Interview - N3Fabrègues

Florian Printant (AS Fabrègues) : « J’ai beaucoup appris au MHSC »

04/11/2020 à 18:22

Pour Actufoot34, Florian Printant s'est confié sur son début de carrière. Le gardien de but de 21 ans est revenu sur sa formation au Montpellier Hérault Sport Club, avant d'évoquer son arrivée à l'AS Fabrègues (N3) et ses projets pour les années à venir.


L’entretien avec Florian Printant

Florian, vous avez été formé au Montpellier HSC. Que retenez-vous de vos années dans l’Hérault ?

Je retiens beaucoup de bonnes choses. J’ai beaucoup appris dans ce club, que ce soit sur le plan mental ou sportif, avec des entraîneurs très performants. En plus de ça, nous avons remporté des trophées, donc c’est toujours gratifiant, même si à la fin je n’ai pas eu ce que tout footballeur passant par un centre de formation souhaite, mais ce n’est pas grave. Je ressors qu’avec de bons enseignements. Maintenant, la suite n’appartient qu’à moi.

Vous avez remporté la Coupe Gambardella en 2017 avec Montpellier. C’est votre meilleur souvenir avec le MHSC ?

Oui, c’est l’un de mes plus beaux souvenirs. C’est toujours plaisant de remporter des trophées. Celui-là est particulier parce qu’on le remporte dans le Stade de France, devant notre famille, donc c’est encore plus beau. Même si je n’ai pas joué, c’est une très belle expérience vécue. Nous avons également remporté le titre de champion de France U19, qui est peut-être moins médiatisé mais tout aussi important. C’est la récompense du travail effectué sur l’ensemble de la saison. Ces deux trophées-là sont les plus marquants, mais il y en a eu d’autres aussi, avec les catégories de jeunes.

Malheureusement, vous n’avez pas eu l’occasion de signer un contrat professionnel. C’était une déception pour vous ?

Oui, ne pas signer professionnel au MHSC était une déception parce que c’est le club dans lequel j’ai grandi. J’ai des amis qui sont maintenant professionnels. J’ai passé une quinzaine d’années dans ce club, donc oui il y a eu une déception. Je m’y attendais un peu parce que j’ai passé la dernière saison en étant blessé au poignet pendant huit mois, donc cela ne m’a pas aidé.

Vous l’avez digéré ?

Au début j’y pensais un peu. Je me posais de nombreuses questions, mais c’est difficile de trouver des réponses. Maintenant, je pense au présent et au futur, donc j’essaie de prendre du plaisir dans mon club actuel.

Depuis 2019, vous évoluez sous le maillot de l’AS Fabrègues. Pourquoi avoir choisi de rejoindre ce club ?

J’ai eu plusieurs propositions de clubs de National 3. J’ai vu les coachs et le président de Fabrègues lors d’un entretien qui s’est vraiment bien passé. Le projet du club m’intéressait, donc Fabrègues est devenu l’une des mes priorités. Mon père et ma famille sont originaires de là-bas, donc c’est un clin d’œil pour eux. Je reste proche de ma famille, donc je ne regrette pas ce choix.

Le début de saison de l’AS Fabrègues est mitigé en championnat, mais en Coupe de France vous êtes toujours en lice et qualifié pour le 6e tour. Comment définiriez-vous les prestations de votre équipe depuis la reprise de septembre ?

Depuis la reprise c’est un peu compliqué à cause de cette crise sanitaire et de ce confinement qui nous a un peu coupé les jambes. Ces dernières semaines, on essayait de retrouver du rythme, mais ce n’était pas facile. En championnat, c’est un peu plus compliqué pour nous cette saison, malgré de bonnes prestations sur le terrain, donc on va tout faire pour redresser la barre. En Coupe de France, le 32e de finale de l’année dernière nous a fait vivre beaucoup d’émotions, donc on aimerait le revivre cette année. Malheureusement, la crise sanitaire nous empêche de poursuivre la compétition et de continuer sur notre lancée.

Les compétitions amateurs sont désormais suspendus à cause du Covid-19. Que pensez-vous de cette décision ?

C’est dur. On pourra toujours débattre pendant des heures et des jours, mais à un moment donné il faut prendre soin de sa santé, c’est important. C’est difficile parce que cela faisait que très peu de temps que l’on reprenait le football, on commençait tous à bien se remettre. Je pense que les clubs amateurs souffrent de cette crise. Nous avons la chance de pouvoir regarder du football professionnel à la télévision, donc on ne se perd pas comme durant le premier confinement. Il faut s’entretenir et faire au mieux pour la reprise.

Croyez-vous en une reprise à partir du 1er décembre ?

Cela dépendra des citoyens français. Si chacun est sérieux et ne fait pas n’importe quoi pendant ce confinement, nous pourrons peut-être reprendre dans certaines conditions. Ces dernières semaines, c’était un peu compliqué parce que nous n’avions plus accès aux vestiaires et aux douches après les matchs, donc ce n’était pas facile, mais il fallait le faire pour peut-être espérer jouer pendant longtemps. Maintenant, j’espère que la reprise se fera en décembre, mais ce n’est pas nous qui avons les cartes en main pour prendre la décision.

Comment allez-vous vous maintenir en forme pour le retour sur les terrains ?

Au départ, les entraîneurs nous ont laissé un peu tranquille, mais nous allons avoir un programme à suivre dans les prochains jours. Il faut aussi s’entraîner chacun de son côté, en faisant de la course, du renforcement musculaire et essayer de toucher un peu de ballon dans son jardin si possible. Il faut évidemment continuer de s’entretenir.

Actuellement, vous êtes en formation BMF (Brevet de Moniteur de Football). Pourquoi avoir décidé de suivre ce cursus ?

Le football est un sport qui me passionne énormément. Je le vis à travers les matchs de mon père et des miens. J’ai eu la chance de pouvoir m’inscrire à cette formation. Ce sont les premiers diplômes d’entraîneur et j’espère pouvoir aller le plus loin possible dans cette voie-là aussi. On verra ce que l’avenir me réserve.

Vous envisagez une reconversion en tant qu’entraîneur ?

Pourquoi pas. Il faut se donner la possibilité de faire ce que l’on aime. Je profite de pouvoir passer cette formation en étant proche de ma famille. Pour l’instant, ma priorité est ma carrière de joueur, mais il faut savoir anticiper les choses pour la suite.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre saison avec Fabrègues ?

Déjà, de reprendre le plus rapidement possible. Ensuite, de faire le plus de match possible et de pourquoi pas faire un beau parcours en Coupe de France. Ce serait bien aussi d’avoir une bonne place au classement, sans oublier la validation de mon BMF à la fin de la saison.

Quels sont vos objectifs pour la suite de votre carrière ?

Pour le moment, je suis à Fabrègues, je me suis engagé avec eux sur la saison. S’ils ont besoin la saison prochaine, pourquoi pas continuer avec eux, car je ne suis pas quelqu’un qui abandonne les clubs comme ça. Après oui, pourquoi pas tenter une autre expérience. Attendons de voir comment cette saison va se dérouler et comment elle se terminera.

34