DRHGroupe B

Grégory Louiron (ASI Mûrs-Érigné) : « Le bon moment pour finir sur une montée avec des amis »

31/05/2017 à 15:22

Au crépuscule de sa carrière. Ex-pro, figure de l'Olympique de Saumur FC, Grégory Louiron a décidé de s'arrêter. Trois ans après avoir rejoint plusieurs amis à l'ASI Mûrs-Érigné et aidé le club à grimper deux échelons, le milieu défensif devenu défenseur central au fil du temps raccroche les crampons mais ne tourne pas le dos au football.

Tout est parti d’un pari. « Quand il a signé son premier contrat pro au Mans, on a fêté ça ensemble (avec Jérôme Dumontant également) et il m’avait promis que l’on finirait ensemble et c’est chose faite et en plus avec Mûrs-Érigné », se souvient Anthony Bilny. Parole tenue.

Après une saison 2013-2014 pleine à l’Intrépide d’Angers avec en point d’orgue une coupe de l’Anjou remportée, Grégory Louiron choisit de suivre ses amis Jérôme Dumontant, Mickaël Ruaud et Matthieu Martin à l’ASI Mûrs-Érigné. Avec à la clé trois années passées en rouge pour deux montées obtenues (de PH en DRH en 2015 et de DRH en DRS en 2017). « Je savais où je mettais les pieds. Je voulais terminer dans un club convivial avec des amis. »

Saumur à part

A bientôt trente-six ans (le 28 juin), le milieu défensif devenu défenseur central au fil du temps a décidé de mettre un terme à sa carrière commencée, petit, à La Cornuaille. Passé ensuite par l’ES Segré et Angers SCO, il a basculé officiellement dans le monde professionnel au Mans UC 72 où il a signé son premier contrat pro. Il a porté ensuite les couleurs de l’US Orléans, du Tours FC, de l’Olympique de Saumur FC, des Voltigeurs de Châteaubriant avant de débarquer à l’Intrépide. Le 21 mai, face à Bretignolles, il a disputé son ultime match en compétition.

« C’était hyper compliqué au début »

« J’ai fait un discours après ce match en disant que j’ai connu une montée en Ligue 1, j’ai joué dans des stades de malades comme Geoffroy-Guichard mais ce qui me reste c’est le fait d’avoir joué à tous les niveaux de la première division de district à la Ligue 2. J’ai pu vivre de ma passion. J’ai vécu huit montées mais aucune descente. J’ai fait des erreurs mais je ne regrette rien », assure Grégory Louiron marqué particulièrement par son passage à Saumur. « J’y ai joué sept saisons. J’ai connu Patrice Sauvaget qui est plus qu’un entraîneur pour moi. A vingt-cinq ans, j’ai quitté le monde pro pour jouer en DH. C’était hyper compliqué au début. Les terrains sont plus petits, il y a tout le temps des duels. Il n’y a pas un terrain où je ne me suis pas fait insulter dans la ligue mais c’est normal car je suis un joueur plutôt agressif dans le jeu et chambreur. »

Tennis et fils

Capitaine dans la plupart des équipes au sein desquelles il a joué, le natif d’Ancenis sait qu’il ne pourra « jamais quitter le foot ». Mais ressent le besoin « d’une vraie coupure ». « Je n’ai jamais eu de graves blessures mais je m’entraîne moins car je pète un peu de partout. Je vais me mettre au tennis. Et puis je vais rester donner un coup de main au club de Mûrs-Érigné pour faire le relais entre les seniors, les jeunes et le bureau », expose le titulaire du Brevet d’État 1er degré et papa d’un jeune garçons licencié à l’Intrépide. « Je remercie toutes les personnes que j’ai pu côtoyer joueurs, dirigeants, bénévoles, supporters dans les différents clubs. Anthony Bilny me dit : « « Au mois de septembre, tu vas re-signer » mais pour moi c’est le bon moment pour finir sur une montée avec des amis. »

Charles-Henri Chailloleau

Crédit photo : C.-H.C. (Actufoot49)