CFAGroupe A

David (USSM) : « Qu’on gagne à domicile »

20/04/2017 à 12:30

Battu à Trélissac (2 - 0), la semaine dernière, l'US Saint-Malo entame ses quatre derniers matches de CFA avec l'envie de bien terminer. Ca commence ce samedi, contre les Voltigeurs de Châteaubriant, demande Pierre-Yves David, le coach.

Que retenez-vous de la défaite à Trélissac le week-end dernier ?

Il faut se donner les moyens de faire un résultat. Mais on a été à côté de la plaque dans tous les secteurs. Techniquement, on a été faible. On s’est fait mangé dans l’engagement. Il n’y a que sur la tactique, où on a été pas mal.

Le discours a été musclé cette semaine ?

J’ai volontairement laissé le lundi de Pâques. On a eu une explication mardi, sur la notion d’engagement. On est un club ambitieux. Si on a des ambitions élevées, c’est difficile quand l’objectif devient à la baisse. Mais quand on a joué au foot, le match se suffit à lui même. Quand on joue Trelissac qui a raté sa saison, et qui est capable de se mettre au niveau d’engagement, mais pas nous, on est en faute. Il faut se mettre en adéquation avec la maxime du club : l’esprit de conquête.

Ce match contre les Voltigeurs de Châteaubriant doit-il permettre de remettre les compteurs à zéro ?

Non, on ne les remettra pas à zéro. On a une demi-saison ratée. Alors qu’on était à trois points de la tête à la fin de la phase aller, il y a eu des facteurs contraires sur lesquels on ne pouvait pas intervenir. Et d’autres éléments où on n’a pas répondu au niveau exigence.

Quels sont ces facteurs contraires ?

Quand on finit le match face à Granville à neuf, et qu’on prend quatre et trois matches de suspension. Ou quand certains joueurs ont de graves blessures. En revanche, l’engagement a été très bon à Romorantin, mais on finit avec une défaite 3-1, malgré moult occasions. Ou contre Cholet. Sur le fond, il n’y a pas grand chose à se reprocher. On a un déficit d’efficacité offensive par rapport au nombre d’occasions. Parfois, on est maladroit, parfois c’est le gardien qui est très bon. On tourne en rond, dans une spirale négative.

Qu’attendez-vous de la fin de saison ?

J’espère qu’on va gagner nos deux derniers matches à domicile, où notre parcours est correct jusque là. Et j’espère qu’on va obtenir des résultats à l’extérieur. Car, quand tu pars vendredi midi, que tu rentres le dimanche à 5 heures du matin, et qu’entre temps, tu disputes un match où tu n’as rien donné, c’est difficilement supportable pour moi.