Coupe de France3e tour

Jonathan Colliaux (ES Vigneux) : « Une explosion de joie dans tout le stade ! »

11/09/2017 à 10:27

L'ES Vigneux (PH) a créé la sensation de ce troisième tour de la coupe de France en éliminant aux tirs au but La Roche VF (N3). Score à la fin du temps réglementaire : 1-1. A l'issue de la prolongation : 2-2. Aux tirs au but : 5-4. Retour sur ce fol après-midi avec Jonathan Colliaux, le maître à jouer vignolais, buteur sur coup franc.

L’ES Vigneux a donc réalisé la grosse performance de ce troisième tour…

« C’est un réel exploit pour nous puisque la coupe de France a toujours été un peu le chat noir à Vigneux ! On avait à cœur de ne pas passer à côté de ce rendez-vous ! »

Comment s’est déroulée la première période ?

« On avait donc décidé de préparer un bloc assez bas et sans faire de pressing. On a tout de suite été dedans dans l’envie, l’engagement, l’état d’esprit. Ils ont clairement eu la possession du ballon mais sans se montrer dangereux toute la première mi temps. Au bout de cinq minutes, on a eu l’opportunité de mener 1-0 mais notre neuf (Antoine Fayret) a tenté un lob de trente-cinq mètres qui s’est écrasé sur la barre. Ils ont fini par mener à la trente-deuxième minute sur une action partie dans le dos de la défense sur le côté droit. Le centre tendu devant le but a été repris par le neuf je crois. »

Étant devancé au score, avez-vous opté pour une nouvelle tactique en seconde période ?

« En deuxième mi-temps, on a décidé de jouer un peu plus haut car on n’avait pas grand-chose à perdre une fois qu’ils avaient ouvert le score. On a égalisé en milieu de deuxième mi-temps sur un coup franc aux dix-huit mètres que j’ai mis au fond. Légèrement dévié par le mur, le ballon a touché les deux montants. On les a tenus jusqu’en prolongation. Les jambes étaient lourdes. Et puis ils ont marqué un deuxième but au bout de cinq minutes en prolongation. »

Ça a dû vous mettre un coup au moral ?

« J’ai cru que notre chance était passée sachant qu’ils ont eu deux opportunités de mettre le troisième. Et puis on a réussi à égaliser à sept, huit minutes du terme de la prolongation. C’est notre neuf (Antoine Fayret) qui a marqué. J’ai oublié de préciser que notre gardien (Sylvio Louar) a quand même sorti pas mal d’arrêts en seconde période du match. »

Puis tout s’est joué aux tirs au but. Pouvez-vous nous raconter ?

« On l’a a emporté 5-4. Notre premier tireur avait manqué son tir au but donc ça partait mal. Mais leur troisième tireur a mis le ballon sur la barre et ça a relancé les débats. Et c’est Adrien (Rouillard) – qui nous a dit : « S’il loupe, je vais tirer le dernier » – qui a marqué même si au départ il ne voulait pas se lancer. Il y a eu une explosion de joie dans tout le stade ! Le public a joué son rôle à merveille dans ce type de match ! »

Sur un plan personnel, vous ne devez pas regretter d’avoir repris une licence ?

« C’est juste un gros kiff car, à trente-deux ans, c’est mon plus bel exploit en coupe de France ! On a vraiment de super jeunes qui ont fait progresser qualitativement le groupe ! Ils ont faim et ça fait plaisir à voir. »

Propos recueillis par Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : archives C.-H.C. (Actufoot44)