DRHGroupe B

Mathieu Droillard a reculé pour mieux faire avancer l’Élan des Sorinières

02/11/2017 à 13:48

Aligné en charnière centrale cette saison, le capitaine des Sorinières a retrouvé un poste occupé jadis. Ce qui ne l'empêche pas de marquer quelques buts et surtout de bonifier une équipe soriniéroise parfaitement lancée en championnat.

Mathieu Droillard avait marqué une pause lors de la saison 2015-2016 avant de signer une licence à l’Élan des Sorinières à l’été 2016. Venu pour renforcer une formation enfin promue en DRH après de longues années de quête, l’ancien joueur de l’ES Sèvre (1991-1998), du FC Rezé (1998-2011) et d’Orvault SF (2011-2015) a choisi de prolongé d’un moins un an encore l’aventure au sein du club soriniérois malgré l’arrêt de nombreux cadres dont celui du défenseur et capitaine Sylvain Plessis.

Brassard

Ainsi le trentenaire – il aura 31 ans le 24 novembre – a hérité du brassard et a été repositionné par son entraîneur Christophe Heurtin en défense centrale délaissant le milieu de terrain. « J’avais déjà joué à ce poste avec Rezé en DH et un peu avec Orvault. Je n’ai pas le gabarit pour aller chercher beaucoup de duels. C’est un poste où on fait moins d’efforts qu’au milieu », explique Mathieu Droillard.

Un but à défaut d’un doublé

Son calme et sa qualité technique permet aussi à l’équipe de repartir de derrière ou de chercher rapidement les attaquants comme il a pu le faire, dimanche, face à l’USA Pouancé (5-0). « On n’a pas eu beaucoup d’adversité », tempère le numéro cinq, auteur d’un des cinq buts de la tête sur corner. Sa troisième réalisation en DRH cette saison. « J’ai raté un penalty (barre) à 2-0 », ajoute-t-il.

« Collectivement on a réussi à créer quelque chose »

Les Sorinières ont porté leur total de points à douze sur douze possibles. Mathieu Droillard et ses coéquipiers dominent le groupe B après quatre journées. « Ce n’était pas prévu. On ne s’attendait pas à partir aussi bien. Individuellement on est moins fort que la saison passée mais collectivement on a réussi à créer quelque chose. L’équipe est jeune, à l’écoute. Certains découvrent la DRH. Le fait d’avoir été rapidement éliminé des coupes (par l’AEPR Rezé – PH – au 2e tour de la coupe de France et le Saint-Georges FC – D1 – au 1er tour de la coupe des Pays de la Loire) peut aussi nous aider mais il ne faut pas se relâcher. On n’a joué que quatre matches et on n’a pas encore rencontré les plus gros comme le Stade Olonnais. Il faut s’accrocher jusqu’à Noël », conclut, sagement, l’arrière-central.

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : C.-H.C. (Actufoot44)