PortraitD2

Arnaud Lebreton (Châtelais FC) comme au bon vieux temps

02/03/2017 à 21:25

Le buteur du Châtelais FC a encore frappé dimanche dernier. Pas une, ni deux, ni trois mais quatre fois. Une performance que Arnaud Lebreton n'avait plus réalisé depuis l'époque segréenne. Des adieux anticipés avant de raccrocher définitivement les crampons à la fin du mois de mai.

Arnaud Lebreton a toujours été un buteur. Un vrai. De l’ES Segré, son premier club, en passant par le SC Sainte-Gemmes-d’Andigné et enfin le Châtelais FC dont il porte les couleurs depuis la saison 2013-2014.

Le dernier contre Le Poiré

Dimanche passé, en D2, il a inscrit quatre des six buts du CFC face au FC Nyoiseau Bouillé-Ménard Grugé-l’Hôpital (6-1). Deux coups de tête. Un penalty. Un face à face remporté. Il y en a pour tous les goûts. « Un quadruplé ? Ça ne m’était plus arrivé depuis un match de DH contre Le Poiré-sur-Vie avec Segré », relève l’avant-centre qui a totalisé onze réalisations en championnat la saison dernière pour la première du Châtelais Football Club au top niveau départemental. Une courte expérience puisque les Rose et Marine ont fait l’ascenseur illico presto.

En tête ?

Repartie en D2 (ex-première division), la formation châtelaisienne (7e du groupe A) peut encore et toujours compter sur son maître artificier. « Il ne doit pas être loin de la tête du classement des buteurs de D2 », glisse Cédric Chauvin son beau-frère et président. « Je dois être à douze ou treize buts en championnat », estime l’intéressé. Un atout offensif qui a contribué à la reconnaissance de Châtelais habitué à réaliser des performances en coupes (de France surtout) depuis sa création.

« La coupe de France est la seule compétition qui permet de faire parler de nous. L’effet de surprise n’existe plus. Avec Segré, j’ai connu des sixième et septième tours mais l’engouement n’était pas le même », assure Arnaud Lebreton. Souvenirs.

« Se faire plaisir »

A trente-cinq ans, le capitaine s’apprête à raccrocher les crampons. Après avoir évolué en CFA2 et en DH à l’ES Segré – « six, sept saisons en équipe première » – puis basculé en PH au SC Sainte-Gemmes-d’Andigné – « il n’y a rien eu de spécial au niveau des résultats pendant trois ans mais l’ambiance était très bonne » – il a rejoint le CFC pour « se faire plaisir » – « je ne voulais plus connaître les inconvénients des longs déplacements » – et profiter de ses dernières années de footballeur « dans une super ambiance ». Une vie de ballon rond appelée à s’arrêter le 21 mai prochain. Le Châtelais FC devra ensuite se trouver un nouveau buteur.

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : Châtelais FC