CDM 20188es de finale

Les notes de la France (par Thomas Chaignon – Noyal-Brécé FC)

01/07/2018 à 18:40

Affairé à enterrer la vie d'un garçon, Thomas Chaignon a raté le direct du huitième entre la France et l'Argentine. Si on ne sait pas dans quel état il a regardé la rediffusion, on lui a donné les clés du camion pour juger la prestation des Bleus. Bon, le joueur du NBFC aussi eu la carte bleue, le code et la liste de courses. A froid, il revient sur la victoire 4-3 de l'équipe managée par un homme bientôt sans dents.

« Quel  bonheur les amis ! Il n’y a que le foot pour ce procurer ce genre d’émotions. Quel régal, que d’émotions et une pluie de buts au stade de Kazan, pour un match qui restera dans les mémoires. Attendus au tournant après trois matchs sans grand relief mais une première place assurée, les bleus nous ont régalés et affronteront donc la Celeste uruguayenne en quarts.

Liberté, Egalité, Mbappé. »

La causerie d’avant-match

Lloris (5) : Il n’est pas loin de toucher la frappe du Fideo Di Maria et ne peut rien sur les deux autres buts argentins. Un match ultra-frustrant car il n’a guère été sollicité et repart avec trois buts dans la musette. Mais l’essentiel était ailleurs pour Hugo les bons tuyaux et sa bande.

Pavard (9) : La Pav’. Sûrement inspiré par l’espagnol Nacho, il a balancé une praline magnifique dans les buts d’Armani pour un golazo d’anthologie qui a récompensé son  match. Plein d’abnégation et d’envie. Ça fait plaisir de voir l’ascension du natif de Maubeuge (où est également né la légende Daniel Moreira ; est-ce un hasard mon cher Jean-Mimi?). La révélation de cette équipe (avec son pendant côté gauche). Jusqu’où ira-t-il ? Peut-être plus à Stuttgart…

Varane (7) : Rafa El patron. Toujours aussi solide et impérial, le boss de la défense a guidé les siens. Il est totalement indéboulonnable. Le roc qui harangue ses partenaires. En même temps, quand tu es formé à l’école lensoise… Façonné par Jean-Guy Wallemme et Eric Sikora, comment pourrait-il en être autrement ?

Umtiti (6,5) : Big Sam a parfaitement contenu les offensives adverses, solide comme à son habitude depuis sa bourde inaugurale. La charnière qu’il forme avec Raphael V. est sûre, malgré ces trois buts encaissés qui viennent ternir l’ensemble.

Hernandez (7,5) : Les projecteurs se sont braqués sur Benji P. et la plupart des offensives bleues sont venues de la droite en première période. Mais Lucacito, sérieux et appliqué, a accéléré en seconde et est à l’origine des buts de Pavardinho et Bappé, pour le plus grand bonheur de Clément d’Antibes et son coq.

Kanté (8,5) : NG le patron (bis). Comme on s’y attendait, il a parfaitement muselé le dénommé Léo M. Pour le reste, il a piétiné ses adversaires comme à son habitude, ce qui en deviendrait presque banal tellement sa régularité est impressionnante. Que de chemin parcouru pour NG depuis ses arrivées à l’entraînement en trottinette à Boulogne/Mer jusqu’à Kazan. Нголо не высок, но он храбрый (→ Google Traduction)

Pogba (7) : La Pioche a été solide et ultra-précieux, dans la lignée de ses dernières sorties en Bleu. Moins de fioritures, plus d’efficacité et d’efficience. Il a « posé ses c… sur la table » selon ses propos d’après-match, il monte en puissance match après match. On préfère tellement le voir enfiler le bleu de chauffe. On t’aime Paulo, change pas.

Matuidi (7) : Blaisou a montré les dents d’entrée avec une petite boîte bien sentie sur la Pulga et a fait du Blaisou. Enzo Perez et Banega, en plus de Messi, ont été inexistants, notamment en première période, c’est en grande partie grâce à lui et ses comparses du milieu. Une vraie garantie sur un match à élimination directe malgré un apport offensif moindre que Coco T., mais il offre plus de certitudes à DD. Seul bémol, il sort à retardement sur la frappasse d’Angel D.M.

Griezmann (6,5) : Antoine faisait Griezminn (vous l’avez?) depuis le début de ce mondial, il affrontait ses cousins germains amateurs de maté. Le thermos d’eau chaude était donc sorti et c’est peu dire qu’il a bu la défense Albiceleste. Son penalty l’a remis en selle, après avoir tapé la barre à la 8ème minute et il a été beaucoup plus influent pour guider les offensives bleues. Enfin. Vamos Tonio !

Giroud (5) : Invisible dans le premier acte, Olive a été éclipsé par ses deux compères de l’attaque mais il a pesé à sa manière tout le match sur la défense argentine. Peu de ballons touchés (à peine dix en première) mais des espaces libérés.

Kiki ?

Mbappé (10) : Le facteur X. Son démarrage façon dragster au milieu de terrain qui amène le penal’ à la 11ème minute a donné le ton de son match. Il a fait passer la défense adverse pour les U19 du Spartak Moscou en match de décrassage. On attendait son impact pour son premier mondial. Dans la foulée de son match, l’INSEE a annoncé que 90 % des bébés nés ce 30 juin se sont appelés Kylian. Merci pour tout Donat’ ; on en redemande.

 

 

Les notes contre le Danemark

Les notes contre le Pérou

Les notes contre l’Australie