Interview

Florian Poder : « Eddy Capron a effectivement un rôle primordial dans ma progression »

22/10/2020 à 15:39

Entretien avec Florian Poder, préparateur physique de l'AS Sautron, promue en National 3, mais également responsable de l'école de football à l'ES Haute-Goulaine ! Un contexte sanitaire qui ne l'empêche pas d'avoir un emploi du temps chargé alors qu'il va avoir 28 ans dans une semaine...

Florian, pouvez-vous rapidement vous présenter ?

Je suis préparateur physique à l’AS Sautron depuis deux ans maintenant. Je suis arrivé au club en 2015 en tant qu’éducateur U18 et joueur !

C’est donc uniquement de la partie athlétique dont vous avez la charge désormais ?

Oui, joueur je ne le suis plus car je n’ai plus le temps de m’entraîner mais j’ai tout de même une licence ! Sinon, je suis responsable de l’école de football à l’ES Haute-Goulaine. A Sautron, depuis deux saisons je m’occupe « uniquement » de la partie athlétique du groupe N3 mais également, si besoin, des 2 autres équipes Seniors et des équipes jeunes.

Comment organisez-vous votre temps ?

Les emplois du temps concordent, du moins j’ai fait en sorte qu’ils le soient (rires) ! Je suis présent sur trois séances par semaine à Sautron ainsi que le match le samedi soir. A Haute-Goulaine, je suis présent sur quatre journées différentes. C’est un peu la course le mercredi et le samedi !

Deux univers qui sont complètement différents. D’où puisez-vous votre inspiration ?

Mes études au STAPS, l’obtention du BMF et les expériences avec les entraîneurs, préparateurs physiques avec lesquels j’ai eu la chance de travailler, m’aident à m’adapter sans cesse au public avec lequel j’interviens mais les fondamentaux restent les mêmes. L’idée étant de faire progresser les joueurs avec lesquels j’interviens dans un climat sain et agréable. La pédagogie, le niveau d’exigence et les attentes sont différent.e.s mais tout tourne autour du ballon, qui est avant tout ma passion. Mais il est vrai qu’il n’est pas toujours simple de « changer de casquette » et de club d’une heure à l’autre.

Justement, à Sautron, le staff se compose notamment d’anciens joueurs professionnels. Vous donnent-ils des conseils ?

Eddy Capron a effectivement un rôle primordial dans ma progression en tant qu’éducateur. Il était notamment mon tuteur lors de mon BMF et le sera peut-être, s’il accepte (rires) pour mon BEF que je souhaite passer prochainement. Oswaldo Viscarrondo est très inspirant également et me donne des conseils depuis son arrivée. Cette année il passe son BEF donc c’est enrichissant pour moi d’autant plus qu’il est dans l’échange et très à l’écoute. Ils me donnent également des avis, des ressentis, des expériences vécues pour réajuster s’il le faut la préparation athlétique.
Le Staff de l’AS Sautron saison 2020/2021

Concernant cette préparation athlétique, certains joueurs vous donnent du fil à retordre ?

Tous les joueurs sont différents et ont un vécu, une idée, un attrait pour la prépa’ physique qui est différente même si tous ont conscience de l’importance du travail athlétique dans sa globalité. Certains joueurs sont évidemment plus « originaux » que d’autres et je pense notamment à Alexandre Dulin, alias Dulinho, qui se demande parfois s’il a signé une licence de CrossFit alors qu’on fait juste du renforcement musculaire, par exemple (rires).

La montée en National 3 vous a-t-elle contraint à adapter vos exigences ?

Oui carrément ! On a ajouté une séance hebdomadaire. Le contenu de celle du vendredi est différent car maintenant nous jouons tout le temps le samedi soir. Au vu de la situation sanitaire, il a fallu s’adapter (effet post-confinement, perte force musculaire etc…), des matchs amicaux ont été reportés etc… Et effectivement, on se rend compte qu’en N3, l’exigence monte d’un cran dans tous les domaines mais les garçons sont des compétiteurs et mettent tous les ingrédients pour exister dans ce championnat.

Que ce soit chez les seniors, ou les plus jeunes, il faut constamment surveiller le contexte sanitaire. En ressentez-vous le changement ?

A Sautron, par rapport à la Covid, nous n’avons pas eu de matchs officiels reportés encore donc ça va, nous n’avons pas trop été impactés. Ce qui change vraiment, c’est concernant la préparation du match. Nous nous étions adaptés et nous avions fait une opposition interne. Le tout étant de contrôler la charge d’entraînement et ses effets sur le court et long terme.

Chez les plus jeunes, il y a d’autres préoccupations…

En effet, il faut rester en alerte mais comme partout je dirais. Les enfants sont insouciants donc il est parfois plus difficile de leur prendre conscience de l’importance des distanciations sociales; on essaye d’être le plus préventif possible, mais étant donné de la gravité de la situation, de la prévention faite déjà à l’école, au sein du cadre familial, ils sont tout de même sensibilisés sur les gestes à éviter. Cependant, la situation peut leur paraître quelque peu floue. Par exemple, un samedi j’avais un U11 (qui avait encore 10 ans) qui jouait en U13 et ne portait pas le masque… Il était le seul dans ce cas.

Entre contexte sanitaire et passion sportive, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Que la saison aille à son terme et que les équipes seniors de Sautron remplissent leurs objectifs avec notamment un maintien en N3 !