ITWR1

Antoine Buret: « Il fallait être costaud mentalement après cette blessure »

08/06/2019 à 2:43

Longtemps absent, Antoine Buret est bientot de retour sur les terrains!

   
     Que t’est-il arrivé ?

Je me suis fait une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit lors du premier match de championnat de R1 cette saison face à Contres à la 60e minute. Sur un corner, un coéquipier est retombé sur ma jambe et ça a craqué. Au début, j’ai pensé à une entorse ou une grosse torsion mais le verdict est tombé 3 semaines plus tard à l’IRM.

Tu as compris rapidement que cette blessure était grave ?

Au début, tu ne te rends pas trop compte mais petit à petit tu te dis « Ah oé quand même » ce n’est pas mal de sacrifice pour revenir avec de la  rééducation et de la patience. Il faut être costaud mentalement. Néanmoins, je pense qu’il faut relativiser et se dire qu’il y a pire.

Comment s’est déroulée ta convalescence ?

Ma convalescence s’est très bien passée avec des séances de  kiné et de renforcement dans la semaine. Je touche au but là. Mes deux séjours au centre de rééducation à Cap-Breton m’ont fait énormément de bien y compris le dernier séjour pour le début de la course (phase réathlétisation) qui consiste à faire beaucoup de renforcement, ça a été très intense. De plus, c’est une belle expérience humaine avec de belles rencontres.

Tu t’es senti à un moment seul ?

En réalité, je n’ai jamais vraiment réalisé que j’avais les croisés, après tu te dis que tu ne vas plus faire de foot, que la saison est morte et ce sera long. Mais quand tu touches au but, tu prends conscience que c’est du passé. Je pense qu’il ne faut pas justement se sentir seul et être fort mentalement pour revenir encore meilleur!

Quel est ton état d’esprit aujourd’hui ?

Je suis hyper motivé à l’idée de reprendre la saison prochaine à Vineuil sur de nouvelle base avec des objectifs  même si la montée a été loupée de peu. Personnellement, je vais prendre mon temps afin de retrouver mon niveau et une place de titulaire au sein de l’équipe première. Il va falloir travailler dur…

Comment tu vois la suite ?

Je vois la suite sereinement en me concentrant pour retrouver mon niveau de jeu. Pour terminer, j’ai aussi une pensée pour Corentin Jean et Etienne Vicente qui sont des amis et qui se sont faits également les croisés cette saison.