CFAGF38

Frédéric Guéguen : « Le Havre et Grenoble, deux villes de foot »

24/05/2017 à 17:23

La rencontre de dimanche contre Le Chambon Feugerolles avec une possible montée en HL pour l'équipe réserve, la montée en National avec l'équipe CFA, son départ en Ligue 2 au Havre, Frédéric Guéguen se livre en exclusivité pour Actufoot.

Frédéric, l’équipe est prête pour le match de la montée en HL ?

Nous sommes prêts pour dimanche. Ce sera l’occasion de conclure cette saison de la meilleure des façons possibles. Réaliser une double montée, avec l’équipe une (CFA à National) et l’équipe réserve (Honneur régional à Honneur) ce n’est pas fréquent. Mon effectif est au complet et les jeunes sont prêts à le faire !

C’est une grosse saison pour vous, que ce soit sur le banc de la CFA et en tant que coach de la réserve ?

J’ai vécu une grosse saison à tous les points de vue. Que ce soit sur le plan humain ou sur le plan sportif, cette saison a été intense, dure, mais quand il y a un tel aboutissement, on oublie les moments difficiles. Ça nous réconforte de voir qu’on est récompensé du travail effectué tout au long de la saison.

Pourquoi décider de partir ?

C’est une très belle saison, j’ai longtemps hésité avant de prendre la décision de partir. Il y a un très beau challenge qui m’attend au Havre. Ce qui a fait pencher la balance, c’est que je me rapproche de mes enfants. Autant la saison a été belle et intense sportivement, autant l’éloignement familial n’était pas simple. C’est un détail important, pour moi, qui a fait pencher la balance. Ce n’est pas une question de niveau. Le GF38 peut être en Ligue 2 dans un an. Les deux clubs ont des très beaux projets mais au Havre il y a un supplément de vie familiale qui fait pencher la balance. J’aurais très bien pu faire plusieurs autres années sur le banc du GF38 car le projet est bon et les gens qui sont à la tête du club ont envie de faire aboutir ce projet. C’est un choix sportif et humain qui n’a vraiment pas été facile à prendre parce que je me suis « éclaté » cette année à Grenoble. C’est difficile mais je pars l’esprit tranquille avec une grande fierté, celle d’avoir permis au GF38 de sortir de ce championnat de CFA qui est un championnat compliqué.

Vous allez retrouver un poste que vous connaissez bien ?

Oui c’est un poste que j’ai déjà occupé pendant quatre ans. Je rejoins un club que je connais, avec des personnes que je connais. C’est quelque chose qui a pesé dans ma décision et le projet du HAC est intéressant. Je n’y vais pas seulement pour travailler dans un club professionnel mais pour travailler main dans la main avec la formation pour que tout le club progresse. Je serai adjoint et entraîneur des gardiens de l’équipe professionnel et j’aurais aussi un œil sur les gardiens des équipes du centre de formation.

Affronter Grenoble dans 2 ans en ligue 2, c’est quelque chose que vous espérez ?

Si d’ici deux ans je ne suis pas en Ligue 1 avec Le Havre, bien sûr que j’aimerai affronter Grenoble car cela signifie que le club aura eu une belle accession et c’est tout ce que je souhaite au club, aux supporters et aux joueurs. Ce club mérite sa place en Ligue 2. Le Havre et Grenoble sont deux villes de foot avec des projets ambitieux et cohérents. Beaucoup de clubs sont ambitieux sauf que les projets Grenoblois et Havrais sont dotés d’une grande cohérence.

Un dernier mot ?

Grande fierté ! C’est une grande fierté, un grand plaisir d’avoir travaillé avec Oliv (Olivier Guégan, entraîneur), Mika (Michaël Diaferia, préparateur physique), Arnaud (Arnaud Genty, entraîneur gardiens), et tous les gens du staff. C’est une grande fierté d’avoir apporté ma pierre à l’édifice et de laisser le club plus haut que quand je suis arrivé. Ça me fait plaisir pour le club, la ville et les supporters.