PHRGroupe D

FC Saint-Max-Essey : Ismaël ARBOUZE attend son heure

09/03/2017 à 7:05

En difficulté, le FC Saint-Max-Essey semble redresser la barre depuis 2017. Sur le front de l’attaque, Ismaël Arbouze, onze buts au compteur y est sûrement pour quelque chose. Pas épargné par les blessures, le joueur de 23 ans ne compte nullement s’arrêter là. A tous niveaux.

« Si je stagne à onze réalisations mais que le club se sauve, je serai content pour Saint-Max. Mais pas trop de moi-même. » Le buteur n’en divulguera pas davantage sur ses intentions. « J’ai un chiffre spécifique en tête mais je le garde pour moi. » En somme, priorité au maintien mais avec la volonté d’y avoir significativement et personnellement contribué. Si Saint-Max-Essey compose avec une défense aussi perméable qu’avant la trêve, ce n’est pas du luxe que de posséder un joueur capable d’empiler les buts. Plutôt une nécessité. Ismaël Arbouze l’assure toutefois : « on n’est plus les mêmes », après deux rencontres pour quatre points pris et onze buts marqués en 2017. « Nous n’avons peur de personne car footballistiquement parlant, nous n’avons rien à envier à nos adversaire. » Veillant à ne pas basculer dans l’excès de confiance, il oppose la forme actuelle des joueurs d’Eddy Grisius avec le début de saison poussif où il aura fallu attendre la sixième journée pour goûter au succès. « Il y avait beaucoup de nouveaux. Nous nous entendions bien sans être vraiment une équipe », se souvient l’intéressé. Le renouveau de Saint-Max coïnciderait par ailleurs avec les arrivées hivernales de Farid Harrous et Selim Sehili. « Ils ont apporté leur expérience, leur touche technique et j’ai la chance de pouvoir en bénéficier. »

« J’ai n’ai pas eu de chance »

Arbouze (à g.) face à l’US Vandoeuvre (Photo : Salif Diabaté)

Revenu avec la plénitude de ses moyens, l’attaquant entend bien les faire fructifier. Pour peu qu’il puisse enchaîner. L’ancien Vandopérien n’est apparu que lors de la moitié des rencontres en 2016, gêné par les blessures. Peut-être par excès d’activité sportive alors que l’étudiant suit un cursus d’éducateur spécialisé et pratique, en conséquent, toute la semaine. « Le sport en général est ma passion. En début d’année, j’avais des douleurs mais j’ai trop forcé. » Aussi parce qu’il n’a jusqu’alors pas été épargné par le sort. Plus jeune, il contracte la maladie d’Osgood-Schlatter, pathologie due à la croissance, qui l’éloigne des terrains pendant deux années. Plus tard, sous les couleurs de Jarville et les ordres de Nordine Hadji en U19, il se fracture la malléole. Pichichi de l’exercice 2014/2015 en D1 avec Vandoeuvre, Ismaël Arbouze intègre alors l’effectif de la DHR avant de rechuter… « Je n’ai pas eu de chance », souffle-t-il.

La déception bellédonienne

D’autant qu’à l’hiver 2016, le CS&O Blénod, en difficulté dans son championnat de division d’Honneur fait appel à lui et à son ami Faouzi Laouani (GS Neuves-Maisons). « J’étais vraiment content que Blénod veuille me faire confiance. Sans me lancer de fleurs, je pense que cela correspondait à mon niveau. » La licence ne sera signée qu’un jour après la fin du mercato, n’autorisant le joueur à évoluer qu’en équipe C. « Un peu dégoûté après six mois sans jouer », il rejoint ses amis au FC Saint-Max-Essey pour « retrouver du plaisir. Il y a plein de Tomblainois ici. C’est une équipe de potes. » À 23 ans, l’avant-centre a les dents qui rayent le parquet et se montre confiant quant aux futures opportunités. « Si c’est avec Saint-Max qu’on grimpe les échelons tant mieux. Je ne me pose pas encore la question de partir ou pas. Mais j’ai vraiment envie et je suis persuadé de pouvoir évoluer plus haut. Je suis sûr qu’il n’est pas trop tard. » Les pépins physiques lui ont déjà enseigné la patience. Après tout, l’adage veut que tout vienne à point à qui sait attendre.

Romain Sinnes

Ismaël Arbouze digest
Âge : 23 ans.
Profession : futur éducateur sportif.
Parcours de joueur : Tomblaine – JF Jarville – FC Saint-Max-Essey – JF Jarville – US Vandoeuvre – CS&O Blénod – FC Saint-Max-Essey.