DRHGroupe A

Louis Jégo (USSA Vertou C) : « Je n’ai pas pu contenir mes larmes lors de la haie d’honneur »

19/12/2017 à 15:57

Séquence émotion dimanche dernier au stade Raymond-Durand à Vertou. Le meilleur buteur de l'équipe C vertavienne a joué son dernier match, a marqué son dernier but et est sorti sous une haie d'honneur.

« Une très bonne prestation pour finir l’année, c’est mérité sur l’ensemble du match. On finit sur une bonne note pour le départ de notre buteur Louis Jégo », informait, dimanche soir, l’entraîneur vertavien Thierry Guillaume.

L’équipe C de l’USSA Vertou a remporté son ultime joute en 2017 face à l’AS Boufféré (3-0). Pour sa der avec le maillot rouge sur le dos, le numéro dix a soigné sa sortie en inscrivant son sixième et dernier but de la saison lui qui avait fait mouche à dix-sept reprises l’an passée en PH.

Direction l’île de Beauté

L’ancien sociétaire de La Mellinet, l’ASPTT Nantes et l’UF Saint-Herblain prépare ses valises. Dans quelques jours, il sera bien loin de la Loire-Atlantique. Direction l’île de Beauté ! « Je pars m’installer en Corse rejoindre de la famille et commencer une nouvelle vie en début d’année prochaine », confie le buteur qui aura passé deux saisons et demie dans le sud Loire.

Et de détailler son but dominical : « Je marque le troisième but. Un but en fin de match sur un contre, Augustin Simon me décale le ballon en retrait, je suis en face à face avec le gardien, je l’élimine et marque dans le but vide. Je tenais vraiment à marquer pour mon dernier match et je remercie encore Augustin pour l’offrande. »

Haie d’honneur émouvante

Louis Jégo (23 ans) a quitté la pelouse quelques instants avant le coup de sifflet final. « Thierry m’a fait sortir en toute fin de match pour recevoir les applaudissements de mes coéquipiers et supporters avant de recevoir une haie d’honneur en sortant du terrain. J’étais très ému lors de mon but mais je n’ai pas pu contenir mes larmes lors de la haie d’honneur qui scelle mon aventure avec Vertou », raconte-t-il. Je reviendrai tout de même sur le continent car une partie de ma famille est toujours ici et je serai le premier supporter vertavien. Même à 1 000 km, je suivrai les résultats de mon ancienne équipe. » Tout en continuant à jouer au football au sein d’un club corse.

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : C.-H.C. (Actufoot44)