Portrait Joueur

Boubacar Kébé, des cris de singe aux acclamations d’un stade de 100 000 personnes

11/04/2019 à 17:30

Boubacar Kébé est de ces joueurs aux carrières atypiques, de ces hommes qui ont connu 1000 vies la trentaine à peine passée. Mis au placard à Libourne après avoir été victime d'insultes racistes lors d’un match de Ligue 2, il a évité de peu une amputation à force de sorties répétées en boîte de nuit à Strasbourg. Après s’est frotté aux Ligues des Champions asiatique et africaine, l’attaquant formé aux Girondins de Bordeaux a signé son retour en amateur cette saison pour coacher en U9 et U15. Pourtant, Alou Diarra son « coéquipier » au BEF en est convaincu, à 31 ans Boubacar peut encore rendre des services en National 1 au minimum…

Né au Burkina Faso, Boubacar Djeddy Kébé est arrivé en France à l’âge de 8 ans. Pour lui, le football en club commence à l’US Torcy, l’un des viviers amateurs les plus productifs de la région parisienne aujourd’hui. « J’ai été engrainé par les potes du quartier, lance l’intéressé. Je n’étais pas au niveau, alors j’ai dû travailler individuellement pour jouer avec eux. Je bossais dans mon coin après l’école, tout seul contre le mur. Ça me faisait mal au cœur d’être en équipe 2 ou 3. La notion de travail je l’ai acquise ainsi. » Et bien lui en a pris…

Le « mutant » de Blackburn

À 13 ans, Boubacar s’engage en faveur du club anglais de Blackburn, comme 4 autres joueurs torcéens, mais n’étant pas naturalisé français il ne peut y signer qu’un pré-contrat. « J’étais en pension alternative, c’est-à-dire que j’y allais à chaque vacance scolaire et reprise estivale, et je jouais toujours en compétition à Torcy », explique-t-il. Une période où le jeune homme progresse énormément, au point de se faire appeler le « mutant » par ses amis franciliens. Mais, las des allers-retours outre-Manche, il cède aux sirènes des Girondins de Bordeaux dont il rejoint le centre de formation en U16, malgré l’intérêt du Paris Saint-Germain et de l’AJ Auxerre.

Pour lire la suite de l’article :

Boubacar Kébé, des cris de singe aux acclamations d’un stade de 100 000 personnes

34