N2 (C)

Jordan Lebacle (AS Vitré) : « On a grandi »

11/01/2019 à 14:29

L'AS Vitré retrouve le championnat de N2 après la difficile qualification en Coupe de France, face à Longueau, aux tirs au but. Un retour à la réalité que décrypte Jordan Lebacle, l'attaquant de 26 ans.

Une semaine après, que retenez-vous du match gagné difficilement contre Longueau (R2), en Coupe de France ?

C’est ce qu’on attendait, on était venu pour ça. C’était compliqué, sur un terrain qui n’était pas facile, d’autant qu’on est tombé sur une belle équipe. Elle a joué avec ses valeurs, elle s’est battue. On est content du résultat, maintenant, on a un beau match qui nous attend contre Le Havre.

Le piège, c’est d’y penser ?

Il ne faut pas penser qu’à la coupe, car on a deux gros matches de championnat qui arrivent et qui sont importants pour nous. Mais on a cette rencontre dans ce coin de notre tête. On n’arrête pas d’y penser, les gens en parlent. C’est normal. Mais on a des confrontations avant en championnat, surtout samedi, contre Oissel, contre qui on a une revanche à prendre après le 3-0 de l’aller. On a envie de montrer que c’était un accident.

Et que vous avez grandi ?

Oui, on a grandi. Dans le mois de décembre, dans le jeu, on était mieux, et, défensivement, on était tous ensemble, en équipe.

C’est important dans cette poule de N2 ?

On ressent que c’est un championnat compliqué. Tous les matches sont des finales, avec des équipes qui ne lâchent rien. Il y a de bons joueurs en face, en plus avec des réserves. C’est intéressant, au moins, on ne s’ennuie pas le week-end (sourires).

Que visez-vous sur la deuxième partie de saison ?

L’objectif est, clairement, de se maintenir le plus vite possible. Ce sera compliqué, mais si on réalise deux-trois résultats positifs, on peut se retrouver dans la première partie de tableau. Pour l’instant, on est 13e, on n’est pas bien. On veut ces scores favorables pour en sortir.

Et personnellement ?

J’ai eu un début de saison un peu plus compliqué, je ne jouais pas tout le temps. C’était le choix du coach, je le respecte. Puis, il a commencé à me faire jouer à la fin novembre, et je n’ai pas bougé. Je suis satisfait, il faut que je continue comme ça. Je suis sur ma lancée. On verra ce qui arrive, c’est le coach qui décide.

Crédit : DR