11 de chocInterview

Thomas Chaignon (Noyal Brécé)

17/03/2017 à 10:01

Douze hommes. Onze joueurs, un entraîneur. Régulièrement, un joueur du football breton nous livrera son onze de choc. Celui avec lequel il pourrait aller au combat les yeux fermés. Ce vendredi, c'est le milieu défensif de Noyal-Brécé, Thomas Chaignon qui nous délivre son équipe. Le récupérateur de 26 ans en profite pour chambrer ses coéquipiers.

Son système de jeu
4-4-2 classique à plat

 

Ses hommes
Gardien : Lyngil Kamdem (FCAV Redon). Le fantasque félin. Un gardien avec des capacités physiques assez impressionnantes, qui fait la loi dans les airs et qui rassure une défense. Même si son jeu au pied et surtout ses dribbles sont plus aléatoires, il a franchi un cap en DH à Redon depuis cette année. C’est bien pour lui. On parle quand même là d’un mec dont il y a écrit « le Prince » sur sa licence…

 

Latéral droit : Thomas Lebouc « la Soluce » (Noyal-Brécé). Un ancien attaquant reconverti arrière droit à son arrivée en seniors. Un joueur de devoir, qui ne fait pas de folie sur le terrain, rapide comme l’éclair et surtout avec une qualité de centre largement au-dessus de la moyenne. Un bon pote.

Défenseur central droit : Julien Louis (Noyal-Brécé). Un joueur d’expérience, tout juste trentenaire, et accessoirement le plus gros râleur et tête de mule de toute l’histoire du club, ce qui l’empêche (en partie) d’avoir le brassard, alors qu’il devrait, de par son vécu, l’avoir. Encore un ancien attaquant reconverti défenseur. On l’apprécie malgré tout.

Défenseur central gauche : Sébastien Renault (Noyal-Brécé). Un autre joueur d’expérience, avec un bon vécu dans les divisions régionales (DSE avec Rannée, DSR, avec Montauban, PH, avec Noyal, etc… jusqu’à la D4). C’est mon ancien coach en catégorie de jeunes puisqu’il est éducateur. C’est le plus gros chambreur de l’histoire du club, c’est vraiment sa plus grande passion. Il va même jusqu’à tapisser les murs des vestiaires aux couleurs du Barça pour les supporters du PSG.

Latéral gauche : Romain Savatte (Noyal-Brécé). Ce n’est pas son poste de prédilection, mais c’était pour le citer quand même, un bon joueur doublé d’un bon mec. Il a surtout une belle condition physique (normal pour un prof d’EPS me direz-vous). Il a un état d’esprit exemplaire sur et en dehors du terrain, dont feraient bien de s’inspirer certains de ses collègues défenseurs…

 

Milieu droit : Julien Esnault (sans club). Particularité : son coup de rein donnerait le tournis à n’importe quel latéral gauche adverse. Un joueur tout en toucher, au même titre que son frère jumeau Anthony, qui ne marque que sur des lobs (donc un maximum par saison). Il a un jeu en déviation tout en subtilité, qui imprime le rythme de son équipe. Sans club cette année, il espère rebondir rapidement dans une équipe de haut de tableau.

Milieu axial droit : Maxime Lairy (Noyal-Brécé). La petite pépite de la Masia noyalaise, un jeu simple et sans fioriture mais terriblement efficace. Surtout, il marque de plus en plus de buts. Très souvent surclassé, il s’impose tranquillement dans chaque équipe avec laquelle il évolue. Il pourrait jouer largement au-dessus de la DSR mais il préfère rester avec ses potes, heureusement pour nous.

Milieu axial gauche : David Portier (Noyal-Brécé). Le vieux grognard, et sa condition physique de quinquagénaire (qu’il a presque finalement). Une belle patte et des passes précises. Pour ce qui est du replacement défensif, on repassera… Il a côtoyé le haut niveau et ça se sent. Mention spéciale pour son frère Francky, le relanceur hors-pair.

Milieu gauche : Florian Gallard (Noyal-Brécé). Le fenomeno, qui a évolué à Bréquigny, pas loin du centre de formation de Laval, mais qui n’excellait pas en français à l’époque, ce qui lui a coûté son ticket d’entrée là-bas. L’intermittent du spectacle, capable de fulgurances, un vrai talent pur, mais contraint par un cerveau de taille réduite.

 

Attaquant droit : David Jamelot (Noyal-Brécé). Il n’y aurait pas assez de lignes dans cet article pour raconter ses exploits face au but, mais pour faire court, un attaquant imprévisible, qui a très souvent les contres favorables, et qui marque des buts tous plus moches les uns que les autres, quoiqu’il ne marque plus actuellement (depuis qu’il ne sort plus). C’est une vedette sur et en dehors du terrain, fatiguant globalement, mais qui fut identifié par les superviseurs dinannais en marge du match de Coupe de France comme le « meilleur attaquant du club » l’année dernière…

Attaquant gauche : Julien Durand, (Noyal-Brécé). Le joueur polyvalent, un embonpoint permanent du fait de son hygiène de vie plus que douteuse, constamment chambré par tout le club, mais qui arrive à faire des choses intéressantes sur le terrain de temps à autre. On peut dire que c’est la mascotte du club (ne manque plus que la tenue) et il pourrait faire l’animation d’avant-match le dimanche, à défaut de joueur 90 minutes…

 

Le capitaine et l’entraîneur

Capitaine : Romain Savatte. Un mec « bien dans ses pompes ». Même physique que Paul Baysse, presque autant de buts que lui dans une saison. Un joueur exemplaire, comme mentionné précédemment, toujours positif, avec la bonne parole. La coupe de cheveux avec le serre-tête, ça n’est pas autorisé par la code pénal en 2017, par contre. En plus, il vient d’être papa, donc il va sans doute être plus mature qu’il ne l’est déjà, pas comme son collègue de la défense, Julien Louis.

Entraîneur : Hervé Cordelier et Pat Belhomme, en U17, deux coachs très pédagogues, à l’écoute de leurs joueurs et très axés sur l’aspect humain, qui m’ont marqué.