Université

Alexandre Horveno : « Le rythme est beaucoup plus physique que chez nous, c’est du non stop »

18/02/2020 à 12:43

Alors qu'il a évolué pendant quatre ans au centre de formation du Stade Brestois, une saison Saint-Nazaire Atlantique Football en 2015-2016 mais a également connu le Stade Bordelais, Alexandre Horveno vit le "rêve américain" à 25 ans. Le défenseur latéral gauche nous a confié ses impressions depuis son arrivée sur le continent en 2017, lui qui a délivré 14 passes décisives en 20 matchs à son arrivée !

Alexandre, pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

Je vais avoir 25 ans et j’ai déjà beaucoup voyage ! Auparavant, je suis passé pendant plusieurs années au centre de formation du Stade Brestois, j’ai aussi porté les couleurs pendant une saison en DH entre 2015 et 2016 ! A la suite de mon expérience au centre formation de Brest, je voulais revenir plus proche de ma famille et j’en garde de bons souvenirs ! On a fait un beau parcours en Coupe de France et nous avions un bon groupe… une belle saison dans l’ensemble ! Avant de rejoindre le continent américain, je suis également passé par la Gironde et le Stade Bordelais ! Ensuite, j’ai posé mes valises dans l’Ohio en août 2017 jusqu’à janvier 2019, pour évoluer sous les couleurs de l’Ohio Valley University notamment. J’y suis revenu en mai 2019 pour une durée de trois mois dans le Tennessee avant de rejoindre la Floride depuis mi-août jusqu’à aujourd’hui !

Comment décrire votre adaptation ?

Au départ, ça a été assez difficile avec la barrière de la langue mais j’étais entouré de français donc ça s’est plutôt passé. Une fois fois cette étape franchie, ça a été beaucoup plus simple au niveau de mon quotidien, d’autant plus que sur le terrain, ça s’est de suite bien passé ! J’ai rejoint une bonne équipe et lors de ma première année, nous avons remporté la saison régulière et le tournoi de notre conférence. On a ensuite participé au tournoi national où on s’est fait éliminé en 8emes de finale après prolongations. Ma seconde saison s’est également bien déroulée avec une troisième marche sur le podium de saison régulière et une finale de conférence perdue. L’équipe s’est malgré tout qualifiée pour le tournoi national où l’on remporte la phase régionale avant de se faire éliminer en quart de finale, aux portes du « Final Four » ! Cette année, on fait le doublé en championnat avant de participer au carré final et d’être éliminés en demie-finale…

Le football universitaire, un sport très développé aux États-Unis !

Étant étudiant en même temps, je bénéficie d’une bourse sportive qui prend en charge mes frais. Je vais obtenir un diplôme en Commerce International en mai 2021. La ferveur universitaire, c’est différent d’en France. Il y a pas mal d’ambiance et les gens supportent autant les universités que les équipes professionnelles du pays. J’aimerais bien y rester mais ce n’est pas forcément évident en tant que joueur international, même si certains se font drafter et il y a pas mal de français qui viennent tenter leur chance ici. Ça dépendra des opportunités qui s’offrent à moi l’année prochaine !

Que pourriez-vous dire aux étudiants qui aimeraient tenté l’aventure ?

Quand j’ai quitté Brest, une agence m’a contacté pour partir aux USA mais j’ai préféré attendre un an pour y aller ! C’est une expérience de vie où tu peux obtenir un diplôme américain et toujours jouer à un bon niveau. J’ai réussi à trouver le bon équilibre. Après, il y a toujours la chance de devenir professionnel aux USA mais il ne faut pas que ça soit une priorité ! Le rythme est beaucoup plus physique que chez nous, c’est du non stop. La plupart des équipes jouent avec des internationaux donc la qualité est plutôt bonne. Moi j’ai eu la chance de jouer pour deux bonnes équipes, dont celle de Lynn University, top 3 du pays !