ItwPrésident

Jean-Claude Hillion : « On fera attention de ne pas mettre les clubs en difficulté »

23/03/2020 à 9:44

Suite aux conditions exceptionnelles et la crise sanitaire qui traversent le monde et notre pays en ce moment, le président de la Ligue de Bretagne, Jean-Claude Hillion a accepté de répondre à quelques questions concernant un avenir incertain et en tentant d'amener des précisions dans une période inédite où tout le monde avance au jour le jour...

Est-ce envisageable au niveau amateur d’aller jusqu’à fin juin/juillet ?

Pour l’instant, on envisage rien. On fait des hypothèses qui sont liées à quand on va reprendre, on était en réunion avec les présidents de District par visio-conférence afin de voir quelles seraient éventuellement les possibilités, même si on sait que le football est accessoire par rapport à la situation qu’on vit aujourd’hui dans le foot amateur. On s’est dit que si les championnats redémarraient mi-mai, on peut aller jusqu’à fin juin. Maintenant, on est loin de la fin de cette crise, à mon avis on risque d’être confinés sans doute jusqu’à fin avril donc c’est une hypothèse qui ne sera peut-être pas envisageable et on ne sait pas du tout comment ça se fera. Il est évident que pour nos compétitions de District, voir de Ligue où on est un peu maîtres chez nous, hormis la R1 où il y a des montées en National, ça dépendra aussi de ce que décide la fédération. On sait d’or et déjà que des Ligues ne pourraient pas, si on démarrait fin avril, aller au bout des championnats, car elles n’avaient pas encore commencé leur phase retour.

Sans date de reprise définie, ne serait-ce pas dangereux pour les joueurs de reprendre si vite ? Quel temps de préparation sera possible ?

Nous on respectera les consignes nationales, et dans mon communiqué, j’ai bien dis aux gens qu’il fallait rester chez eux. Moi je ne suis pas sorti depuis lundi et avec mon épouse, on alterne pour aller acheter du pain et je souhaite que tout le monde fasse comme ça. Ce sera l’Etat qui va décider et la Fédération qui donnera les consignes. Il y aura effectivement un délai de reprise, c’est pour ça qu’on a supprimé toutes les coupes afin de laisser des dates ; il y a eu des réactions suite à ce communiqué concernant le fait de jouer en juin, on sollicitera les clubs au moment voulu.  Des tournois sont normalement organisés sur les périodes de avril, mai et donc de nombreux terrains sont occupés. Mais pour l’instant, on est loin de ça, je crains que malheureusement on risque de ne pas pouvoir reprendre car si on est confiné jusqu’à mi-mai, ça va être très difficile. Encore une fois, ce n’est pas nous qui décidons, on fait des hypothèses mais on ne peut pas dire aujourd’hui qu’on ira au bout et il peut y avoir un tas de bouleversements. La Fédération et Noel Le Graet le premier souhaitent que la saison aille à son terme, voir jusqu’à fin juillet pour le football pro. Quand on voit les inepties que cite par e un Jean-Michel Aulas en disant « on recommence comme l’année dernière », c’est marrant parce qu’il ferait une coupe d’Europe mais c’est très maladroit de sa part. Je pense que effectivement, pour le football de haut niveau, ils peuvent y aller. Maintenant, ça impliquerait également que toutes les dates soient modifiées, c’est à dire que les mutations ne seraient pas du 1er au 15 juillet mais du 15 juillet au 15 août, peut-être qu’on arrêtera à la fin de la phase aller si la saison ne va pas à son terme, on ne sait pas.

Aucun règlement ne prévoit telle situation, de ce fait, la date limite de mutations hors période sera t’elle décalée ?

Là c’est pareil, c’est la Fédération qui décide de cette date, voir l’UEFA parce que chez les autres nations c’est pratiquement pareil. On sera à l’écoute de ce qui se dit ; aujourd’hui, mes collègues présidents de District, on essaye d’occuper les jeunes comme les adultes parce qu’il faut bien en ce moment, on est confiné chez soi. Mon footing je le fais autour de mon jardin. Ça me parait tellement mesquin de faire des choses et de prévoir comment ça peut se passer, on ne sait pas. On fait des hypothèses, on annule les coupes mais tout le monde à son idée. D’ailleurs c’est tout à fait Français, le fait de vouloir qu’elle soit appliquée à tout le monde… ce n’est pas forcément évident, on essaye d’aider les clubs et tous les prélèvements à venir sont suspendus car on sait très bien que les clubs n’ont pas de ressources. On fera attention de ne pas mettre les clubs en difficulté et c’est une évidence.

