Interview

Akin Bektas : « Je ne retiens que du positif de ces années à l’AS Béziers »

01/10/2020 à 11:59

Akin Bektas (25 ans) a rejoint La Clermontaise en provenance de l'AS Béziers. Durant un entretien exclusif accordé à ActuFoot34, le latéral droit s'est confié sur sa formation biterroise, ainsi que sur ses premiers pas en National 1. Le footballeur turc est également revenu sur sa signature à Clermont-l'Hérault avant d'évoquer ses objectifs pour la suite de sa carrière.


L’ENTRETIEN AVEC AKIN BEKTAS

Akin, comment vivez-vous les derniers mois difficiles à cause du Covid-19 ?

C’est une période compliquée que l’on vit. Je n’ai plus rejoué un match depuis le confinement, mais le principal c’est la santé, malgré l’envie de retrouver les terrains. Désormais, j’ai intégré un nouveau club, donc je devrais bientôt reprendre la compétition.

Vous avez commencé votre formation à Béziers. Quels souvenirs gardez-vous de ces débuts ?

J’ai commencé à Béziers Méditerranée. Par la suite, en 2007, l’AS Béziers est naît grâce à la fusion de plusieurs clubs biterrois. J’ai donc fait partie du projet. Pour la suite, j’ai fait toutes mes catégories jeunes. L’ASB est le club qui m’a permis de découvrir le football et différents niveaux.

En 2019, Mathieu Chabert vous intègre au sein du groupe professionnel de l’AS Béziers. Vous découvrez donc la N1. Ça doit être une fierté ?

Avant ça, j’évoluais avec l’équipe réserve. On est passé de la R1 à la N3. C’est au moment de notre montée en N3 que Mathieu Chabert a fait appel à moi. Il m’a appelé pour faire les matchs de préparation avec le groupe professionnel. J’ai disputé des matchs amicaux, et avant le début de saison, le coach m’a convoqué dans son bureau pour me dire qu’il voulait que j’intègre définitivement son effectif. Mathieu Chabert m’a accordé sa confiance. C’est une très bonne personne, il est très honnête et très rapproché avec les joueurs. Sur le point tactique, j’ai beaucoup appris avec lui.

Quelques mois plus tard, Didier Santini, qui remplace Mathieu Chabert, décide de ne pas compter sur vous…

Oui, Didier Santini est arrivé, mais malheureusement il ne comptait pas sur moi. Je suis un peu déçu par sa décision car il ne m’a pas laissé une chance de me montrer, alors que quelques semaines auparavant je jouais en N1. C’est beaucoup de regrets pour moi, mais ça m’a permis de découvrir les difficultés du niveau professionnel. Le fait d’avoir joué en N1 m’a aussi permis d’avoir des opportunités ailleurs.

Justement, après vos apparitions en N1, avez-vous reçu des offres ?

J’ai eu des approches en Turquie. En France, on m’a proposé à un club de N3, mais j’ai voulu attendre pour voir si j’avais d’autres propositions. En Turquie, j’ai eu beaucoup de choix, mais c’était compliqué. J’ai fait un essai dans un club de troisième division turque, mais leur proposition ne m’intéressait pas.

Désormais, vous êtes un joueur de La Clermontaise (R1). Comment les dirigeants vous ont contacté ?

On m’avait parlé de Clermont avant que je parte faire l’essai en Turquie. Je recevais de nombreux messages des dirigeants, donc leur façon de m’approcher m’a beaucoup plu. J’ai vu qu’ils avaient vraiment envie de me recruter, donc on s’est fixé un rendez-vous, j’ai rencontré le coach, les joueurs, et j’ai vu leur niveau aux entraînements, j’ai beaucoup apprécié.

Quels sont vos objectifs pour la suite de votre carrière ?

Mon objectif n’était pas forcément de rester en France, car mon rêve est de signer professionnel en Turquie. Je me voyais un peu plus haut qu’en R1, mais c’est le destin qui a décidé ça. Maintenant, mon envie est de retrouver mon niveau de N1-N2 et d’aider du mieux possible La Clermontaise pour cette saison.

Le mot de la fin…

Je remercie l’AS Béziers pour les nombreuses années passées chez eux. Je remercie les coachs qui m’ont fait joué dans les catégories jeunes, ainsi que les entraîneurs de la réserve, Franck Histilloles et Antoine Bothorel. Pour finir, je remercie bien-sûr Mathieu Chabert, qui m’a accordé toute sa confiance et qui m’a lancé en N1. Je ne retiens que du positif de ces années à l’AS Béziers.

34