FémininesReportage

Jérémie Dussolier: « Je suis là pour progresser »

30/08/2018 à 23:28

Un passage ce jeudi à Fossé pour assister à l'entrainement des féminines de l'EFCL41 entrainées par le jeune Jéremie Dussolier qui ambitionne cette saison avec un groupe étoffé, jeune et dynamique.

Présentes-toi brièvement auprès des lecteurs d’Actufoot41.

Bonjour à tous: Jérémie Dussolier, 24 ans, je suis salarié au Blois Foot 41 en tant que responsable technique foot féminin auprès de l’entente féminine Centre Loire 41, constituée de La Chaussé-St-Victor, Fossé-Marolles et le Blois Foot 41. J’interviens également depuis l’année dernière à la section sportive régionale Camile Claudel avec le District du Loir-et-Cher. J’étais aussi responsable technique à l’USM Olivet et j’intervenais avec le District du Loiret sur les CPS avec Mika Marié.

A partir de quel moment tu t’es épanoui dans le football ?

Depuis que j’ai commencé à pratiquer à 6 ans et ensuite je suis devenu entraineur suite à une rupture des ligaments croisés. La joie est différente mais quel épanouissement de s’informer et d’échanger avec les joueuses! Je prends du plaisir à travers le partage et vivre dans les émotions. C’est ce que je recherche dans ce sport.

 Quels sont tes principaux atouts ?

Difficile de répondre, je te dirais que j’ai envie de me perfectionner chaque jour, de chaque expérience, de chaque personnes avec qui je travaille. Je suis également passionné et je pense être un privilégie de vivre du football et de pouvoir mener un projet avec mes joueuses.

Penses-tu encore avoir beaucoup de choses à apprendre ?

C’est sûr et certains. Je disais encore il y’a quelques semaines à un de mes amis, je suis sure d’une seule chose:  Rien n’est acquis, j’ai énormément de choses à apprendre.

 

 Quel est ton lien avec le département du Loir-et-Cher ?

Je t’avouerais que je n’ai pas forcément de lien avec le Loir-et-Cher, je suis venu à Blois il y’a 5 ans en U19DH, j’ai pris 13-0 par le Blois Foot 41, j’étais content du voyage …

Comment as-tu vécu ton expérience à Camille Claudel ?

Excellente expérience, épanouissante avec beaucoup de partage. Ces filles me voient plus que leurs parents pour certaines donc j’essaie de sortir de ce rôle d’entraineur pour faire en sorte de les accompagner dans leur cursus avec passion et concentration . Elles veulent simplement progresser et je leur parle beaucoup. La progression n’est pas au bout du chemin, progresser c’est être sur le chemin.

 Que représente pour toi cette discipline ?

Pour moi le football féminin, c’est avant tout  que du football. Le basket ou le handball ont une longueur d’avance dans ce domaine mais c’est avant tout le même sport, pas le même public. En effet, il serait maladroit de ne pas s’adapter à ce public, mais la logique interne est la même : 11 contre 11 et mettre un but de plus que l’adversaire !

 

Comment as-tu été amené à prendre l’équipe féminine ?

On me pose souvent cette question. C’est assez simple, j’ai coaché l’équipe universitaire féminine d’Orléans. J’ai adoré l’engouement et pourquoi arrêter quelque chose qu’on aime ? Car ce n’est pas reconnu? Il faut toujours aller au bout de ce qu’on affectionne le plus!

Quelle est ton approche auprès des filles ?

En 3 mots, je te dirais performance, partage, plaisir. Mais il ne suffit pas de dire à ses joueurs de prendre du plaisir et cela fonctionne comme par magie. Ca passe par le savoir-être en étant accueillant,  en ayant le sourire, être bienveillant, respectueux, avoir une bonne tenue, montrer que l’on se respecte soi-même avant tout ainsi que les arbitres, les adversaires, parents etc… Enfin, utiliser la méthode de management de la réussite plutôt que de souligner l’échec.

N’as-tu pas ressenti de la pression ?

Bien sûr, même si c’est pour moi secondaire, je serais jugé sur ça. Je représenterai 3 clubs mais c’est une pression positive qui stimule. Il y’a de l’attente autour des féminines de l’agglomération de Blois, mais nous sommes prêts, joueuses, éducatrices (Anissa Maoulida et Laura Barbosa seront avec moi), parents, dirigeants.

Comment tu t’organises?

Pour notre projet, les jeunes filles seront prioritaires. De ce fait, il faudra aller les chercher dans les écoles, les former et pour les meilleurs les amener sur les opérations de détection. Il est important de souligner que nos meilleures joueuses resteront très certainement en mixité à l’instar d’Assimina Maoulida (US Orléans)  qui est un très bon exemple de la formation Blésoise. Elle est restée en mixité longtemps et a gravi les échelons grâce notamment à la qualité des éducateurs.

Quels sont les objectifs que tu t’es fixés?

A la fin de l’année, avoir une école de foot féminin, des U15F, une équipe U19F compétitive avec un parcours en coupe. En séniors, j’aimerais jouer le podium et faire bonne figure en coupe. Au-delà de ça, fédérer, fidéliser, attirer les gens, et proposer du beau football.

Es-tu satisfait de l’effectif ?

Oui ! On n’ a pas mal de jeunes filles issues des clubs du Loir-et-Cher et des filles en section. En outre, le groupe est très jeune mais plein de potentiel. Il faut juste mettre en place un cadre tactique et on sera prêts pour le début du championnat.

Un mot pour conclure.

Merci à toi pour cette interview. Tu permets de mettre en avant notre projet et notre volonté, bon courage pour la suite de ton site et de cette page. Je souhaites aussi remercier mes collègues du BF41 et c’est une grande chance de les côtoyer (rire).