DécaléR4

Le portrait de… Tony De Santi (Coteaux Libournais)

24/03/2017 à 3:50

Ce week end, Tony de Santi va jouer contre son ancien club. L'occasion de le découvrir par le biais d'une interview décalée. (par Marie-Laure Julian)

L’homme…

Quel est ton principal trait de caractère ?  D’être franc.

Quelle est, selon toi, ta qualité première ? Mon honnêteté.

Ton défaut le plus important ? Je suis impulsif, sur le terrain comme dans la vraie vie.

La femme idéale tu la verrais comment ? Blonde, sportive, sociale et attachante. Ma copine actuelle en fait.

Et concrètement, qui incarnerait ton fantasme féminin ? Scarlett Johansson

Quel est ton plat préféré ? Des pâtes carbonara à l’italienne

Le footballeur…

Quelle est ta première qualité de footballeur ? Le sens du jeu.

Ton principal défaut en tant que joueur ? Je parle beaucoup sur le terrain.

Quel est ton plat préféré d’avant match ? Le classique : des pâtes.

Et qu’est-ce que tu ne supportes pas d’avaler avant une rencontre ? Mac Do ou ce genre de repas bien gras. Je l’ai fait une fois et j’en garde un très mauvais souvenir. La digestion avait été compliquée. J’avais gardé le repas longtemps dans l’estomac.

Quelle est la situation de jeu où tu es le moins à l’aise ? Le repli défensif.

Quel est le geste technique que tu maîtrises le moins ? Le coup du foulard.

Quel est le geste technique que tu maîtrises le plus ? La roulette.

Comment célèbres-tu tes buts ? En faisant un swing de golf. 

Le but de tes rêves serait lequel ? Une reprise de volée à 40 mètres, le même que Zlatan Ibrahimovic contre l’Angleterre. Le plus beau que j’ai mis reste une frappe du milieu de terrain, le gardien était avancé.

Qu’est-ce qui t’exaspère sur un terrain ? Certains spectateurs.

Quelle est la première chose que tu fais en rentrant chez toi après un match ? Je me repose devant Canal Football Club.

Quelle est la plus grosse honte que tu as connue dans le cadre du football ? Un pénalty raté lors d’une séance de tirs aux buts. C’était un match de Gambardella, le tour juste avant les maillots. J’ai tiré en dernier, j’ai loupé, on ne s’est pas qualifié.

Quelle est ton idole footballistique ? Zlatan Ibrahimovic.

Le joueur le plus connu contre qui tu as joué ? Aucun. Mais mon entraineur, Michaël Michel, a joué au haut niveau.

Quel est ton meilleur souvenir footballistique ? Mes deux premiers buts en DH, à Libourne, contre Agen. Je jouais avec les U19 mais sur un match j’ai été appelé par Dragan Keserovic. La surprise étant que j’étais titulaire.

Le pire ? J’ai loupé une finale de coupe du district avec Coteaux Libournais, contre Saint Seurin. Saint Seurin m’a d’ailleurs recruté après cette rencontre.

As-tu une manie de footballeur ou un petit secret inavouable ? Non si ce n’est que je me signe toujours en rentrant sur le terrain car je suis croyant.

Si tu devais donner une bonne raison de venir au stade de Saint Germain du Puch ? C’est un stade accueillant, où il y a de la convivialité.

Quelle est la première décision que tu prendrais si tu étais le président de ton club ? Mettre des tribunes au Stade de Saint-Germain du Puch.

As-tu un message à faire passer à tes dirigeants ou supporters ? Qu’ils continuent à croire en nous comme ils le font tous les week ends.

Le joueur et son vestiaire…

Tes coéquipiers t’ont-ils affublé d’un surnom ? Non mais Thomas Servais me chambre souvent en m’appelant le magicien. Cela fait suite à un match où j’étais remplaçant. Quand je suis rentré il y avait 0-0 et j’ai marqué un but après avoir dribblé des joueurs adverses. Nous avions gagné 1-0.

Il y a-t-il un chouchou du coach ? Non il n’en n’a pas il aime tout le monde. Maintenant c’est vrai qu’il a des copains avec lesquels il a joué comme Thomas Raffaillac, Thomas Servais ou Ahmed Berkouch.

Qui est le briseur de chevilles ? Il n’y en n’a pas chez nous, nous sommes des gentils.

Et le briseur de reins ? Sébastien Emauzy.

Qui incarne le coéquipier modèle ? Sébastien Emauzy.

Qui a le plus mauvais caractère ? Moi ! Tout le monde peut le dire à Coteaux Libournais.

Dans ton équipe, à qui décernerais-tu le ballon d’or et pourquoi ? Sébastien Emauzy. C’est un joueur qui fait les efforts pour les autres. Il est très à l’aise techniquement et ne parle jamais sur un terrain. Nous avons commencé à jouer ensemble. C’est un excellent joueur qui aurait pu jouer plus haut.

Et le ballon de plomb ? Il n’y en n’a pas nous avons tous des qualités.

Qui se fait le plus chambrer et pourquoi ? Moi car je l’ouvre tout le temps !

Qui est le beau gosse du vestiaire ? Thomas Raffaillac. Il m’a demandé de ne pas l’oublier.

Qui a besoin d’un relooking dans le groupe ? Personnes, nous sommes tous bien habillés.

Qui est le roi de la troisième mi-temps ? Toute l’équipe. Certains pensent à la bière avant que le match ait commencé.

Qu’est-ce que tu apprécies le plus chez ton coach Mickaël Michel ? Il a de très bonne connaissance du football, qui nous permet d’avancer et de progresser.

Et la chose qui te gêne chez lui ? Il ne parle pas beaucoup mais c’est son caractère.

Pour conclure…

Y a-t-il un joueur que tu aimerais bien voir te rejoindre ? Non car ils sont tous ici !

As-tu un ou des messages personnels à faire passer ? Un petit clin d’oeil aux anciens : Thomas Raffaillac, Thomas Servais et Ahmed Berkouch pour la petite chanson qu’ils me concoctent tous les mercredis (NDLR : nous avons pu l’entendre ça donne lalalalalala Oh De Santi lalalalalalala etc…). Et un big up à toute l’équipe.

 

Tony de Santi digest
Né le 28 février 1995
Poste : Attaquant ou meneur de jeu
Club :  Coteaux Libournais
Parcours : Coteaux Libournais (4 ans à 18 ans), Saint Seurin (18 ans à 19 ans), Libourne, Coteaux Libournais.