La Fédération et Noel Le Graet le premier souhaitent que la saison aille à son terme

Etes-vous à l’écoute des clubs qui composent les Ligues ?

Bien-sur, mais vous pensez que si je faisais un sondage aujourd’hui avec plusieurs hypothèses, « doit-on faire saison blanche ? » par exemple, ça serait malvenu puisqu’on ne sait pas ce qui va se faire. Il est évident que si on doit proposer des solutions parce que les championnats ne vont pas à leurs termes, on interrogera les clubs et ça me paraît être une évidence. Après il y a de fortes chances que la fédération demande à que ce soit uniformisé sur le plan national… c’est pareil, il y a une assemblée générale de la Fédération qui devait avoir début juin, pour l’instant elle est maintenue mais est-ce qu’elle sera toujours maintenue ? Alors effectivement, ça se passera peut-être à ce niveau-là mais quand certains vont dire qu’on n’interroge pas les clubs, on sait très bien que si on faisait un sondage, certains ne vont pas répondre, les pourcentages ne seront pas forcément fiables. On interrogera les clubs, peut-être par divisions, quand on pourra se réunir par des petits groupes de réflexion, par département mais on en sait pas plus. Ce que je souhaite, c’est qu’on arrive à combattre ce virus, ça va prendre beaucoup de temps parce que les gens n’ont pas forcément pris ça au sérieux au début, on commence à comprendre mais ça fait une semaine qu’on est censé être confiné. Il y a déjà un petit peu moins de monde dans les rues, moi je ne sors pas et puis c’est comme ça et il faut que les gens se mettent ça dans la tête. Même si on est pas atteint, on reste chez soi et on l’accepte. Quand on voit que de nombreux parisiens quitter la capitale et affluer autour de la Bretagne pour profiter du cadre, aller au bord de la mer en ce moment… c’est hallucinant ! J’habite à un kilomètre de la mer mais je n’y vais pas et c’est comme ça. On a qu’une semaine de confinement et on y est minimum pour un mois !

Quels moyens financiers, organisationnels seront mis en place pour venir en aide aux clubs ?

Financièrement, on est bien d’accord que ça n’affectera pas les clubs et ça c’est une certitude. Il est hors de question que les prix des licences soient modifiées par exemple, ce n’est vraiment pas dans notre réflexion. Au prix où elles sont en Bretagne, elles resteront à ce prix là mais ce n’est pas un problème financier mais de santé ! Moi ce que je souhaite, c’est qu’on reprenne car ça voudra dire que le virus a été combattu. On relaye des communiqués sur le site de la Ligue et le Facebook pour maintenir la communication en attendant. C’est pour ça qu’on essaye d’être positifs d’ici là et si on reprend au mois de mai, ça signifiera qu’il n y a plus de confinement. Mais ce n’est pas du tout d’actualité, c’est juste un espoir. On essaye d’en donner car si on reprend en mai, on finira. Mais quand j’entends que certains n’ont pas l’habitude de jouer au mois de juin, que d’autres ont des vacances de prévues, ce n’est pas ça le problème. Si on peut être sur les terrains au mois de juin, ça veut dire que la crise sera derrière nous mais aujourd’hui elle est devant nous. Ce qu’on peut juste espérer, c’est que tout le monde au mois de mai, juin puisse vivre normalement mais il faut que les gens se mettent dans la tête que ça ne dépend que de nous, en étant plus draconien car le français essaye constamment de contourner la situation mais force est de constater que tout le monde peut attraper ce virus aujourd’hui. Même quand le confinement sera arrêté, il va y avoir une période où on devra quand même faire attention et ça ne veut pas dire que les réunions et le sport seront autorisés. Il faut que les gens soient raisonnables, on est tous confinés au niveau des Ligues, Districts et on fait du télétravail pour l’instant en attendant des jours meilleurs.

Crédit photo : Patricia Merer / Le Télégramme ; LBF