R1 Fém. 3e j.

C. Chefdor (JA Mordelles) : « Le pire scénario qui puisse arriver… »

11/10/2017 à 18:20

La JA Mordelles retrouve la DH après une saison en PH qu'elle a survolé la saison dernière. Dimanche, Christian Chefdor et ses joueuses ont connu un scénario catastrophe qui a débouche sur une large défaite contre la réserve du Stade Brestois (défaite 5 - 1). L'entraîneur revient sur cette rencontre, dresse un bilan de ce début de saison et se projette vers les prochaines échéances. Auteur d'un recrutement de qualité, il espère pouvoir aligner son équipe type rapidement.

En tant que promu, quelles sont vos ambitions cette saison?

On vise le maintien vers le haut du tableau si possible. La JA est un club qui a réuni deux clubs de PH, à savoir la JA Mordelles et L’Hermitage. L’an dernier, on descendait de DH. Je suis arrivé et j’ai fait le regroupement avec L’Hermitage qui laissait tomber sa Section féminines. Sur les dix-huit matchs de championnat, on en a gagné dix-sept la saison dernière. On est monté en toute logique, on retrouve la DH. Pour avoir connu ce niveau avec Ploërmel, je sais qu’il faut un certain niveau pour se maintenir. Il a fallu faire un recrutement, on l’a fait. J’espère qu’il sera judicieux.

Revenons sur la troisième journée, comment s’est déroulé le match contre la réserve du Stade Brestois (défaite 5 – 1) ?

On est dans un scénario catastrophe. Ma gardienne s’est faite expulser au bout de deux minutes de jeu. On a un duel en un contre un qu’on ne met pas. Sur le contre, Elodie Nouet fait une faute en dehors de la surface pour éviter le but. Pour moi, la brestoise est hors-jeu sur cette action. D’entrée de match, on se retrouve à dix et sans gardienne, d’où le score de 5 – 1 derrière. Caroline Dujardin a pris les gants, elle a fait ce qu’elle a pu. En plus, Marine Blin, notre défenseure centrale, se fait une blessure musculaire vers la 30e minute. On s’est pris le premier but à la 7e minute et on est mené 2 – 0 à la mi-temps. On a fait trois heures de trajet. Dans ma philosophie, on ne joue pas et on ne se déplace pas pour regarder jouer l’adversaire. On est donc passé à trois derrière pour essayer de revenir au score. D’entrée, Caroline laisse échapper le ballon sur une action anodine et on se retrouve à 3 – 0. Le pire scénario qui puisse arriver… Le score est lourd par rapport à notre prestation à dix contre onze. Le championnat vient de débuter, il y a d’autres matchs derrière. C’est une rencontre à oublier.

« Le score contre le Stade Brestois ne reflète pas du tout notre niveau »

Vous êtes donc à trois points sur vos trois premiers matchs de championnat. Quel est votre point de vue sur le contenu et sur le plan comptable ?

On a été confrontés à des équipes qu’on a survolé pendant notre préparation. On a notamment battu 10 – 1 Laval. Il n’y a que la confrontation contre Rueil-Malmaison qui a été intéressante (victoire 3 – 1), on avait fait le match que l’on souhaitait. En championnat, on a été bien dans le fond de jeu et dans l’agressivité contre Lorient (victoire 1 – 3). Contre Guingamp, on a beaucoup subi face à un adversaire plus fort que nous, mais le score est sévère compte tenu de notre première mi-temps (défaite 0 – 3). Le score contre le Stade Brestois ne reflète pas du tout notre niveau. Je sais ce qu’on est capable de réaliser dans les matchs à venir. Jusqu’à présent, je n’ai jamais pu aligner le onze type que j’ai en tête. Ça n’empêche pas qu’il y a des joueuses qui sont capables de faire des choses intéressantes. On est capable de bien jouer contre des équipes de haut de tableau.

Ça sera encore le cas dimanche puisque votre gardienne sera suspendue en Coupe de France, contre Bréquigny…

Oui. Il y avait plusieurs équipes de D1 au tirage et il y a une seule rencontre entre DH : Mordelles contre Bréquigny. On a un match décisif dans huit jours, puisqu’on reçoit Ploërmel. Soit on les met distance, soit ils nous rejoignent au classement (Ploërmel est dernier avec 1 point). Le résultat sera déjà déterminant. Si les équipes premières du FC Lorient et de Guingamp venaient à descendre, leurs réserves descendraient.

Propos recueillis par David Guitton