Lettre à mes lecteurs

La pensée taboue du remplaçant

07/10/2019 à 15:15

Lettre à mes lecteurs dédiée au statut du remplaçant

Une position délicate 

Entre désarroi, incompréhension, injustice, le mental du joueur sur le banc est tourmenté. En dépit qu’il existe des personnes qui acceptent le choix de l’entraîneur, il est tout à fait légitime d’essayer de comprendre ce statut. Désormais dans une pléthore de sports , il est naturel de composer un effectif avec ces éléments. En effet au fil de la rencontre, ils sont censés jouer un rôle supplémentaire dans la physionomie du match en y apportant de la fraîcheur ou à travers eux, le coach décide de changer le schéma tactique. Voyons cela sous un autre aspect. Quand un joueur perd sa place, il accuse le coup. Mon concurrent est-il l’ami de l’entraîneur? Lui offre-t-il des verres en dehors des terrains? Le coach ne serait-il pas l’amant de la sœur du joueur? Les spéculations vont bon train. Avérées ou pas, ces affirmations sont le fruit malheureusement de la frustration et de la déception qui hantent l’esprit de l’individu. Un remplaçant fort mentalement est une aubaine dans un groupe car il apporte de bonnes ondes et un optimisme patent.

Le remède

On ne naît pas remplaçant… C’est uniquement une période déliquescente temporaire donc la meilleure façon de changer la donne, c’est de transformer cette énergie négative en énergie positive et ainsi tirer profit de cette situation. Ca reste juste un sport. Si on ne dédramatise pas, on risque tout bonnement de lâcher prise et être mis « réellement » en touche. Il n’y a aucune honte de ne pas commencer un match car la roue tourne et souvent, elle arrive sans qu’on s’y attende. Les entraîneurs restent des Hommes avec leur faiblesse mais qui désirent en priorité trouver un équilibre en faisant preuve de bon sens. Conséquence, nul besoin de crier au complot, retrousse tes manches et montre l’exemple.