InfoN3

Avec un contrat fédéral, l’AS Vitré a bénéficié d’une dérogation pour s’entraîner

20/11/2020 à 12:38

Dans un entretien accordé au journal Ouest-France, le nouveau président de l'AS Vitré, Stéphane Magat, décrit les conditions actuelles pour son club et parle des ambitions malgré l'épidémie de Coronavirus

Le nouveau président de l’AS Vitré, Stéphane Magat, en poste depuis quelques semaines maintenant, est revenu pour Ouest-France sur la situation actuelle et notamment la possibilité pour ses joueurs en National 3 de retourner à l’entraînement. Dans un cas similaire à la TA Rennes, qui avait décidé de se rétracter malgré une dérogation de la mairie, les Sang et Or, qui ne comptent qu’un contrat fédéral, ont également bénéficié d’une autorisation de la ville, une première fois refusée, afin de pouvoir refouler les pelouses d’entraînements. Mais comme l’affirme le nouvel homme fort vitréen, « la mairie a accueilli favorablement la demande, considérant que l’AS Vitré évolue au plus haut niveau amateur ».

Un président qui défend ses positions… et affiche ses ambitions

Outre l’appui de la municipalité, c’est sur des positions claires et précises que le président de l’AS Vitré fonde son discours. En effet, au  vu des ambitions du club cette saison et malgré cette crise sanitaire, il était inconcevable pour Stéphane Magat que les Sang et Or ne prennent du retard : « Nous avons 17 joueurs par séance qu’on essaye de programmer trois fois par semaine. Le tout c’est de maintenir nos joueurs à niveau. On ne va pas se leurrer, on joue le haut de tableau, on a des ambitions dans ce championnat et on sait que certains adversaires directs s’entraînent. C’est notre devoir de faire en sorte qu’au moment ou le gouvernement autorise la reprise des compétitions sportives, nos joueurs soient compétitifs dès le premier match dans une saison qui s’annonce malgré tout serrée. »

Enfin, pour ce qu’il s’agit des concurrents directs ou indirects, le président de l’ASV est clair : le club fait jouer son droit ! « On ne veut pas braver les interdits mais on interprète les textes. On prend notre destin en main, on a des joueurs qui veulent s’entraîner, un entraîneur qui veut faire son travail et tout cela n’est possible que par des autorisations ministérielles ou locales, choses qu’on a réussi à obtenir. On a un championnat à finir et on veut mettre nos joueurs dans les meilleurs conditions pour atteindre le N2. On ne regarde pas ce qu’il se passe autour, on est jaloux de personne. »

Crédit photo : AS Vitré