CoachClub

Quand Julien Stéphan prend les Rennes !

22/08/2019 à 15:18

La Bretagne en parlait, Julien Stéphan l'a fait ! Après un deuxième coup d'éclat réalisé contre le Paris Saint Germain en trois affrontements, le technicien rennais a travaillé dans l'ombre jusqu'à rompre 48 ans de malédiction et ramener le premier trophée au club depuis 1971... Alors que les Rouge et Noir réalisent un début de saison à l'image de la dernière, le fils de Guy Stéphan s'impose naturellement comme l'homme fort du renouveau breton !

Thierry Henry a souhaité l’enrôler comme adjoint pendant son bail à l’AS Monaco… Le Stade Rennais ne souhaitait pas céder l’entraîneur de son équipe réserve pour moins d’un million d’euros, une somme « disproportionnée » pour les dirigeants monégasques qui avaient mis fin aux discussions. Ce geste était surtout un signe fort envoyé au futur technicien du club. Quelques semaines plus tard au Groupama Stadium, Julien Stéphan remplaçait Sabri Lamouchi à 38 ans sur le banc des Rouge et Noir pour sa première en Ligue 1. « Ce n’est pas un aboutissement mais une opportunité magnifique pour moi. C’est l’occasion de montrer que même quand on est jeune en France, on peut faire de bonnes choses, essayer d’être inventif et novateur sur certains points », avait indiqué le nouveau pensionnaire du Roazhon Park lors de sa présentation à la presse. A la tête de la réserve du Stade Rennais depuis 2015, Julien Stéphan gravira les échelons en interne. Son intérim débouchera sur une prolongation de son contrat par le président Olivier Létang… pour la suite qu’on connaît : « On se donne six matchs avec un premier bilan qui sera fait à Noël. Mais il y a une vraie volonté d’installer Julien dans la durée », pensait-il alors.

Une carrière de joueur comme tremplin

Julien Stéphan n’a pas eu la même carrière professionnelle que nombre d’entraîneurs professionnels peuvent avoir aujourd’hui. A 26 ans, c’est vers la formation qu’il se tourne puisqu’il prendra en charge les catégories U15 de Châteauroux puis celle des U17 du FC Lorient… avant d’intégrer le centre de formation du Stade Rennais en 2012. Il aura dès son arrivée la charge les U19 suite au départ de Laurent Huard pour finalement devenir l’homme fort de l’équipe réserve. Preuve de la réussite d’un entraîneur sans avoir un long passé professionnel derrière lui… « C’est un très bon éducateur et formateur. Il aime bien ses joueurs, peut-être même un peu trop. Il aurait voulu qu’ils réussissent tous au Stade Rennais », soulignait Patrick Rampillon, l’ancien directeur du centre de formation rennais et relayé par 20 minutes sports, louant les qualités humaines et professionnelles « d’un garçon plein d’ambitions ».

Le fils de l’adjoint de Didier Deschamps en Équipe de France a intégré les centres de formation au gré des clubs dans lesquels évoluait son père… avant d’entamer une carrière de joueur en National qui l’aura mené jusqu’à Dreux, où il verra ensuite naître la vocation d’entraîneur. A la faveur de ses diverses expériences et de celles de son père, en le suivant quand il était entraîneur de l’Olympique Lyonnais, il aura assimilé l’essentiel de la fonction d’entraîneur : l’animation des séances d’entraînements et les différentes formes de jeu mais aussi et surtout le management… : « J’ai décidé de franchir le pas à 24 ans et d’arrêter de jouer à 26 ans pour me reconvertir définitivement dans l’entraînement. J’ai toujours eu cette passion et j’ai toujours considéré que ce serait ma deuxième vie après celle de joueur de foot. » déclarait Julien Stéphan en 2017 dans le magazine Goal. Né à Rennes quand son père y évoluait en tant que joueur, qui aurait pu penser qu’il serait à la tête de cette même équipe avec un passé vierge en Ligue 1 ?

Le « père » spirituel…

Titulaire du BEPF depuis fin 2018, il est alors en charge de la réserve rennaise en National 2, Rolland Courbis a directement été séduit par le profil à son arrivée en Bretagne : « Tout le monde n’en disait que du bien. Il a été l’une des premières personnes que j’ai rencontrées en arrivant. Je lui ai proposé un poste d’adjoint. Mais il n’avait pas voulu quitter les jeunes » déclarait le coach des Rouge et Noir en janvier 2016, voyant en lui « un futur très bon entraîneur » comme pouvait-on le lire dans 20 minutes sports. Parti du bas, le coach gravit progressivement les échelons. « Julien avait cette vocation de devenir coach. Avant qu’il ne prenne en main l’équipe première de Rennes, il avait entraîné pendant une bonne douzaine d’années différentes équipes. Il sait ce qu’est une séance d’entraînement, une planification, faire des choix d’équipe. » Dès sa première saison avec l’équipe B du Stade Rennais, il fera remonter ses joueurs en CFA.

Sa capacité de travail et son leadership en feront le grand artisan de l’éclosion de plusieurs jeunes pousses telles qu’Ousmane Dembélé, attaquant du FC Barcelone, Joris Gnagnon défenseur à Séville ou encore des Rennais James Léa-Siliki et Jérémy Gélin. « Je me suis intéressé très vite et très tôt à l’entraînement, certainement de par mon histoire familiale… » confiait-il à Goal l’an passé. Une méthode qui lui offre aujourd’hui la charge d’un effectif professionnel au terme d’un parcours où il aura franchi plusieurs étapes : l’éclosion du dernier talent rennais Eduardo Camavinga porte la patte de Julien Stéphan, qu’il considère comme son fils spirituel. Comme lui, il aurait tous voulu les faire évoluer dans la même équipe. En tout, il s’appuiera sur plusieurs éléments qu’il a eu sous ses ordres à la réserve pour composer son équipe professionnel…

La méthode Stéphan

Tel père, tel fils comme on pourrait si bien le dire ! Dans la famille Stéphan, seul le travail prime. « Il est nécessaire d’étudier l’adversaire, de passer du temps dans la préparation des séances. Il faut échanger avec les joueurs et discuter avec son président. C’est tout un ensemble de facteurs qui vont faire qu’à l’arrivée, les résultats seront plus proches de la victoire que de la défaite », explique Guy Stéphan. Le succès fulgurant de son fils ? Le travail et encore le travail ! « Julien travaille beaucoup parce qu’il est passionné. Après sept années consacrées au Stade Rennais, il connaît parfaitement les rouages du club dans lequel il évolue. Il aime que ses joueurs prennent du plaisir dans un système bien défini. Il affectionne tout particulièrement le jeu collectif », poursuit le mentor de l’actuel vainqueur de la coupe de France 2019 dans le magazine Le Point en février ! Le 20 mai 2019, Julien Stéphan reçoit le prix « Coup de coach » attribué par l’Unecatef, l’Union nationale des entraîneurs et cadres techniques professionnels du football, qui récompense le meilleur technicien de la saison ! Le 29 mai, le Stade Rennais remporte son premier titre depuis 1971, en finale de la coupe de France contre l’ogre parisien. Une saison marquée par un parcours en Ligue Europa qui aura permis au technicien rennais de découvrir le haut niveau, mais surtout de mettre tout le monde d’accord. Son contrat initial courait jusqu’en 2020, avant qu’il ne soit naturellement prolongé !