PortraitPH

Quentin Le Menn (Pornic Foot), chasseur de buts et arracheur de dents

22/03/2017 à 11:26

Étudiant en quatrième année de chirurgie dentaire, Quentin Le Menn n'a pas délaissé pour autant sa passion pour le foot même s'il est passé du CFA2 à la PH l'été dernier. Débarqué à Pornic Foot, l'attaquant empile les buts et soigne même les caries au sein du vestiaire.

S’il arrache autant de dents qu’il marque de buts, ses futurs patients ont dû souci à se faire ! Quentin Le Menn (27 ans) est en quatrième année de chirurgie dentaire à la faculté de Nantes. Des études qu’il mène en parallèle de sa passion pour le foot. Après deux saisons passées au FC Challans (DH, CFA2), l’attaquant a rejoint Pornic Foot au cours de l’été 2016. Un gros coup comme on dit en période de mercato pour le promu en PH.

Le numéro neuf présente un joli CV. « J’ai été au centre de formation de la Berrichonne de Châteauroux entre quatorze et dix-huit ans. Je voulais être pro. » Un rêve qu’il n’atteindra pas mais dont il tire de l’expérience. « Le centre de formation m’a donné un mental pour les études. Ça a été bénéfique », confie le natif de Rennes. « J’ai arrêté le foot pendant deux ans puis j’ai signé à Blois (DH) avant d’aller à Avoine (CFA2) puis à Challans. Mais avec les études, c’était compliqué de répondre aux exigences du CFA2. »

« Un choix que je n’ai pas trop compris »

Sous les ordres de Gérard Nicol, Quentin Le Menn découvre d’ailleurs un nouveau poste au cours de sa deuxième saison. Une position plutôt inhabituelle sur le rectangle vert pour lui. « J’ai joué arrière-gauche, un choix que je n’ai pas trop compris mais j’étais content car je jouais. » Aligné sur la ligne d’attaque lors de son ultime sortie avec le maillot challandais, l’avant-centre en profitera pour faire trembler les filets et ouvrir son compteur. Comme un clin d’œil.

La suite s’écrit sur la côte Atlantique. Fort d’un recrutement ambitieux venu compléter un effectif déjà expérimenté, la formation pornicaise se voyait bien enchaîner une quatrième montée consécutive. Raté. A six journées du baisser de rideau, elle occupe la quatrième place au sein du groupe B loin, très loin du leader Stade Olonnais (+20 points). « C’est vrai que le club a envie de continuer à gravir les échelons mais il découvre la ligue. Certains ont joué à des niveaux supérieurs mais il y a aussi des jeunes qu’il faut encadrer. C’est une année de transition. On a beaucoup d’absents. Ça reste quand même une bonne saison », positive la gâchette des Bleu et Blanc.

« Je n’ai pas dû faire un seul passement de jambes cette saison »

Avec treize réalisations en neuf matches de championnat disputés, le buteur qui a inscrit un triplé lors de la précédente journée (défaite 4-3 à La Roche VF C) répond présent. « Je ne suis pas un joueur qui va faire des exploits, dribbler plusieurs joueurs. Je n’ai pas dû faire un seul passement de jambes cette saison, glisse le gaucher. Mon pied droit me sert à monter dans le bus. Mon poste de prédilection, c’est neuf et demi. J’alterne jeu en profondeur et point de fixation (1, 86 m). Mon geste préféré ? La balle piquée, j’adore. »

Le finisseur se sent bien à Pornic. En plus de planter – son premier job – il met à profit ses connaissances d’étudiant en vue de son futur métier. « Est-ce que j’ai déjà soigné un coéquipier ? Oui John Hervé est venu me voir pour une petite carie. Il faut qu’il continue à bien se brosser les dents », sourit le chasseur de buts et futur arracheur de dents (pardon, dentiste).

Charles-Henri Chailloleau

Photo : Quentin Le Menn (n°9). Crédit : AEF44