Interview

William Bernardo (FC Retz) : « Sur la route de l’Espagne » !

09/07/2020 à 17:48

Actufoot est allé à la rencontre de William Bernardo, responsable de l’école de football du FC Retz. La crise sanitaire a eu raison du projet qu’il avait monté, afin d’emmener deux de ses équipes U12 et U13 au tournoi internationale de Blanes, à Barcelone, du 9 au 13 avril 2020. Retour sur le capitaine latéral gauche qu’il était et sur l'éducateur qu'il est désormais : lui qui avait monté de toute pièce ce projet sans précédent !  

Tout d’abord, pouvez-vous nous parler de votre parcours dans le football ?

William Bernardo, 39 ans. J’habite à Sainte-Pazanne depuis 7 ans. Je suis cadre commercial chez Lyreco. J’ai commencé le foot à l’âge de 6 ans, en poussin, à Créteil, en région parisienne. Je suis né à Champigny-sur-Marne mais, à 12 ans, mes parents décident de m’offrir un meilleur cadre de vie et nous nous installons à Saint-Brévin Les Pins. J’y passe toute ma scolarité et je joue à l’AC Brévinois en parallèle jusqu’à mon départ à Pontivy en Sport Etudes. J’intègre dès l’année suivante, en première, le même cursus Sport Etudes mais à Angers. J’y passe mon Baccalauréat puis mon BTS. Après Angers, je rejoins la Sainte-Anne de Vertou que je quitte après avoir connu le club quatre ans en CFA2. Lors de mon arrivée à Sainte-Pazanne, je suis, comme on dit, en fin de carrière mais je souhaite m’investir dans le giron local. J’ai envie de m’éloigner de la compétition, je souhaite surtout apprendre à connaître des gens et garder la forme ! J’intègre donc les équipes B puis C du FC Retz. Je foule désormais le gazon en tant que vétéran !

Vous avez quitté la compétition mais pas le ballon rond ?

Tout à fait, il y a trois ans, on vient me chercher pour le pôle Jeune. Mon fils a 5 ans et demi mais il n’y a pas du U6, à ce moment-là, au FC Retz. J’accepte de devenir éducateur avec une condition : que mon fils (U6 théoriquement) puisse entrer au club et jouer avec les U7. Bingo, c’est OK ! C’est mon fils qui me permet de faire officiellement la transition joueur-éducateur ! J’ai obtenu mon diplôme de Jeune Animateur Technique en 1997, le Brevet d’Initiateur Sportif premier et deuxième degré en 1998 et 2001. Pour l’anecdote, à 16 ans, j’étais moniteur Sportif de football (le plus jeune !) au Stage Jean Vincent FCNA (9 ans à 13 ans). C’est donc une suite logique des choses. Je devais passer le CFF3 début avril 2020 et le CFFA4 en fin d’année, la crise du Covid-19 en a eu raison, pour le moment. Je vais continuer à me former auprès de Christophe Courtine (mon parrain).

En 2017, vous êtes donc responsable technique des U7, vous souhaitez évoluer au FC Retz ? 

C’est une année qui me met sur les rails, qui me permet d’ajuster ce savant mélange de bien-être, bienveillance, coordination avec celui des résultats, du bonheur des victoires. Avec les plus petits, on est sur un pôle animation… mais je sens que j’ai besoin d’y ajouter une partie technique, de faire des mises en place tactiques. Je décide donc dès l’année suivante de prendre en charge, en plus, les U12/U13. J’y retrouve les deux facettes : l’animation et la compétition. Avec les U12/U13, on rend meilleur chaque joueur, peu importe le niveau. On prépare l’arrivée en U15 toujours avec une ligne de conduite de travail, c’est un challenge intéressant.

Et on vous propose rapidement d’élargir encore votre mission ?

Oui, tout à fait ! En mars 2019, le responsable du pôle animation jeune quitte le club. Lionel Rossetti me propose alors de reprendre l’école de football ! Je fonce et je prends le poste de responsable technique des U6 aux U13, soit 27 équipes et 200 joueurs. J’occupe toujours cette place ! Je décide rapidement de mettre en place des objectifs de travail, de structurer toute la partie école de football. Nous définissons une ligne conductrice de travail, nous écrivons un lexique afin que tout le club parle le même langage. J’établis des fiches de poste : éducateur, dirigeant, parent, supporter, chacun y retrouve son statut. Nous mettons en place des actions PEF autour du fair-play. Dans le cadre de ce qui est instauré, les U17, U18 staffent les U12, U13. Concrètement, cette saison, j’ai par exemple trois jeunes U13 qui sont venus m’aider à entraîner les U8, U9. C’est une réelle force !

Vous avez 55 joueurs dans votre groupe U12/U13 et une idée chemine… ?

