FutsalFém.

L’AS Rennes Futsal a vu le jour

09/08/2017 à 10:48

L’Association Sportive Rennes Futsal est née le 20 juin 2017. Un projet bâti en famille qui fait la part belle au futsal féminin. Mais pas que, puisque ses fondateurs ont pour ambition de monter une académie et de compter parmi les acteurs de la vie sociale à Rennes.

Aujourd’hui, la pratique du futsal féminin souffre de la comparaison avec son homologue masculin. En l’absence de compétitions nationales, les ligues et les districts se chargent d’occuper le terrain avec les coupes régionales et départementales. En se penchant sur le passé, on se rend compte que la FFF a concentré ses efforts sur le développement du foot à onze, puis sur le beach soccer, avant de s’atteler au futsal. Dès lors, on peut imaginer que le futsal féminin fait partie des prochains chantiers. D’autant que l’UEFA en a fait une de ses priorités, puisqu’elle organisera le premier Euro futsal pour les femmes, en 2019.

Un projet spécifique… et avant-gardiste ?

Contrairement à ce qui se fait habituellement, l’AS Rennes Futsal débute en proposant du futsal pour les femmes. Pour ses premiers pas, le club va présenter deux équipes Seniors féminines à la rentrée, soit une vingtaine de joueuses. Cette orientation est née d’une volonté d’un groupe de filles d’évoluer ensemble. Elles ont déjà pratiqué la discipline et elles souhaitaient poursuivre sur leur lancée. Un autre espace dédié au futsal loisir est également prévu pour les hommes, soit plus de vingt adhérents. Le club bénéficiera des installations du gymnase du Lycée Saint-Exupéry, à La Lande du Breil. Il disposera de deux créneaux par semaine, hors périodes de vacances scolaires. A 29 ans, le président du club, Baptiste Urvoy, n’en est pas à son coup d’essai. Ce projet est le troisième qu’il a mené avec son père depuis 2008, tous sont liés au développement du futsal. En effet, avec Pascal Urvoy, ils ont contribué à la création de deux structures toujours en activité dans le bassin rennais.

La saison s’engagera sous la houlette du père de famille. Celui-ci occupe également la fonction de vice-président du club. Cette solution a été retenue, en attendant d’intégrer un coach dont le profil correspondrait. En lice en Coupe d’Ille-et-Vilaine et en Coupe de Bretagne, les joueuses de l’AS Rennes Futsal auront un double-objectif : atteindre le dernier carré en compétition départementale et figurer au mieux à l’échelon régional. Selon B. Urvoy, cette configuration représente « à la fois un avantage et un inconvénient. Un avantage parce qu’on évite de démarrer tout en bas. Le jour où la structuration aboutira sur des championnats, l’AS Rennes futsal répondra évidemment présent. L’inconvénient, c’est qu’en l’absence de championnat, on va devoir trouver des matchs amicaux de notre côté. Les coupes se déroulent en plateau. Par exemple, il y a trois dates pour la Coupe District, deux tours de qualification et une finale à quatre équipes. Ça passe vite, à nous donc d’être malins et de nous organiser avec d’autres clubs pour garder le rythme des matchs et nous développer. »

A terme, la structure a vocation à réunir autant de catégories que possible. Pour l’instant, son cœur de développement et sa spécificité résident dans ses deux équipes féminines seniors. Les dirigeants ont fait le choix de se limiter à une vingtaine d’adhérentes pour assurer la qualité des entraînements. Pour autant, le président indique être à la recherche d’une gardienne. Un encadrant serait également le bienvenu. Un ou une coach, avec ou sans expérience, capable d’endosser cette responsabilité, et pourquoi pas de porter la double-casquette d’entraîneure-joueuse. Ce profil intéresserait particulièrement l’attention des responsables.

Le futsal comme support social, éducatif et citoyen

L’entité a été créée par les cinq personnes qui forment son Comité directeur. Baptiste Urvoy est assisté de son père, Pascal Urvoy, et de son beau-frère, Clément Sangan. Tous deux occupent les postes de vice-présidents. On retrouve la sœur et la compagne du président aux postes de secrétaire et de trésorière. Licenciées et membres à part entière, elles figurent parmi les effectifs pour la saison prochaine. Les instigateurs du projet se sont fixés l’objectif de respecter la parité. Ainsi, cette volonté se ressent jusqu’à la direction du club. L’assemblée générale prévue le 29 septembre devrait voir l’arrivée de quatre nouveaux membres : deux femmes et deux hommes, ou une majorité de femmes.

L’oeuvre comporte deux axes prioritaires : le volet futsal pour les femmes et la volonté de travailler avec les jeunes. Le club envisage de s’investir auprès du jeune public de Rennes et de la métropole. Son président affirme ce désir d’utiliser « le futsal comme support social, éducatif et citoyen. Je veux qu’on ait une académie de jeunes mais je veux pousser le projet plus loin que le simple aspect sportif. On veut donner du sens à notre action, en œuvrant pour la mixité sociale sur le territoire rennais et celui de l’agglomération, et en mettant en avant l’épanouissement individuel et collectif. » L’association a vocation à occuper un rôle dans la vie sociale rennaise. C’est d’ailleurs formalisé sur le projet rédigé par les membres du Comité. Toujours selon le président du club, « l’idéal serait de pouvoir compter, dans quelques années, sur des équipes seniors composées de joueurs formés dans notre académie. »

Sur le plan financier, cette jeune organisation a réussi à mobiliser quatre partenaires. Comme tout club, il vit avant tout grâce aux cotisations de ses adhérents. B. Urvoy expose une vérité en avançant que « la municipalité ne reconnait pas concrètement le futsal aujourd’hui ». Il espère faire bouger les lignes et « convaincre cet acteur essentiel de s’impliquer dans la discipline grâce à [leur] projet atypique et, pourquoi pas, permettre d’ouvrir la voie à d’autres associations ». Pressé d’entrer dans le vif du sujet en septembre, le jeune président du club est reconnaissant envers son père qui lui « a donné le goût de l’associatif ». En binôme depuis neuf ans, le fils est convaincu que son allié, véritable passionné, sera récompensé. Il tient à remercier personnellement Benjamin Poujol, « à qui les joueuses du club doivent beaucoup ». Après avoir énormément donné au futsal rennais, il est retourné à Toulouse. Rendez-vous le 12 septembre, date de reprise des entraînements, pour la première saison des joueuses rennaises.

Suivez le club sur Facebook et sur Twitter

                                                                                                                                                                              David Guitton