PHGroupe F

Anthony Julio (Saint-André Football) en compte désormais trois cent un

04/10/2017 à 19:54

Dimanche dernier, le capitaine de Saint-André-des-Eaux a été honoré par tout un club pour avoir atteint le cap des trois cent matches joués en équipe première en championnat quinze jours plus tôt.

Il est la définition même de la fidélité et de la longévité. « C’est une personne extraordinaire, d’une grande humilité, le gendre idéal comme j’aime l’appeler. Il aime bien la discrétion donc pas sûr qu’il te réponde. Essaie toujours ! », nous a dit son entraîneur Christophe Nouvel. Essai transformé. Du premier coup (de téléphone).

Avril 2003

Anthony Julio, trente-trois printemps, porte le maillot de la Saint-André Football depuis ses seize ans. Le défenseur central – « Je suis grand, je prends les ballons aériens » – qui a commencé le football au FC Immaculée, a effectué ses premiers pas avec l’équipe fanion andréanaise, alors en DRH, à dix-huit ans. « L’entraîneur était Jean-Claude Morel. J’étais remplaçant. Je suis rentré dans l’axe derrière. Je n’ai pas le nom de l’équipe adverse mais c’était en avril 2003 contre une équipe de Vendée. Le résultat était 0-0 », se souvient le joueur qui compile les souvenirs dans un classeur et a connu six coaches différents en seniors (Jean-Claude Morel, Pascal Verdier, Eric Le Dillaut, Frédéric Bideau, Eric Le Bomin et Christophe Nouvel en poste depuis quatre ans).

Haie d’honneur même des adversaires

Dimanche 17 septembre 2017, le capitaine a disputé son trois centième match uniquement en championnat avec la Saint-André (PH) sur le terrain de l’ES Saint-Georges-des-Gardes (victoire 6-2). Une statistique qui signifie beaucoup de choses en particulier dans la carrière d’un amateur. « Je savais que c’était ma trois centième. J’ai la chance de n’avoir jamais été blessé et d’avoir une femme qui me laisse vivre ma passion », remercie le défenseur sanctionné seulement « de vingt-six jaunes et d’un rouge » en un peu plus de quatorze saisons. « Il y a cinq saisons pendant lesquelles je n’ai pas pris de carton », précise-t-il.

A l’occasion de la réception de SomloirYzernay dimanche dernier, Anthony Julio a été salué par tout un club pour cette performance. « J’ai eu le droit à un beau discours et une haie d’honneur de la part de mes coéquipiers et des adversaires qui venaient de perdre (3-2). J’ai trouvé ça super sympa. » En plus d’une banderole à sa gloire et d’un maillot floqué du chiffre trois cent.

Coupe de France, un doublé, crevaison, neige

Avec les coupes comprises, le numéro quatre se rapproche des quatre cent capes avec l’équipe première. Chapeau bas. « Des souvenirs ? Je me rappelle des parcours en coupe de France. On a joué un septième tour contre Fontenay (novembre 2010) avec « Féfé » (Frédéric Bideau) comme entraîneur. C’était génial. On avait mangé au restaurant avec les journalistes. On a aussi joué contre Luçon au cinquième tour (octobre 2012). Je me souviens aussi d’un match contre Rezé. Jocelyn Gourvennec devait commenter un match pour la télé mais il a joué finalement et mis un triplé. On perd trois à deux après prolongation. Il y aussi la remontée en DRH en 2004-2005. »

Si ce n’est pas son rôle, Anthony Julio a aussi catapulté quelques ballons au fond des filets adverses. « Contre la réserve de Segré, en DRH, j’avais mis un doublé. Je suis monté deux fois sur des corners (80e, 85e) et j’ai marqué de la tête. Il y a aussi des anecdotes comme quand notre minibus avait crevé à Olonne (décembre 2014) ou quand on avait joué un match sous la neige à Rezé. On ne voyait plus les lignes. »

Reparti pour une nouvelle saison alors qu’il fêtera ses trente-quatre ans le 6 janvier prochain, Anthony Julio est un fidèle de la tunique rouge et blanche. Et le sera jusqu’au moment de ranger les crampons. « Je terminerai à Saint-André, je n’ai pas envie d’aller voir ailleurs. » « Le captain » est bien décidé à faire encore tourner le compteur avant de laisser sa place.

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photos : Saint-André Football