D2 (H)Bilan/Début de saison

David Brihat : « Le plus important reste l’ambiance globale »

19/11/2019 à 12:34

David Brihat, le coach de l'équipe A, est revenu sur le début de saison du CCM où son équipe est engagé dans le championnat de D2 (H). Pour l'instant, l'équipe de Chelun-Martigné est leader avec quinze points au compteur !

Un mot sur le début de saison…

Notre début de saison est dans la droite lignée de la fin de saison dernière. Nous sommes un peu plus réguliers dans nos performances collectives et individuelles. Les matchs de coupe contre Janzé (R3), La Vitréeene (R2) et le Pertre (D1) nous ont aussi permis de rentrer de plein fouet dans la compétition, tout en en apportons aussi un peu plus de certitudes. Les nouveaux nous apportent à la fois de l’expérience mais aussi beaucoup de fraîcheur. Nous intégrons des U17/U18 dans les groupes seniors ainsi que dans nos séances. Pour nous, le plus important reste l’ambiance globale, l’investissement aux séances et l’exigence de chaque joueur du club. Les gars bossent bien, ils sont en moyenne 27 sur chaque séance du mercredi et vendredi. C’est un vrai plaisir pour David Farineau et moi-même de travailler dans de telles conditions (terrain synthétique et groupe motivé).

Les objectifs que vous vous fixez

« Nos objectifs restent identiques à la saison passée. La A et la B doivent être en capacité de jouer le podium, et notre C prendre du plaisir certes mais pas que. Nous aimons qu’un minimum de sérieux soit toujours présent. Il serait réducteur de penser que la santé d’un club se mesure uniquement à la performance de son équipe fanion. Bien entendu que la vitrine doit être jolie, mais tous les rouages doivent avancer à l’unisson (formation des joueurs, arbitrage, investissement des dirigeants, accueil des parents et adversaires…). Toutes les composantes sont à mes yeux importantes. Nous travaillons depuis un an et demi dans ce sens, ce travail de l’ombre fait qu’un club à plutôt un temps d’avance. C’est la différence entre une association qui anticipe et qui vit bien, à une qui subit et  » vivotte « . Le monde associatif est en souffrance (d’autant plus dans le milieu rural), il faut être vigilant et motivé pour espérer pérenniser le club dans le paysage footballistique de plus en plus exigeant. »