris de décision. Le président sait précisément ce que j’aimerai faire à St Orens et avec quels joueurs et à quelles conditions mais il y aussi quelques portes qui se sont ouvertes ailleurs et je me laisse le temps de la réflexion car les projets sont très intéressants. J’essaierai de prendre la meilleure décision dans le cadre sportif pour bien travailler mais aussi par rapport à mon nouveau statut professionnel (je suis courtier en prêt immobilier) et ma vie privée. Je ne prendrai pas une équipe pour prendre une équipe. Je préfère prendre une année de repos et travailler personnellement en allant voir des matchs, que de faire les choses à moitié si le contexte qui m’est proposé ne me convient pas. Mais avant cela il y a une saison à finir. Même si la décision sera prise avant.

Quel impact a le joli parcours des seniors sur la situation de votre équipe ?

Pour notre championnat, aucun. Ce sont beaucoup de derbys où tous les joueurs se connaissent et les adversaires veulent nous battre pour pouvoir chambrer le lundi matin au lycée et pour dire qu’ils ont battu le leader de la poule, et pas une équipe U19 dont la une joue la montée en R1.
Mes joueurs suivent les résultats de l’équipe fanion mais ne sont pas des bisounours non plus. Ils savent que le chemin est long, que le groupe est difficile à atteindre mais travaillent sans relâche pour essayer de se faire voir et intégrer une séance avec le groupe un. Ils m’en parlent mais je leur dis d’être patients et que cela viendra tôt ou tard. Une équipe fanion qui joue la montée en R1, ça motive encore plus. Ils attendent en tout cas qu’une porte s’ouvre pour s’y engouffrer. Ils n’ont pas le niveau à l’instant T, ils le savent et je le sais mais je sais aussi que certains peuvent y arriver d’ici quelques temps. Je pars du principe qu’on ne saura jamais si certains ont le niveau si on ne leur fait jamais goûter. Mais ça viendra, j’en suis sur. Guillaume et Anthony, les coachs de la une, bossent très bien et je pense qu’ils ont aussi cette idée en tête.

Propos recueillis par F.D.