Dans mon cursus d’éducateur, je me suis donné pour mission de transmettre tout ce que j’ai moi-même transmis. Je veux inculquer les meilleures valeurs qui soient aux jeunes. Depuis un an environ, une idée me trottait en tête, j’ai commencé à monter le projet et j’en ai parlé au staff en septembre 2019. Le 4 novembre suivant, je faisais la présentation au comité directeur (CODIR) : je voulais inscrire nos U12/U13 au tournoi international de Blanes, à Barcelone, du 9 au 13 avril 2020. Un engouement certain a émergé mais j’ai également senti des réactions mitigées, un peu frileuses, inhérentes à toute l’organisation que cela demandait. Néanmoins, après la réunion publique en présence des parents, tout le monde a suivi, le CODIR a validé et une équipe très motivée s’est mise en place, à travers différentes commissions. 

Vous voilà lancé dans l’aventure que vous attendiez. Comment cela s’est-il passé ?

J’avais monté ce projet depuis longtemps dans ma tête. Je voulais emmener deux de nos équipes à l’étranger, les faire découvrir le foot espagnol, la nation du foot, et promouvoir le FC Retz. A titre personnel, j’ai des origines portugaises, je parle l’espagnol, c’était un plus et le projet rentrait également dans le cadre de mon CFF4. Quant aux choix de la catégorie U12/U13, il s’est imposé naturellement à moi : ce sont des années sans examen scolaire pour eux et c’est un âge intéressant, où l’on est en pleine introspection de soi-même. C’était un défi collectif et personnel à la fois ! J’ai fait une présélection de trente joueurs et ai présenté le postulat de base aux parents : donner leur autorisation parentale, garantir une participation financière, être d’accord pour partir sur le temps scolaire (deux jours en l’occurrence) et faire les papiers nécessaires. Nous avions pour objectif d’emmener deux équipes, sachant qu’en parallèle nous mettions en place un deuxième projet pour les jeunes joueurs qui ne partaient pas. La sélection finale s’est faîte tout naturellement à partir de ces différents critères et ce sont finalement 26 joueurs qui prenaient le départ. Ce à quoi nous ajoutions 12 personnes du staff. Un convoi de 38 personnes… qui se transforma rapidement en 47 personnes puisque des parents désiraient suivre leur enfant !

Vous avez donc cinq mois, à partir de ce moment-là, pour tout organiser ?

Tout à fait, et nous avons fait appel à la société Euro-Sportring pour mettre en place la partie logistique et organisationnelle. Nous avions un bel hôtel, à quelques mètres de la mer, qui nous attendait. Pour le trajet, j’avais été mis en contact avec le club charentais de Saint-Sulpice le Royan qui y emmenait son équipe U17. Nous devions donc passer les prendre en car en descendant vers l’Espagne. Le côté financier, lui, était bouclé le 10 janvier ! Après un travail incroyable de toute l’équipe : vente de tickets à gratter, tournoi de Noël, ventes diverses et variées lors des matchs seniors le dimanche, tournoi de palets, vide-grenier, concert de rock mais aussi, principalement, grâce au sponsoring-mécénat : de nombreuses entreprises locales ont été conquises par ce projet ! Le groupe joueurs-parents-staff a été hyper soudé et nous avons abattu un travail considérable en quelques semaines seulement : plus de 15 000 euros ont été récolté. 

Tout est bouclé et le départ approche mais la crise du Covid-19 arrive, vous sentez que ça se complique ?

Oui l’annulation est tardive mais elle finit par être officialisée, environ dix jours après le début du confinement, on apprend fin mars que le tournoi est annulé. On avait tellement envie d’accomplir ce projet ! Et puis quelle frustration si près du but… on était à quelques jours du départ. Mais l’essentiel est que tout le monde reste en sécurité, en pleine santé. Nous demandons un remboursement auprès des organisateurs du tournoi de Blanes, que nous obtenons en quelques jours seulement. Au vu des circonstances, tout se fait naturellement et nous récupérons l’intégralité des sommes engagées. Le club conserve donc le budget alloué à la catégorie U12/U13 car nous n’allons pas en rester .

Comment avez-vous décidé de rebondir ?

J’ai plusieurs projets, dans les tuyaux, nous les confirmerons dans les mois à venir. L’idée désormais est d’emmener trois équipes à l’international l’année prochaine, des U12/U13 mais nous tenons également à intégrer les U13 de cette année qui évolueront en U14 et qui avaient fort œuvré pour partir. Maintenant, on va se concentrer sur la saison 2020-2021, nous avons quatre équipes U12 et U13 dont 2 équipes qui jouent au plus haut niveau régional, le club est également fier d’avoir deux labels : le Label école féminine 2019-2022 et le Label jeunes espoirs 2019-2022 mais rien n’est jamais acquis, nous allons continuer à travailler dessus, à monter en qualité. Nous sommes un club formateur et c’est une fierté de voir certains de nos joueurs rejoindre les rangs des centres de formation professionnelle, comme cette année où deux de nos licenciés sont partis au FC Nantes. Le FC Retz a un esprit de famille très important ! Et de nombreuses forces vivent s’unissent pour avancer et continuer à grandir, tout en se faisant plaisir. L’école de football en est le reflet et je suis fier d’en être le responsable.  A titre personnel, j’aimerai passer le Brevet de Moniteur de Football d’ici trois ans pour, un jour, entraîner et coacher le groupe senior (sourires).

Crédit photos : William Bernardo - FC Retz