DistrictArbitrage

« Et ce qui fait craindre le pire, ce sont de plus en plus des agressions faites avec préméditation, voire avec arme »

07/12/2017 à 9:06

C'est un cri d'alerte que vient de lancer, au début de ce mois, le président de l'Unaf (Union nationale des arbitres de football). Abordant le thème des "incivilités et violences à l'encontre des arbitres" Jean-Jacques Demarez entend interpeller, informer et mettre en garde.

Ci-dessous l’intégralité du message lancé par le président de l’Unaf.

Le Président National de l’UNAF, Jean-Jacques Demarez, lance un appel au secours, suite à la recrudescence des actes d’incivilités, de dégradations, de menaces et de violences vis-à-vis des arbitres.

Il regrette qu’à part le SAFE (Syndicat des Arbitres de Football de l’Elite), l’UNAF est seule à dénoncer ce fléau qui gangrène petit à petit notre football amateur.

Il n’y a pas un seul week-end sans être avisé d’un incident, sur ou à proximité d’un stade. Quand ce n’est pas de la part d’un joueur, ce sont des supporters surexcités et parfois même des pseudos éducateurs.

Aucune région n’est épargnée, mais ce qui inquiète fortement l’UNAF, c’est que cela arrive de plus en plus dans les catégories jeunes. Et ce qui fait craindre le pire, ce sont de plus en plus des agressions faites avec préméditation, voire avec arme.

La majorité des arbitres victimes est choquée psychologiquement et il n’y a que l’UNAF qui s’en inquiète, grâce à l’aide d’un psychologue du sport, Sébastien Gutierrez, avec qui une convention a été signée.
Le moral de la majorité des autres arbitres est au plus bas.
Les agressions augmentent et la fidélisation diminue, malgré le travail inlassable de nos amis bénévoles des CDA et CRA.

QUE FAIRE ? telle est la question que l’UNAF se pose, car :

— Le Président national de l’UNAF et le Président national de l’AEF (Amicale des Educateurs de Football) entretiennent d’excellents rapports et ce dernier souhaite connaître les identités des éducateurs fauteurs de troubles, afin de les radier de l’AEF, si ces derniers y sont adhérents, car il y a beaucoup de pseudos éducateurs autour des terrains, et ceux-là, il ne peut pas les maîtriser.

— Il en est de même avec nos amis du SAFE, qui ne manquent aucune occasion de rappeler que toutes les incivilités que les arbitres de l’élite subissent, rejaillissent systématiquement sur les arbitres de la base et l’UNAF les en remercie.
Une réunion entre ces deux entités est d’ailleurs au programme, afin de dénoncer ensemble ce fléau.

— Lors de la dernière réunion de la Haute Autorité du Football, le Président de l’UNAF, en tant que représentant des 26000 arbitres amateurs, a eu l’occasion de s’exprimer longuement sur ce sujet. La majorité de ses collègues, toutes familles confondues, connaissait ce problème de violences mais en ignorait l’ampleur que cela avait pris.

— Idem, lors de la dernière réunion de l’Union des Acteurs du Football, à laquelle Jean-Jacques Demarez n’a pas manqué de représenter notre famille, à la suite de ses explications, il a obtenu le soutien de l’ensemble des familles présentes, UNFP, UNICATEF, SAFE, AEF, SNAAF, médecins et autres.
Tout le monde compatit aux sorts des arbitres, mais malheureusement, ces deux dernières instances sont force de propositions et non décisionnaires.
L’UNAF a demandé et a obtenu leur soutien pour alerter qui de droit en haut de la pyramide.

— L’AFCAM (Association Française du Corps Arbitral Multisport) dont l’UNAF fait partie, a également été alertée par cette dernière et ensemble, ils se tourneront vers les ministères concernés, en espérant avoir une oreille plus attentive.

— La LFA, via la commission citoyenne et sociale, avec qui, l’UNAF, par l’intermédiaire de son président et de la représentante des arbitres et secrétaire générale du 3ème collège, Nadine Cygan, a lancé une vaste campagne de sensibilisation dont celle contre les incivilités et violences contre les arbitres, à destination des districts, des ligues et des clubs.
Espérons qu’elle fasse effet.

— Le code disciplinaire fédéral a été légèrement aggravé, l’UNAF remercie la fédération pour ce geste.
Malheureusement, il reste insignifiant pour être dissuasif et encore faut-il qu’il soit appliqué partout.
Les UNAF locales sont vigilantes sur ce sujet.

— Tous les Présidents de ligue, que le Président de l’UNAF s’est fait un plaisir de rencontrer, un à un, constatent les dégâts et comprennent que les arbitres soient désabusés.
Ils font le maximum pour y remédier, sans y parvenir.

Vu ce qui précède, vous pouvez constater que l’UNAF, au niveau national, fait tout ce qui est en son pouvoir, pour dénoncer ces faits gravissimes, avant qu’il ne soit trop tard, mais se sent démunie et pas assez entendue par la haute hiérarchie, qui pourtant devrait l’aider pour sauver le corps arbitral amateur qui est un maillon indispensable pour le bon déroulement de nos compétitions amateurs.

L’observatoire des comportements a relevé pour la saison dernière une forte hausse des incivilités et violences, dont 51% sont à l’encontre des arbitres.
Cette année, alors que nous ne sommes pas encore à la trêve, ces chiffres ont explosé.
Nous courons à la catastrophe et vers une pénurie d’arbitres jamais égalée.

Heureusement, et le Président de l’UNAF les en remercie très chaleureusement, il y a la motivation sans faille des présidents départementaux et régionaux de l’UNAF pour tenter de maintenir le bateau à flot, mais pour combien de temps encore ?

Quand l’UNAF parle de répression, contre les voyous qui gangrènent notre sport favori, c’est que toutes les actions de prévention, auxquelles l’UNAF est toujours prête à s’associer ont échouées.
Prenons nos responsabilités et assainissons notre football amateur, nous gagnerons des licenciés, car, ne nous voilons pas la face, l’image de marque du football amateur est fortement écornée, à cause de ces débordements inadmissibles et intolérables.

Un nouveau rendez-vous sera demandé au président de la fédération, pour tenter de trouver une solution à ce fléau, tout en sachant que le remède miracle n’existe pas …
mais ce n’est pas en faisant la politique de l’autruche, qu’on trouvera une solution.

Malgré tout ce qui précède, le Président de l’UNAF, Jean-Jacques Demarez et ses collaborateurs du Comité Directeur National, restent plus que jamais motivés pour représenter et défendre tous les arbitres, comme le fait également le SAFE, pour les arbitres de l’élite, car n’oublions jamais, que l’exemple vient toujours du haut et à ce niveau, le football pêche également.

Crédit illustration : JNMSP