National 32e journée

Papy Leye (Voltigeurs de Châteaubriant) : « Il faut trouver l’équilibre »

27/08/2018 à 15:15

Samedi soir, les Voltigeurs ont régalé leur public offensivement en glanant un large succès face à La Suze FC (5-0). Perfectionniste, Papy Leye, l'un des deux coaches de Châteaubriant apprécie bien sûr cette performance mais pointe aussi le déséquilibre défensif qui aurait pu coûter cher à son équipe.

Au regard du score (5-0), cette rencontre a-t-elle été à sens unique ?

« Non, non. La Suze a eu trois face à face. Ils ont été très maladroits. Pour être honnête, ils doivent mener tous les jours. On a voulu jouer, on a perdu des ballons et on a été défaillant dans le replacement. On a été catastrophique dans les vingt premières minutes. On était déséquilibré. Dans l’animation offensive, il n’y a pas de souci mais après il faut être capable aussi de trouver l’équilibre. Au bout de 30 minutes on était mené 2-0 à Laval et là ça aurait pu être pareil. Il faut qu’on règle ça. »

Malgré ce déséquilibre, vous avez inscrit quatre buts entre la 18e et la 39e minute. Cette efficacité doit vous ravir ?

« Ils ont pris le risque de venir nous chercher, de presser très, très haut. C’est vrai qu’on était en danger mais à chaque fois qu’on a réussi à sortir le ballon proprement eux étaient en danger. La différence s’est faite là aussi. On a voulu continuer de jouer. En deuxième mi-temps, on n’a pas concédé d’occasion parce qu’on a réglé les choses. On n’a pas eu beaucoup d’occasions non plus mais le score était fait. C’était un match bizarre. »

Bizarre, c’est-à-dire ?

« C’est bizarre parce que quand on est coach, on n’aime pas être en danger comme on l’a été. Mais en même temps, il faut trouver l’équilibre. Ce qui va être compliqué, c’est qu’on ne peut pas freiner les mecs offensivement mais on ne peut pas concéder autant d’occasions. C’est une équation qui n’est pas simple à résoudre. Il ne faudrait pas tout gâcher en oubliant de défendre. C’est agréable pour les spectateurs, pour eux (les joueurs) mais pas pour le coach (sourire). Il va y avoir des adversaires qui n’auront pas besoin d’autant d’occasions pour marquer. C’est bizarre comme sentiment parce que contre Laval on est mené 2-0, on prend trois buts sans concéder d’occasions. Aujourd’hui (samedi), on concède des occasions qu’on n’a jamais concédé depuis le début de la préparation et on ne prend pas de but. Honnêtement, c’est bizarre. »

Un mot pour conclure sur David Vernet, auteur d’un quadruplé ?

« David a été replacé dans l’axe en tant qu’attaquant. Je suis content pour lui car il donne beaucoup pour le collectif. Il travaille beaucoup pour les autres. Il a été un peu malheureux pendant les matches amicaux. C’est une juste récompense. »

Propos recueillis par Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : archives Voltigeurs de Châteaubriant