ArbitrageDistrict

Anthony Coffigny a attrapé le virus du sifflet

14/03/2018 à 12:32

A 30 ans, Anthony Coffigny a franchi le pas. Après quatre années à exercer en tant que bénévole, il vit sa première saison d'arbitre officiel. Rencontre.

Ça faisait quatre ans qu’Anthony Coffigny arbitrait en tant que bénévole pour les clubs de Don Bosco puis Saint-Joseph de Porterie. Depuis cette saison, le trentenaire a franchi le pas pour devenir officiel et compter pour le club d’Orvault SF où il remplit aussi un rôle d’éducateur U10. « Je dis toujours aux joueurs de respecter l’arbitre. De toute façon, s’il y en a un qui ne le respecte pas, je le sors », prévient-il. Le dimanche, l’homme en noir (mais pas toujours) siffle en D4. Loin, très loin, de la lumière. Carrément dans l’ombre même. « Ça se passe plutôt très bien. Je suis bien reçu par les clubs avant et après les matches. On n’a plus l’écusson d’arbitre stagiaire mais celui de la Ligue des Pays de la Loire, c’est mieux », explique-t-il.

« Je discute avant de sanctionner, mieux vaut dialoguer »

Souvent critiqués (à tort ou à raison), parfois insultés ou violentés, les arbitres sont de moins en moins nombreux. Anthony Coffigny  lui a attrapé le virus. Et s’en réjouit. « Je suis suivi de A à Z par Orvault. Mon référent arbitre Gilbert (Parichi) m’a passé un livre sur les lois du jeu. Chaque week-end, je suis accompagné par un membre du comité directeur. Ça me plaît. Je n’ai pas eu de souci », assure celui qui a sorti sept cartons rouges depuis le coup d’envoi de la saison. « Il y a un gardien qui a pris un rouge parce qu’il avait arrêté le ballon avec les mains en dehors de sa surface et il m’a dit merci, rapporte le directeur de jeu. Je discute avant de sanctionner, mieux vaut dialoguer. A la fin du match, je bois un coup avec les dirigeants. Généralement, il y a une bonne ambiance. »

« Un arbitre d’un club a essayé de tricher »

S’il regrette de ne pouvoir exercer en trio – un seul arbitre officiel par rencontre en dessous de la D1 – Anthony Coffigny n’a pas oublié qu’il était bénévole, il y a encore peu de temps, comme les deux arbitres de touche lui prêtant main forte le dimanche. « Je suis seul dans le vestiaire alors j’aime bien quand je peux m’échauffer avec les arbitres bénévoles pour échanger avant le match », glisse-t-il avant de confier une petite anecdote certifiée 100% district. « Un arbitre d’un club a essayé de tricher en ne signalant pas des hors jeu alors je l’ai prévenu car les deux équipes commençaient à se plaindre. Il a arrêté. »

Fier de porter la tenue officielle et de permettre aux joutes dominicales d’avoir lieu, Anthony Coffigny n’a pas l’intention de ranger le sifflet. « J’aimerais monter jusqu’en D1 pour être en trio », souligne-t-il avant de transmettre un message : « Si ça peut encourager des jeunes à devenir arbitres, qu’ils n’hésitent pas. »

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : DR