DistrictD4

A cinquante ans, Fabrice Richard joue toujours… Et en famille

16/11/2017 à 7:59

La famille Richard est passionnée de football. C'est un euphémisme. Au FC Oudon Couffé, Fabrice, le papa quinquagénaire, joue toujours. Et avec l'un de ses deux fils. En attendant le retour de blessure du second. Tout ça sous les yeux de la maman Nathalie, secrétaire générale du club.

Au FC Oudon Couffé, la famille Richard est ultra-présente. Totalement investie. Le foot comme passion. Le club comme seconde maison. Ce n’est pas Fabrice, le papa, qui dira le contraire. « J’ai commencé le foot à sept ans à l’US Oudon. J’ai arrêté de jouer un an en 2001. » Il a aussi porté les couleurs de Carquefou l’espace d’une saison dans les années 90. « Les joueurs partaient tout de suite après le match et ça ne m’a pas trop plu. »

A cinquante ans, ce fidèle parmi les fidèles continue de pousser le cuir. En D4. Avec l’équipe réserve où évolue aussi l’un de ses deux enfants. Le plus jeune. Maxime (18 ans). Florian (21 ans), lui, est blessé à la suite d’une faute subie lors d’un match avec les loisirs de se dirige vers une saison blanche. « Je me suis fait opérer des ligaments croisés. Je n’ai jamais joué avec mon frère en compétition mais avec mon père oui », précise l’ainé qui compte bien rattraper le temps perdu l’année prochaine.

« Tiens, il est encore là ? »

Sur le rectangle vert, le cadet occupe le poste de latéral droit soit un cran derrière son père milieu droit. Le duo a disputé plusieurs rencontres ensemble en D4. « A Thouaré, mon père a même remplacé mon frère à la mi-temps », glisse Florian, amusé. « C’est vrai que c’est rare de pouvoir jouer avec son fils surtout à l’âge que j’ai », sourit le doyen de l’équipe, bien affûté. « Certains adversaires disent, quand ils me voient avant le match : « Tiens, il est encore là ? » Ou alors ils me prennent pour un dirigeant ou le coach. » Quand la partie débute, les avis changent. « Je m’entretiens. Je m’entraîne deux fois par semaine », précise le mari de Nathalie, la secrétaire générale du FCOC. Quand on vous disait que le foot était une affaire de famille chez les Richard…

Avec les loisirs et les vétérans aussi

« C’est un plaisir de jouer avec lui, reprend Maxime. Ça reste un coéquipier comme les autres. Il me conseille plus que je le conseille. C’est normal, c’est l’expérience qui parle. Quand on échange sur le terrain, je l’appelle papa. » Au grand étonnement de certains joueurs adverses. « Il a joué quelques matches en première (D2). Il manque encore un peu d’assurance mais il n’a que dix-huit ans. L’entente avec les jeunes ? Elle se passe très bien. Je les connais depuis qu’ils sont petits », évoque Fabrice qui joue également avec les loisirs et les vétérans à l’occasion. « Il y a des week-ends où il a joué trois matches et également arbitré », murmure Florian.

Polyvalent, le quinquagénaire l’est sur la pelouse et en dehors. « J’ai joué en dix, en onze et en neuf pour dépanner », indique l’intéressé par ailleurs en charge des terrains et locaux à Couffé. Un pur passionné. Dont l’heure de raccrocher n’a pas encore sonné. « Je ne sais pas quand j’arrêterais. » Pas l’année prochaine en tout cas. Avec le retour de blessure probable de Florian, Fabrice ne voudrait certainement pas manquer l’occasion de jouer pour la première fois avec ses deux fistons.

Charles-Henri Chailloleau

Photo : Fabrice Richard (à droite du gardien) et son fils Maxime (accroupi, le plus à droite).

Crédit photo : FC Oudon Couffé