ITW

Flavien Bourbon: « Retrouver mon niveau pour viser plus haut! »

12/04/2018 à 1:07

La latéral expérimenté, Flavien Bourbon (29 ans) revient sur son parcours en exclusivité pour Actufoot41.

Te voilà à Vierzon après une saison à Mont/Bracieux.

Oui je retourne dans le club où j’ai évolué durant 6 saisons.

Tes premiers pas se sont bien passés?

Mon retour aurait pu se dérouler dans de meilleures conditions, hélas je me suis fait une rupture du tendon d’Achille à la fin de la préparation en août. Donc, je suis un peu déçu…

Tu as mis du temps à t’en remettre mentalement de cette déconvenue ?

C’était compliqué au début mais heureusement j’ai eu le soutien de mes proches, mon club, mes coéquipiers et mes amis. Cela m’a fait énormément de bien.

Tu t’es souvent blessé dans ta carrière ?

J’ai eu une rupture des ligaments en 2013. J’ai seulement eu 2 grosses blessures et c’est suffisant (rire).

Ton parcours a toujours été couronné de succès ?

J’ai énormément appris que ce soit à mes débuts au sein de Villefranche puis lors de mon passage à Romorantin où j’ai pu intégrer le groupe National en 2007. J’ai passé de très bons moments là-bas. Je suis allé ensuite une saison au Blois Foot 41 en 2009 (CFA 2). C’est après cette expérience que j’ai rejoint Vierzon avant de faire une pige à Mont/Bracieux en 2016/2017.

Quelles sont, selon toi, les aptitudes pour devenir un latéral intraitable ?

Pour devenir un bon latéral, il faut avoir des bonnes qualités physiques car depuis une dizaine d’années, ce poste a évolué. Maintenant, on doit inlassablement défendre mais aussi apporter le surnombre et donc apporter offensivement. C’est un poste qui me plait car on est face au jeu sans oublier qu’il faut avoir une qualité de vitesse et toujours rester concentré sur le placement.

Quelles sont les personnes qui t’ont grandement permis de t’épanouir dans ce sport ?

Les personnes qui m’ont aidé à m’épanouir dans ce sport ce sont bien-sûr les éducateurs que j’ai eus après comme entraîneur, je retiendrai spécialement monsieur Jean-Marc Pilorget avec plus de 400 matchs en D1 avec le Paris-Saint-Germain qui m’a lancé en Nationale. Il y a d’autres personnes à l’instar de Jean Acedo à Romorantin, Maurice Bouquet au BF41, Sener Atila à Vierzon sans oublier mon entraineur actuel Davy Merabti.

Passer de la R3 à la N3 en l’espace de quelques mois, n’est pas une aubaine ?

Une aubaine? Je ne sais pas car j’ai l’habitude de m’exercer à ce niveau. C’est plutôt un retour au bercail. Quand on peut jouer et que l’on a les capacités de s’épanouir au plus haut niveau, il faut foncer. Après avec l’âge, c’est plus compliqué car une carrière, ça passe vite !

Quelles sont aujourd’hui tes perspectives ?

Tout d’abord de retrouver le terrain y compris les matchs car ça commence à faire long.  Puis, j’aimerais retrouver mon niveau pour rejouer avec mes coéquipiers afin d’aller le plus haut possible !

Un mot pour la fin.

Je souhaite une bonne fin de saison à tout le monde en espérant finir dans le top 3 avec Vierzon en N3, gagner la coupe du Centre le 5 mai contre Châteauneuf-sur-Loire et  pourquoi pas une victoire pour Villefranche en coupe de Loir-et-Cher avec une dédicace à mes potes.