ITW

Pedro Bompastor: « Je laisse les gens parler! »

15/08/2018 à 19:34

Joint par téléphone, l'entraineur, Pedro Bompastor qui aborde sa 5e année à l'ASCP nous parle de la prochaine saison.

Tu reviens de vacances et la nouvelle saison va bientôt démarrer. 

Oui, on prépare la saison sereinement avec comme principal départ celui de Leandro Roriz à Vineuil. Néanmoins, nous pouvons compter sur nos jeunes U17 et U18 qui prendront la relève, je ne me fais pas de souci la-dessus. Le club est avant tout conscient des sanctions notamment avec l’interdiction de monter et de recruter. De ce fait, notre objectif est de gagner des matchs mais surtout former des joueurs pour qu’ils puissent s’aguerrir.

Comment abordes-tu cette situation délicate? 

Ce n’est pas normal évidemment mais en tant que coach, je dois m’adapter aux circonstances. L’année dernière, chose que je n’avais jamais connu dans ma carrière d’entraineurs, j’ai appris à perdre des matchs!

C’est-à-dire?

Il y avait toujours ce détail qui n’allait pas dans notre sens. C’était surement dû au manque de maturité du groupe.

Que penses-tu des critiques à l’encontre du club? 

Je laisse les gens parler! C’est toujours pareil et j’ai l’habitude de ce genre de réflexion. Nous avons comme parfait exemple Didier Deschamps. En dépit des critiques depuis plusieurs années, il a fait son travail avec un résultat que tout le monde connait.

On a l’impression que tu as fait le tour… 

(Silence) Ca fait 5 ans que je suis à l’ASCP. Je suis un compétiteur et un moment, il faudra que je fasse des choix. Mes enfants ont grandi et nous avons ici des garçons comme Yassine Gharbal, Philippe Boudjemai ou Giovanni Douli qui font un travail remarquable. Je ne me fais pas de soucis. Avec ces personnes là, le club est dans de bonnes conditions. S’il y a une chose dont je suis fier, c’est d’avoir pu structurer l’ASCP avec toutes les catégories de jeunes.

Quels sont les changements opérés depuis ton départ du BF41?

Au Blois Foot 41, j’étais rémunéré donc les objectifs étaient différents. A l’ASCP, la relation en matière de qualité humaine est plus importante. J’ai réussi à trouver un compromis entre la rigueur, la robustesse et les rapports avec tout le monde. Cela va au-delà du sportif. Ce sont 2 mondes différents.