R3

Alban Gaborit (ES Bouchemaine) : « On ne pouvait pas rêver mieux »

09/05/2019 à 11:33

L'ES Bouchemaine a décroché le titre de champion du groupe I de R3, le week-end dernier. A l'approche des deux derniers matches, Alban Gaborit, l'entraîneur veut savourer sa première saison au club et le travail accompli par son groupe.

Ca y est, vous êtes champions…

C’est une satisfaction. On est premier depuis la première journée, hormis une fois où on a été premier ex aequo. Ca récompense notre saison et la régularité du groupe. J’ai de bons joueurs, ce n’est pas évident de passer toute la saison en tête, même si c’est plus agréable qu’être en bas (sourires), mais ça motive aussi les équipes qui jouent le leader sans rien à perdre. On a eu un accident de parcours, mais ce titre récompense le parcours effectué, d’autant qu’on a la meilleure défense et la meilleure attaque. Ca valide des choses logiques sur notre régularité.

Quel est cet accident de parcours ?

On a perdu 5-0 contre Saint-Nazaire. Je pense que ça a été salutaire cependant. On a eu un match sans, où l’adversaire était en feu, il mettait tout. C’est une période où on faisait moins d’efforts. Quand on gagne trop souvent, on peut rentrer sur certains matches en disant que ça va aller tout seul. Ce type de résultat permet de se remettre à l’endroit, d’autant que j’ai des mecs intelligents, concentrés sur l’objectif. Ils ont gardé ça en ligne de mire.

Donc il n’y a jamais eu de doute ?

Non, jamais. Après la défaite, on a compris qu’on était dans un groupe où on peut gagner et perdre contre tout le monde. Il y a des équipes chez qui ce n’est pas facile de jouer. Des équipes ont de la qualité, donc on n’a pris personne à la légère. On a réussi à être régulier en gagnant contre les mal classés, puisqu’il y avait des oppositions plus faibles, mais d’autres pouvaient prétendre au haut de tableau. Et puis, je le répète, quand on est premier, l’adversaire est plus motivé, j’ai vu des équipes sous leur meilleur jour. Il faut être suffisamment costaud pour jouer ces équipes-là. On a été sérieux. On n’a jamais pris aucun match à la légère, les gars avaient envie de le faire.

Que représente ce titre ?

J’arrive juste au club. C’est valorisant, je ne vais pas me cacher. Cette satisfaction, on l’a gagnée à intersaison. Quand j’ai donné mon accord à Bouchemaine, en dix jours le recrutement a été fait. On n’a pas loupé ça, au sortir d’une saison moyenne en championnat. Il fallait compter sur les joueurs du club pour se renforcer, mais on n’a pas manqué le recrutement avec des joueurs d’expérience et, surtout, des bons mecs, car l’homme est important. C’est un groupe à mon image. J’ai fait la rencontre d’un vrai collectif, tous ceux qui sont arrivés se sont mis au diapason. Sur la première année, on ne pouvait pas rêver mieux. On l’a fêté, on est hyper content. Quand tu es premier dès le début, tu valorises ton parcours, tu t’habitues au rôle de leader, et, des matches importants, ça a permis de les gagner sans pression inutile.

Il faut déjà penser à la saison prochaine…

On est dans la préparation. Pour le recrutement de cette année, on a pris des profils qui, en cas de montée, auraient le niveau R2. On a pris des joueurs dans cette optique-là. Le but est de se renforcer intelligemment. On ne va pas casser un groupe qui est là, car la base est là. On va apporter quelques corrections, faire évoluer le groupe, mais pas le transformer. Il faut qu’on garde cette mentalité, d’autant que je crois en les qualités de mes joueurs.