N2 (D)J5

Pascal Moulin (Jura Sud) : « Il n’y a pas de catastrophisme »

05/09/2019 à 16:51

Entretien avec Pascal Moulin, l'entraîneur de Jura Sud Foot (N2) à l'aube de la 5e journée de championnat qui verra son équipe accueillir la réserve de l'OM. Après un départ gagnant, le JSF Foot a enchaîné trois défaites consécutives. La venue des Marseillais doit permettre à l'historique formation de CFA de se relancer...

Quel regard portez-vous sur le début de saison de votre équipe ?

En termes de points, il est pas bon du tout, tout simplement. Pour ce qui est des prestations, on a fait un match et demi (Grasse et une mi-temps à Saint-Priest) correct dans le contenu. Après, si je prends le dernier match contre Lyon, c’est très compliqué de l’analyser puisque mon gardien prend un carton rouge au bout de 12 minutes puis un deuxième joueur expulsé à la 30e. Malgré tout, on a essayé de pas prendre une valise (défaite 3-0), et de montrer un état d’esprit assez combattif et solidaire. C’est ce qu’on n’avait pas fait contre Louhans-Cuiseaux (1-6) en encaissant quatre buts dans les 20 dernières minutes. Ce n’est pas surprenant non plus qu’on ait pris beaucoup sur ces matches-là car c’est en défense que le bas blesse même si on n’a pas marqué non plus toutes les situations obtenues. C’est un début de saison médiocre lié à beaucoup de choses, dont le retard pris dans le recrutement du fait des soucis avec la DNCG. Le fait d’avoir une masse salariale baissée de 45%. A partir de là, c’est beaucoup plus compliqué, j’ai un effectif plus jeune aussi. On est passé de 27 ans et demi de moyenne d’âge à 24 ans. Mais il n’y a pas de catastrophisme, je connais assez bien le championnat de CFA. Pas d’embellie quand on est en haut, et inversement quand on est en bas. Les choses doivent se mettre en place aussi au niveau du groupe. J’espère dans les jours à venir pouvoir recruter deux joueurs supplémentaires pour améliorer la compétitivité du groupe.

Vous avez vécu un été mouvementé en tant qu’entraîneur ?

Oui, c’est compliqué parce que j’avais des joueurs en vue par rapport à la saison qu’on avait fait la saison dernière et cela n’a pas pu se faire puisqu’on on ne savait pas où on allait jouer et avec un budget qui avait beaucoup diminué sur une masse salariale qui n’était déjà pas énorme. Vous ne pouvez pas proposer des choses à des joueurs qui seraient intéressés par le projet sans leur proposer un revenu intéressant. Ces deux cas de figure ont fait que ça a été difficile. On a l’habitude de travailler ici à Jura Sud avec peu, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent. On va continuer à le faire du mieux possible et je pense que les résultats vont venir au fur et à mesure.

A quel point c’est déjà important de redresser la barre dès samedi contre l’OM ?

Parce qu’on a fait trois défaites d’affilé après notre victoire du premier match. Parce qu’on a pris trop de buts aussi et qu’il y a cette faculté à travailler et à savoir rebondir. On a besoin de retrouver le goût de la victoire, avec un dernier match à domicile lors duquel on a pris une fessée contre Louhans-Cuiseaux. On se doit d’agir chez nous de façon beaucoup plus positive. On sait que ce sera pas facile car Marseille reste sur une belle victoire contre Endoume (4-1). On doit dépasser ce qui n’a pas marché sur les trois derniers matches pour se concentrer sur celui à venir et pas plus loin. On a des joueurs revanchards qui font aussi beaucoup d’efforts à l’entraînement. Ca devra passer et ça va passer. On a et le besoin et l’envie de faire un très gros match.