GambardellaJeunes

Matisse Merino (Stade Bordelais U19) : « Je crois en nous, je crois en eux »

15/02/2017 à 4:00

Les U19 du Stade Bordelais s'apprêtent à jouer un match historique. Ils vont affronter ce dimanche Lens, pour le compte de la coupe Gambardella Crédit Agricole. (par Marie-Laure Julian)

Les U19 du Stade Bordelais vivent une semaine exceptionnelle. Et pour cause, les protégés de Bernard Loumandet et Christophe Martinez préparent le match de seizièmes de finale de coupe Gambardella Crédit Agricole. Les Lionceaux sont déjà entrés dans l’histoire du club puisque jamais ce niveau n’avait été atteint par le passé. Et c’est une grande fierté pour Matisse Merino.

Il avait déjà goûté à cette compétition la saison passée et déjà, elle avait été magique à ses yeux : « j’ai déjà eu un petit aperçu l’an passé. J’étais dans le groupe lors du match de soixante quatrième de finale. J’avais un an de moins et je n’étais pas titulaire, et je suis rentré en cours de match. Ce match m’avait apporté beaucoup de choses« . Cette saison, alors qu’il est capitaine de cette formation, il a pu la découvrir bien plus. Et n’a pas envie que cela se termine. Un ton posé, malgré l’excitation du match à venir, il analyse tout de même ce qui a permis à lui et ses coéquipiers de réaliser un tel parcours. Il explique que cela vient de plusieurs paramètres. Tout d’abord, la formation made in Stade Bordelais qui a permis à ces jeunes d’évoluer, franchir ou s’affronter depuis deux ans : « un travail sur deux générations qui a permis la montée en 17 national. Du coup, il y a une vraie osmose et c’est un vrai plus« . Puis, il y a une belle cohésion : « nous sommes une bande de copains, un groupe uni. Lors des 64es de finale à Tarnos, nous sommes parvenus à nous qualifier malgré l’absence de joueurs importants. Ce qui signifie qu’il n’y pas que onze bons joueurs mais un gros groupe ». C’est pourquoi il est heureux mais surtout fier d’être le capitaine de cette équipe. Un rôle qu’il prend avec beaucoup de sérieux, un « petit bonus. J’essaie d’être irréprochable et de leur montrer l’exemple afin de tirer chacun vers le haut. Etre capitaine du Stade Bordelais avec ce groupe fait plaisir« .

« Il ne faut pas gâcher un beau moment »

Matisse Merino et ses coéquipiers préparent sereinement cette rencontre.

Ce dimanche, les Lionceaux recevront Lens pour ce match de coupe Gambardella, le finaliste de l’édition précédente et troisième de sa poule de championnat national. Voilà une belle affiche tant attendue du côté de Sainte Germaine.  Un bel enjeu que le groupe aborde sereinement, sans pression. « Cela fait longtemps que nous jouons au football. Ce sera sûrement le match le plus important de notre carrière mais il ne faut pas gâcher un beau moment par un trop de pression. Il faut savourer et apprécier ce match tel qu’il arrive. Il ne faut pas se focaliser sur l’après mais sur cette rencontre« , indique le jeune milieu de terrain. Il faudra donc aux jeunes joueurs être costauds dans leur tête, car c’est souvent le mental qui fait la différence dans les matchs de coupe même si Matisse reconnait « Lens a l’habitude de ce genre de match. Certains sont professionnels, un de leur joueur est en équipe de France… » .

Pour cette rencontre, il aura à coeur que le Stade Bordelais « joue un beau football. Nous nous efforçons cela quelque soit l’adversaire. Ce match sera un match sympathique et agréable à jouer« . Avant cela, de penser à fouler la pelouse du stade de Sainte Germaine, il écoutera les quelques mots de Bernard Loumandet qui selon lui « a le don pour nous mettre dedans et nous motiver« . A son tour, alors que les deux coachs les laisseront dans « leur bulle », Matisse Merino parlera au groupe, avec les autres cadres : « je crois en nous, je crois en eux« .